Mario Draghi à la BCE : un bilan « énorme » et contrasté

 |   |  769  mots
Christine Lagarde et Mario Draghi lors de la cérémonie d'échange de la cloche du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, lundi 28 octobre 2019, à Francfort.
Christine Lagarde et Mario Draghi lors de la cérémonie d'échange de la cloche du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, lundi 28 octobre 2019, à Francfort. (Crédits : BCE)
Christine Lagarde succède ce 1er novembre au « sauveur de l’euro » à la tête de la BCE. La politique de « Super Mario », taux bas et injection massive de liquidités, a évité la déflation mais produit des effets secondaires.

Un pot de départ très VIP. À sa cérémonie d'adieux, Angela Merkel, Emmanuel Macron et Sergio Mattarella, le président italien, se sont succédé à la tribune au siège de la Banque centrale européenne, à Francfort, lundi 28 octobre, pour rendre hommage à Mario Draghi. « Vous avez sauvé l'Europe du naufrage », a déclaré le président français. « Bien plus qu'un mandat réussi, vous nous léguez le flambeau de l'humanisme européen. En sauvant l'euro, c'est la protection de l'Europe et de ses citoyens que vous avez assurée » a-t-il ajouté.

Cependant, à l'heure où Christine Lagarde prend officiellement la tête de l'institution, ce vendredi 1er novembre, le bilan du mandat de l'homme qui n'a pas relevé une seule fois les taux d'intérêt en huit ans ne fait pas l'unanimité.

« La BCE et Draghi ont sauvé la zone euro, mais à quel prix ? Nous avons maintenant trop de banques et d'entreprises « zombies » en Europe, habituées à l'argent bon marché, et cela va peser sur la croissance future » estime ainsi Jim Leaviss, responsable obligataire chez M&G Investments.

Les taux d'intérêt historiquement bas ont enrayé le risque de déflation mais ils ont produit des effets secondaires, nourrissant des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2019 à 10:05 :
Ceux qui ont quelques eco a la bank on interet a placer dans l'or.
a écrit le 31/10/2019 à 9:19 :
Draghi a fait ce qu'on lui a dit de faire comme Lagarde qui fera pareil, s'en prendre aux individus est inutile, pire de la fake news même, si ce n'est à leur servilité naturelle et bien ordonnée.
a écrit le 31/10/2019 à 8:35 :
"Enorme !" le qualificatif , tout en ironie utilisé par Mr ROLLIN , traduit à mon sens en effet le bilan de Mr DRAGHI .
Il a littéralement drogué toute l'économie européenne, en la gavant de monnaie , et ce pour éviter que quelques pays , comme la France , n'ait à prendre des mesures courageuses d'assainissement de leurs finances publiques .
Et Mme LAGARDE veut continuer ! continuons , nos enfants ou petits enfants paieront la note ...salée
Réponse de le 31/10/2019 à 10:21 :
Ca veut dire quoi des mesures courageuses assainissements des finances publiques ? lutter contre les paradis fiscaux , la culture de se soustraire à l’impôt pour les BAFA et autre sgroandes entreprises via des pays complaisants comme le Luxembourg, l'Irlande ou les Pays Bas ?

Les Etats n'arrivent plus à payer les frais d’infrastructures : hopitaux, ecoles, routes, prisons, ... vu que les profits des entreprises échappent de plus en plus à leurs champs d'actions . On fait quoi ? on preleve encore plus les citoyens ou on s'attaque aux causes de cette fuite des recettes ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :