Le Brexit ne perturbe pas les introductions en Bourse

 |   |  389  mots
La Bourse Royale d'Angleterre à Londres
La Bourse Royale d'Angleterre à Londres (Crédits : DR)
Après une année 2016 difficile, le marché européen des introductions en Bourse (IPO) a commencé à se reprendre au premier trimestre, tiré par de grosses opérations en Espagne et au Royaume-Uni, Londres restant la place la plus attractive, selon une étude de PwC publiée lundi.

"Alors que le premier trimestre 2016 a été affecté par l'incertitude politique et des inquiétudes concernant la croissance économique mondiale, les conditions cette année ont été plus favorables aux introductions en Bourse", a commenté Lucy Tarleton, directrice de la division marchés de capitaux chez PwC Royaume-Uni, citée dans l'étude.

 Une conjoncture pourtant peu favorable aux IPOs

Malgré l'activation de l'Article 50 ouvrant les discussions sur le Brexit et les élections néerlandaises ce trimestre, la volatilité du marché est restée faible, ce qui, "combiné à un environnement de taux d'intérêt bas", signifie qu'un "flux vigoureux d'IPOs" va commencer à émerger à travers le continent européen, a-t-elle ajouté.

Si le nombre d'introductions en Bourse en Europe est resté quasiment stable par rapport au premier trimestre 2016, à 53 contre 50, les montants levés ont en revanche augmenté de 28% à 4,5 milliards d'euros.

Avec vingt introductions en Bourse pour un montant global de 2,1 milliards d'euros (1,8 milliard de livres), la Bourse de Londres conserve, en dépit du Brexit, son rang de place financière la plus attractive en Europe, à la fois en termes de volume et de valeur, ceux-ci n'ayant quasiment pas varié par rapport au premier trimestre 2016, relève l'étude de PwC.

Cinq grosses opérations en mars

La fin du trimestre a été particulièrement active puisque les cinq plus importantes opérations de la période ont toutes été réalisées au mois de mars avec les introductions à la Bourse de Madrid de Prosegur Cash, filiale du convoyeur de fonds Prosegur, et du promoteur immobilier Neinor Homes pour respectivement 750 et 709 millions d'euros, devant celles, à Londres, de la société d'investissement BioPharma Credit (705 millions d'euros) et de la firme de services financiers Ocelot Partners (395 millions d'euros).

La Bourse de Madrid (1,5 milliard d'euros levés via 6 entrées en Bourse) et l'opérateur Nasdaq Nordic (400 millions d'euros levés via 13 opérations), qui gère les places de Stockholm, Copenhague, Helsinki, Reykjavik, Riga, Tallinn et Vilnius, complètent le podium.

Au niveau mondial, 380 introductions en Bourse ont été réalisées au premier trimestre 2017, selon PwC. Si la Bourse de New York a accueilli les deux plus grosses IPO que sont Snapchat et Invitation Homes, de la période, c'est l'Asie Pacifique qui a continué à être la région la plus active tant en valeur qu'en volume.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2017 à 13:04 :
Sauf que l'article 50 vient juste d etre lancé et qu'on a pour l'instant aucun recul. Taux d inflation, taux d'intérêt... Je ne crirais pas "liberté". Les véritables enjeux arrivent maintenant.
Réponse de le 11/04/2017 à 7:01 :
J'ai toute confiance en nos amis britanniques, contrairement à nos dirigeants français qui nous ont roulé dans la farine avec leurs traités en 1992 et 2009 et conduit à cette arnaque qu'est l'EU actuelle. Même un ancien "soviétique" à compris que cette m...e ne marcherait pas.
https://www.youtube.com/watch?v=-5bdhn0IKKU
a écrit le 10/04/2017 à 12:37 :
hahahahaha ! Le Brexit, on nous avait promis qu'il n'y aurait plus de toits sur les maisons, des orages, des ruées, des cohortes de migrants quittant l'enfer ... hahahaha bravo les British, et bon vent ... "libre" !
a écrit le 10/04/2017 à 9:53 :
En effet, mais par contre la bourse a tout fait pour perturber le brexit.

Mais bon ça ne marche pas à tous les coups, ce qui est assez rare pour le souligner. Une belle défaite de l'oligarchie qui a voulu une nouvelle fois nous faire peur mais petit à petit, mensonges après manipulations, on fini par avoir de moins en moins peur de leurs histoires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :