Les trois quarts des investisseurs dans le private equity considèrent le climat comme une priorité

Selon le dernier baromètre Coller Capital, le climat est devenu une stratégie cible pour les investisseurs. D'autre part, alors qu'ils comptent encore augmenter le poids du private equity ou de la dette privée dans leur allocation, les trois quarts redoutent une montée des risques qui pourraient peser sur les rendements.

4 mn

L'engouement des investisseurs pour les fonds privés ne devrait pas se tarir malgré la montée des risques.
L'engouement des investisseurs pour les fonds privés ne devrait pas se tarir malgré la montée des risques. (Crédits : Charles Platiau)

Le private equity met clairement le cap sur le climat. Selon le dernier baromètre mondial de Coller Capital, publié ce lundi, les trois quarts des investisseurs (limited partners, LP'S), ceux qui investissent dans les fonds de capital et de dette privées, estiment que les enjeux climatiques et les secteurs de la santé et des biotechnologiques seront désormais une priorité dans leur choix d'investissement.

« Ce n'est pas une rupture mais une évolution qui s'est accélérée ces deux ou trois dernières années. Le sujet du changement climatique était auparavant perçu comme un « plus » pour les investisseurs mais il est devenu aujourd'hui central. Le gérant doit non seulement sélectionner des entreprises qui respectent ses engagements en matière de climat mais surtout investir dans les sociétés qui vont encore plus loin, celles qui ont l'impact le plus positif sur le climat ou d'autres critères, comme la santé ou le bien être », commente Hani El Khoury, chez Coller Capital.

Dans l'univers des fonds privés, comme celui de la gestion d'actifs en général, l'intérêt des investisseurs pour le climat n'est plus en effet une surprise. Mais ce qui change la perception c'est que près de la moitié des investisseurs interrogés (47%) pense que l'investissement durable est de nature à doper les rendements futurs. Seulement un investisseur sur dix estime le contraire. Bref, le climat n'est plus une thématique « à la mode » mais bien une stratégique cible.

Risques en hausse

D'autant que les risques qui pèsent sur les rendements « ont considérablement augmenté ces dix-huit derniers mois », souligne le baromètre. Ainsi, les trois quarts des investisseurs redoutent une aggravation des conflits géopolitiques et commerciaux et plus des deux tiers des changements réglementaires ou fiscaux. Aux Etats-Unis, un tiers des sondés redoute notamment un impact négatif sur les rendements de la nouvelle administration Biden.

« Les investisseurs ont une plus grande sensibilité sur les géopolitiques. Ce n'est pas propre au private equity et cela concerne l'ensemble des marchés. Mais, pour l'instant, les sociétés sous-jacentes ont plutôt réussi à gérer cet environnement de tensions permanentes et les investisseurs prennent désormais en compte cette donnée dans le choix d'investissement », avance Hani El-Khoury. Parmi les principales zones à risque citées par les investisseurs figurent notamment le Moyen-Orient et l'Afrique. En revanche, la Chine n'apparaît pas comme une source d'inquiétudes, malgré les tensions commerciales et les prémisses d'une déglobalisation.

44% mécontents des rendements actuels

Pour autant, l'engouement pour le capital investissement ne semble pas se démentir. Alors que les taux demeurent toujours bas et que les performances du marché obligataire subissent un véritable coup de frein, les rendements nets générés par les fonds privés atteignent de nouveaux records, selon le baromètre : deux tiers des investisseurs annoncent en effet des performances de 11 à 15% l'an, et un cinquième affiche même une performance nette de plus 16%. Et ce malgré la forte valorisation ces dernières années des actifs sous-jacents, qui atteint en moyenne 13 fois le résultat opérationnel.

Pourtant, selon le baromètre, 44% des investisseurs estiment que les rendements actuels des fonds de dette privée sont insuffisants compte tenu de leur niveau de risque.

Reste que les investisseurs comptent toujours augmenter leur allocation d'actifs dans les fonds privés, et dans les investissements alternatifs en général, dans des proportions inédites depuis la crise financière de 2008.

Plus forte rotation des fonds

En revanche, deux cinquièmes des investisseurs déclarent qu'ils sont davantage prêts à ne pas renouveler leur contrat avec leur gérant (general partner, GP'S) et près de la moitié souhaite accélérer leur investissement dans de nouveaux fonds dans les 18 prochains mois.

Chacun s'attendait ces derniers mois à un changement dans les politiques d'investissement des investisseurs. Ce dernier baromètre le confirme. Trois quarts des investisseurs sont maintenant investis dans des fonds dits secondaires, ciblant le marché secondaire du private equity. Et 25% indiquent avoir une exposition supérieure à 10% du total de leur portefeuille dans le private equity dans ces fonds secondaires.

Cela témoigne également d'une tendance de fond qui voit les entreprises restées de plus en plus longtemps dans la sphère privée, comme si la cotation sur des marchés public n'était plus leur ambition première. De fait, l'investissement privé gagne de plus en plus de part de marché sur l'investissement en Bourse.

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/06/2021 à 19:10
Signaler
Le private equity ne peut se permettre comme l'Etat de jeter l'argent emprunté par les fenêtres dans des projets foireux.Ce qui n'est pas rentable na pas grand avenir dans ce domaine, une fois les dindons plumés. Le seul bon côté c'est que cela simpl...

à écrit le 15/06/2021 à 11:57
Signaler
Evidemment le remboursement de la dette à effet levier n'est pas la priorité du private equity...

à écrit le 15/06/2021 à 11:38
Signaler
les travaux de l éolien commencent par polluer la baie de ST BRIEUC ! pour finir comme PLOGOFF ?

le 15/06/2021 à 16:44
Signaler
Pas que : Lors d'un survol des côtes bretonnes effectué le 13 avril dernier, le Centre d'étude et de valorisation des algues (CEVA) basé à Pleubian dans les Côtes d'Armor a observé des échouages très importants d'algues vertes dans la baie de Sain...

à écrit le 15/06/2021 à 7:42
Signaler
Bref! Les rentiers se protègent mais ne participent pas!

à écrit le 14/06/2021 à 15:34
Signaler
Mais ces trois quart combien représentent ils en pourcentage des investissements tandis qu'en 2018 11 personnes possédaient la moitié des richesses du monde et qu'en 2019 ils n'étaient plus que dix ? On sait que 100 entreprises produisent 70% des GES...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.