La Ville de Paris émet son 2e green bond

 |   |  359  mots
Les fonds seront utilisés pour financer des projets présentant un bénéfice environnemental et social, s’inscrivant pleinement dans les objectifs du futur plan climat de la Ville.
Les fonds seront utilisés pour financer "des projets présentant un bénéfice environnemental et social, s’inscrivant pleinement dans les objectifs du futur plan climat de la Ville". (Crédits : Paris)
La capitale a émis pour 320 millions d'euros d'obligations "développement durable" (impact environnemental et social) à long terme (17 ans). Sa première obligation verte remontait à fin 2015.

Deux jours après avoir présenté son nouveau Plan Climat, la Ville de Paris vient souligner ses engagements en revenant sur les marchés obligataires pour son deuxième green bond : elle a levé 320 millions d'euros par le biais d'obligations "développement durable" (green & social bonds) d'une maturité de 17 ans, à un taux de 1,428%, « soit un différentiel de taux par rapport aux obligations d'Etat de seulement 0,20% » se félicitent les services de la Mairie. Selon Elle fait état dans un communiqué d'un « volume très important de la demande exprimée par les investisseurs (1,3 milliard d'euros) » et d'une « grande diversité géographique des investisseurs nationaux et internationaux. »

La Ville de Paris avait émis sa première obligation verte, d'un montant de 300 millions d'euros, à la veille de la COP 21, en novembre 2015.

« La réussite de cette opération conforte la place de la Ville de Paris comme leader des métropoles vertes, durables et solidaires », a commenté Emmanuel Grégoire, adjoint à la Maire de Paris, en charge du budget, du financement et de la transformation des politiques publiques.  « L'attractivité  de la signature Ville de Paris et le dynamisme de la place financière parisienne bénéficient aujourd'hui à l'ensemble des Parisiens, en contribuant activement au bien-être des générations présentes et futures. »

Bénéfice environnemental et social

Les fonds seront utilisés pour financer « des projets présentant un bénéfice environnemental et social, s'inscrivant pleinement dans les objectifs du futur plan climat de la Ville.» La capitale précise que « outre leur impact écologique, les projets concernés par cet emprunt vont aussi conduire à des avancées concrètes dans les domaines du logement et de la cohésion sociale, véritables priorités du contrat de mandature.»

« Cet engagement des acteurs de la finance va contribuer à accélérer la transformation de Paris vers une ville neutre en carbone et 100% énergies renouvelables. Ces projets de la transition écologique sont des investissements pour l'avenir », a réagi Célia Blauel, adjointe en charge de l'environnement, du développement durable, de l'eau, de la politique des canaux et du nouveau plan climat énergie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2017 à 13:40 :
et hop, encore 320 millions de dette en plus.

Sous Hidalgo et en deux ans seulement [2014-2016] l'endettement de Paris est passé de 4.17 milliards € à 5.19 milliards €, soit de 1850 €/hab à 2890 €/hab.

La cour régionale des comptes a souligné que de 2015 à 2016, la dette aura gonflé de 11% et elle s'inquiète de la trajectoire suivie, d'autant plus que les dépenses ne sont pas maîtrisées.

Faire à la fois du bling bling et de l'écolofachisme ça n'est ni aimable ni efficace.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :