«Nous avons distribué 550 millions d’euros de Prêts garantis par l'État à l’ESS», Benoît Catel, DG du Crédit coopératif

 |   |  1607  mots
(Crédits : Reuters)
Membre du groupe BPCE, le Crédit coopératif tire la majorité de ses revenus de l'Economie sociale et solidaire (ESS). Son directeur général, Benoît Catel, explique à La Tribune pourquoi ces associations et coopératives ont été davantage touchées par la crise sanitaire et comment la banque les a accompagnées. Il prévient que cette crise aura des conséquences durables pour le Crédit coopératif, qui s'attend à un potentiel doublement du coût du risque en 2020 et à une érosion d'au moins 5% de ses revenus.

LA TRIBUNE - Comment le Crédit coopératif s'est-il organisé dans le contexte de la crise sanitaire ?

Benoît Catel - La priorité a été de préserver la santé de nos salariés et de nos clients tout en maintenant ouvert la totalité de nos centres d'affaires (72 pour le Crédit coopératif et une quarantaine pour nos filiales) ainsi que notre siège. Un tiers de nos collaborateurs était présent sur site, un tiers travaillait à distance et un autre tiers n'était pas en activité (arrêt maladie, personnes fragiles ou garde d'enfants).

Nous avons beaucoup fonctionné à distance avec nos clients, mais cela n'a pas toujours été possible, notamment parce que nous comptons quelques 150.000 personnes clientes sous tutelle ou curatelle. Ces clients, qui ont souvent des revenus très modestes, ne disposent pas de carte de paiement et étaient donc obligés de venir aux guichets pour retirer de l'argent. Nous avons alors mis en place des créneaux horaires et des modalités de retrait spécifiques pour garantir la sécurité des clients et de nos collaborateurs.

Certains de nos clients entrepreneurs avaient aussi des dossiers en cours, des urgences à traiter pour lesquelles le recours à nos centres d'affaires étaient nécessaire. En quelques semaines, nous avons transformé nos habitudes et fait preuve de créativité. Toutes les opérations courantes ont été assurées : les prélèvements, les versements de salaires, les paiements sans contact, etc. Ce sont des milliards d'opérations qui ont bien fonctionné. On a tendance à oublier qu'il y a un travail derrière ces opérations car elles sont invisibles, mais tous nos collaborateurs se sont fortement mobilisés.

La majorité des revenus du Crédit coopératif provient des clients de l'Economie sociale et solidaire (ESS). Comment ces structures ont-elles été impactées par la crise sanitaire et le confinement ?

Comme d'autres entreprises plus classiques, nos clients ont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :