Succession  : des frais bancaires en hausse et très disparates

 |   |  724  mots
Selon une étude publiée par le comparateur Meilleurebanque.com, deux assureurs se trouvent en tête des établissements qui prélèvent les frais les plus élevés pour une succession moyenne : Allianz et Axa Banque facturent chacun 450 euros.
Selon une étude publiée par le comparateur Meilleurebanque.com, deux assureurs se trouvent en tête des établissements qui prélèvent les frais les plus élevés pour une succession moyenne : Allianz et Axa Banque facturent chacun 450 euros. (Crédits : Meilleurebanque.com)
Selon une étude publiée par le comparateur Meilleurebanque.com, la facture moyenne des banques pour solder une succession est estimée à 215 euros en 2018. Dans certains cas, les tarifs peuvent monter jusqu'à 450 euros.

À l'approche de la Toussaint, certains décortiquent les facturations des pompes funèbres, d'autres se penchent sur les frais prélevés par les banques au moment des successions. Le comparateur MeilleureBanque.com a passé en revue les grilles tarifaires de 115 établissements régionaux et nationaux. Pour l'année 2018, les frais facturés par les banques lors des successions, souvent évalués en fonction du montant laissé par le défunt sur son compte, ressortent en moyenne à 215 euros, soit 3,8% de plus qu'en 2017 et 27,6% de plus qu'il y a six ans. Pour parvenir à ce résultat, le comparateur a pris pour modèle une succession « simple », réglée en deux mois pour un montant de 15.000 euros (hors assurance-vie) et a remarqué des disparités notables d'un établissement à l'autre.

« Si la moyenne des frais de succession est, en 2018, de 215 euros, celle-ci masque des écarts de 75 à 450 euros », note Maxime Chipoy, responsable de Meilleurbanque.com, cité dans un communiqué.

Les tarifs les plus élevés se retrouvent chez les filiales d'assureurs, Allianz Banque (qui comptait 156.000 clients fin 2017) et Axa Banque (700.000 clients), qui auraient augmenté respectivement de 198% et 29% leurs frais depuis 2012 (à 450 euros). La mutuelle Macif enregistre la hausse la plus importante en six ans, de 275%, à 180 euros.

Du côté des grands réseaux, LCL a accru de 119% ses frais à 306 euros et BNP Paribas de 55% à 240 euros. Société Générale les a augmentés de 32%, dont 20% au cours de l'année passée, à 192 euros.

Les banques en ligne relativement coûteuses

Du côté des banques en ligne, les frais de succession ont augmenté de 55% à 240 euros chez Hello bank!.

« Avec des forfaits à 300 euros, Boursorama, Fortuneo et ING Direct sont relativement coûteuses pour des successions moyennes », a ajouté Meilleurebanque.com.

BforBank (150€) se distingue, dans la moyenne basse au niveau tarifaire, d'après le comparateur. D'ailleurs, parmi les établissements qui facturent le moins pour ce type de prestation, on retrouve plusieurs caisses régionales du Crédit Agricole (maison-mère de Bforbank). Ainsi, le Crédit Agricole Nord Est, qui prélève 75 euros, est la banque la moins chère selon l'étude, suivie de ses sœurs du Val-de-France (90 euros) et de Touraine Poitou (95,29 euros).

L'année dernière, Meilleurebanque.com avait déjà fait état d'une hausse de la facture moyenne des banques pour solder une succession, atteignant les 208 euros. En s'appuyant sur le nombre de décès recensés en 2017 par l'Insee (un peu plus de 600.000 personnes décédées), le comparateur a estimé que les établissements avaient prélevé environ 120 millions d'euros au titre des frais de succession (sans prendre en compte les parts de marché des établissements). « Ce chiffre devrait continuer à croître cette année », étant donné que ces frais sont en hausse de 3,8%, estime Maxime Chipoy.

Les banques doivent encore prouver qu'elles sont capables d'améliorer l'accompagnement lors des moments importants de la vie. La 8e édition de l'étude Deloitte sur les relations banques et clients, publiée en septembre dernier avait estimé que 35% des personnes interrogées considéraient que « leur banque ne les a pas aidés » lors des questions d'héritage et de succession.

Les arguments des banques

Plusieurs grandes banques ont mis en place des cellules dédiées au succession (au divorce également ou à la retraite), et font valoir qu'elles assurent un accompagnement qui va au-delà des seuls virements.

Accusées de se faire de l'argent sur les morts, les banques se défendent. Axa Banque, qui s'est justifiée auprès du Parisien, insiste sur la qualité de ses services et la multiplication des manipulations manuelles de ses conseillers.

« Sur ce type de successions, nos experts doivent à la fois se charger de la partie banque au quotidien (comptes et livrets d'épargnes) et la partie financière avec des produits comme le PEA », a ajouté l'établissement français.

Le comparateur pointe cependant la forte différence tarifaire entre les successions réalisées en interne et celles qui requiert un transfert de fonds dans un autre établissement.

« L'unique différence de travail entre une succession réalisée en interne et une succession externe est le fait, pour la banque, d'effectuer un virement sortant. Une opération qu'elle facture 3 à 5 euros pour un client vivant...et donc, parfois, 150 fois plus cher quand le client est décédé ! », a expliqué Maxime Chapoy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :