Le surendettement diminue en France, mais touche les plus fragiles

 |   |  489  mots
L'endettement global des ménages français en situation de surendettement s'est élevé à 6,6 milliards d'euros en 2018.
L'endettement global des ménages français en situation de surendettement s'est élevé à 6,6 milliards d'euros en 2018. (Crédits : Banque de France)
En 2018, 162.936 dossiers de surendettement ont été déposés, contre 180.000 en 2017. Le surendettement touche désormais moins les ménages ayant contracté de nombreux crédits à la consommation et davantage les populations en situation de fragilité au regard de leur situation familiale ou de leur emploi.

C'est une spécificité française. Notre banque centrale n'œuvre pas uniquement sur la stratégie monétaire et la stabilité financière, elle apporte également son soutien aux ménages en difficulté dans le cadre de commissions de surendettement. La Banque de France a ainsi présenté, ce mardi 5 février, son enquête typologique sur le surendettement des ménages en 2018. Bonne nouvelle, le nombre de ménages surendettés a diminué.

« Nous assistons à une baisse nette et continue du nombre de ménages surendettés. Cette baisse intervient pour la quatrième année consécutive, elle ne s'explique donc pas juste par un facteur conjoncturel. 162.936 dossiers de surendettement ont été déposés en 2018. Cela représente une baisse de 10% par rapport à 2017 et de 29% par rapport à 2014 », s'est réjoui Erick Lacourrege, directeur général des services à l'économie et du réseau au sein de la Banque de France.

Parmi ces 162.936 dossiers, 91.899 correspondent à des « primodépôts», c'est-à-dire à des nouvelles situations de surendettement en 2018. Ce nombre est en baisse pour la sixième année consécutive et permet de revenir à un niveau proche de celui de l'année 1990, première année de mise en œuvre de la loi Neiertz sur le surendettement. « Cette réduction s'est amorcée dès l'été 2012 », souligne Erick Lacourrege.

Comment expliquer cette tendance de fond ? La Banque de France l'impute directement à la mise en œuvre effective de différentes lois (la loi Lagarde en juillet 2010 et la loi Hamon en juillet 2014) visant à protéger le consommateur. Ces textes ont permis une distribution plus raisonnable des crédits à la consommation via la mise en place d'un certain nombre de garde-fous. Une analyse de la solvabilité du consommateur est devenue obligatoire et ce dernier bénéficie également d'une meilleure information.

Les populations fragiles, premières victimes du surendettement

Cette interprétation se traduit dans les chiffres. Aujourd'hui, plus de 20% des situations de surendettement ne comportent aucune dette à la consommation.

« Le surendettement des ménages a évolué. Avant il s'expliquait par un excès de crédits à la consommation. Aujourd'hui, il concerne des ménages dont la fragilité financière est liée à des facteurs familiaux ou à leur emploi », analyse Erick Lacourrege.

Ainsi 21,6% des ménages surendettés sont des familles monoparentales et plus de 25% des personnes surendettées sont au chômage. Par ailleurs, les femmes sont plus exposées au risque de surendettement car elles sont plus souvent à la tête d'une famille monoparentale et disposent de revenus inférieurs à ceux des hommes.

L'endettement global des ménages français en situation de surendettement s'est élevé à 6,6 milliards d'euros en 2018, soit un recul de 8,8% par rapport à 2017, et de plus de 20% par rapport à son pic de 2014.

Au cours de l'année 2018, 600.000 personnes sont venues prendre des renseignements ou chercher une aide au regard de leur situation financière auprès de la Banque de France.

--

Surendettement des ménages en 2018

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2019 à 12:55 :
il suffit de voter une taxe forfaitaire de 10% sur les rentiers de la republique qui gagnent en moyenne 10% de plus que dans le prive, ca degagera des fonds pour aider les pauvres, et ca reduira les inegalites

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :