Scandale de blanchiment : Danske Banke finit par remercier son patron

 |   |  382  mots
Danske Bank a annoncé dans un communiqué que Jesper Nielsen, qui travaille chez Dankse Bank depuis 1996, occupera le poste de directeur général à titre provisoire, mais il ne sera pas candidat au poste de manière permanente
Danske Bank a annoncé dans un communiqué que Jesper Nielsen, qui travaille chez Dankse Bank depuis 1996, occupera le poste de directeur général à titre provisoire, mais il ne sera pas candidat au poste de manière permanente (Crédits : Danske Bank)
Embourbée dans un vaste scandale de blanchiment d’argent qui porterait sur 200 milliards d’euros, la première banque danoise a annoncé ce lundi le départ avec effet immédiat du directeur général, Thomas Borgen, qui devait rester jusqu'à la nomination de son successeur. Face aux pressions, Danske Bank a nommé un DG par interim.

Danske Bank a cédé aux pressions. La première banque danoise a indiqué dans un communiqué, daté du lundi 1er octobre, avoir relevé de ses fonctions le directeur général Thomas Borgen et nommé Jesper Nielsen au poste de DG par interim, avec effet immédiat, jusqu'à ce qu'un successeur définitif soit désigné. Le 19 septembre Thomas Borgen avait annoncé sa démission le jour où Danske Bank avait rendu public un rapport d'enquête sur une énorme affaire de blanchiment d'argent ayant impliqué sa filiale estonienne entre 2007 et 2015.

Le communiqué  précise que Jesper Nielsen, qui travaille chez Dankse Bank depuis 1996, gardera sa fonction de directeur pour le Danemark et n'est pas candidat au poste de directeur-général de manière permanente.

"Nous pensons que dans la situation actuelle de la banque, il est préférable que le directeur général fasse également partie de l'avenir du groupe", a expliqué le président du conseil d'administration, Ole Andersen, dans un communiqué envoyé à Reuters.

Parmi les successeurs pressentis, Jacob Aarup-Andersen, directeur de la gestion de patrimoine de Danske, pourrait décrocher le poste, selon Reuters, qui cite des analystes. D'autres noms ont été évoqués, tels que Jakob Horder (Morgan Stanley) ou encore Annika Falkengren (SEB).

Un départ sous pression

Des investisseurs ont fait savoir qu'ils n'appréciaient pas le maintien du DG en place, compte tenu de son implication dans l'affaire. Il était en effet chargé des opérations internationales, incluant l'Estonie, entre 2009 et 2012. Le responsable de la société de conseil aux actionnaires Hermes Eos a estimé que le conseil devait suivre l'exemple de Siemens dans l'affaire de corruption et devait davantage chercher les responsabilités en interne.

Or le rapport d'enquête avait conclu que ni le DG ni le président ni le conseil d'administration n'avaient « enfreint leurs obligations légales envers Danske Bank ».

Ce rapport réalisé par un cabinet d'avocats mandaté par Danske Bank, a révélé que la filiale estonienne de la banque avait vu transiter près de 1.500 milliards de couronnes danoises (environ 200 milliards d'euros), entre 2007 et 2015, depuis les comptes de 15.000 clients étrangers non-résidents en Estonie. Des révélations avaient déjà fait la une de la presse danoise et britannique ces derniers mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2018 à 7:02 :
Remercier = en traduction littérale bancaire:
« Et merci encore une fois pour tout ce que tu as fais, on se retrouve au conseil d administration pour les dividendes, faut que j appelle l état pour qu il rembourse »...
a écrit le 01/10/2018 à 14:58 :
Encore une fois, les principaux responsables que sont les propriétaires de ces multinationales financières, ne vont pas être punis générant un énième fusible qui certes ne terminera pas sur la paille on est tranquille pour lui mais par contre maintenant une déresponsabilisation totale de nos propriétaires de capitaux et d'outils de production.

Nous entretenons le cercle vicieux qui nous enfonce dans notre déclin économique.
a écrit le 01/10/2018 à 13:40 :
Marre de ces PDG qui reste dans la boite sans prendre leur responsabilités et sans passer par la case prison, ils ont droit de recommencer tranquillement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :