Un trader de Goldman Sachs a gagné plus de 100 millions de dollars

Tom Malafronte, un des spécialistes des obligations spéculatives, a réalisé à lui seul un gain dépassant 100 millions pour le compte de son employeur.

1 mn

Cet ancien de Credit Suisse a acheté des milliards de dollars de junk bonds, de la dette d'entreprises au profil de crédit risqué mais à haut rendement, à bas prix en début d'année, avant de les revendre avec une méga plus-value quelques mois plus tard.
Cet ancien de Credit Suisse a acheté des milliards de dollars de "junk bonds", de la dette d'entreprises au profil de crédit risqué mais à haut rendement, à bas prix en début d'année, avant de les revendre avec une méga plus-value quelques mois plus tard. (Crédits : Reuters)

Même le Wall Street Journal en est un peu ébahi. Un des traders de Goldman Sachs a réalisé, à lui tout seul, pour le compte de la banque, un gain de plus de 100 millions de dollars, a révélé le quotidien américain. C'est un trader de 34 ans, Tom Malafronte, responsable du desk des obligations dites "pourries", ou "hautement spéculatives", à New York. Cet ancien de Credit Suisse a acheté des milliards de dollars de "junk bonds", de la dette d'entreprises au profil de crédit risqué mais à haut rendement, à bas prix en début d'année, avant de les revendre avec une méga plus-value quelques mois plus tard. Malafronte s'est concentré sur quelques entreprises, des mines, le distributeur Toys R Us, le fabricant de cosmétiques Avon. Certains jours, il représentait plus d'un tiers du volume total d'échange de ces obligations.

Prise de risque et limites journalières

Ce montant astronomique interroge sur la prise de risque autorisée au sein de la banque américaine, plus de huit ans après la chute de Lehman Brothers. Goldman Sachs a-t-elle agi en son seul rôle de "market-maker" ou pour son propre profit, potentiellement au détriment des intérêts de ses clients ? Le "Wall Street" relève que le Congrès a voté des lois encadrant les activités des banques pour compte propre. Le journal observe qu'on ne sait pas si les opérations de Malafronte ont dépassé ses limites journalières de trading et si la Fed les a examinées en détails.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 23/10/2016 à 8:07
Signaler
Si GS lui octroie ce bonus, j'ose à peine imaginer ce qu'il a pu lui faire gagner!

à écrit le 20/10/2016 à 8:16
Signaler
Un systeme financier sain peut il fonctionner dans ces conditions? et si il avait loupé son coup... il aurait touché seulement 10 millions $ et les contribuables et deposants du monde entier auraient payé la cascade de pertes des banques.... mais heu...

à écrit le 20/10/2016 à 0:13
Signaler
1/ C'est marqué où que la banque a le droit de faire ce qu'elle veut de votre argent ? Meme de spéculer (ils appellent ça "investir" lol). 2/ une banque qui ne fait pas de spéculation, vous en connaissez ? quels noms ? ( banque de dépot et non pas...

à écrit le 19/10/2016 à 21:21
Signaler
On est bien content pour ce trader, l'histoire se termine bien pour lui. Je lui conseille de prendre sa retraite tout de suite et de ne pas tenter de reiterer son exploit pour le bien commun.

à écrit le 19/10/2016 à 19:18
Signaler
y a 25 ans il y en a un qui etait aussi responsable de desk junk bonds, champion en maths, et qui a finit en prison...

à écrit le 19/10/2016 à 18:22
Signaler
C'est grâce à des gens comme lui que des crises surviennent et que des gens plongent dans la misère. Lui il s'en moque il aura perçu son bonus...et en cas de malheur la banque refilera ses actifs viciés à l'Etat...elle n'est pas belle la vie?

à écrit le 19/10/2016 à 17:49
Signaler
Malheureusement mesdemoiselles et mesdames, inutile de m'écrire pour me demander en mariage, c'est pas moi le gagnant :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.