Bioxegy, la jeune pousse qui innove en imitant la nature

 |   |  1057  mots
Des organismes de recherche fondamentale ont pris langue avec la startup.
Des organismes de recherche fondamentale ont pris langue avec la startup. (Crédits : Bioxegy)
Cette startup propose aux entreprises des solutions industrielles inspirées des exemples offerts par le monde vivant. Une approche originale et prometteuse.

Dans la mythologie des startups, les plus grandes réussites commencent toujours par des petites histoires, des rencontres fortuites ou situations insolites qui suscitent un eureka : Steve Jobs (Apple) dans son garage, Frédéric Mazzella (BlaBlaCar) sur la route de ses vacances... À l'origine de Bioxegy, une startup dédiée au biomimétisme, il y a d'abord l'histoire d'amitié de deux étudiants. Sidney Rostan et Simon de Myttenaere ne se font jamais prier pour raconter - ils n'expliquent pas, ils racontent - ce qu'est le biomimétisme, cette discipline qui s'inspire du vivant pour innover. Un vaste sujet qui n'a plus rien d'abstrait une fois exposé par les deux ex-étudiants. Inlassables et enthousiastes, Sidney Rostan et Simon de Myttenaere endossent le rôle d'« évangélistes », le mot ne les dérange pas... Le biomimétisme est encore mal connu, et le travail de pédagogie est énorme.

Un brin ambitieux, brillants sans aucun doute, idéalistes, Sidney Rostan et Simon de Myttenaere ne sont pas pour autant des idéologues. Lorsqu'ils fondent Bioxegy en janvier 2018, leur cahier des charges est tout ce qu'il y a de plus rationnel, et les contrats pleuvent. « Il n'y a pas de problème au monde que la nature n'ait été capable de résoudre en quatre milliards d'années », tranche un Sidney Rostan très darwinien. Soit ! Sur cette belle parole, les deux comparses racontent avec passion toutes les prouesses de la nature que l'homme n'a pas été capable de penser par lui-même.

Une méthodologie qui séduit

La baleine à bosse ? Ses nageoires sont notoirement laides, mais par un système très ingénieux et néanmoins naturel elles permettent de débiter l'eau à une vitesse supérieure. Cette propriété a inspiré les pales d'éoliennes. Regardez comme les fruits de la bardane s'accrochent au poil de votre chien, et vous découvrez le velcro ! Même la tour Eiffel emprunte sa forme à celle de l'os du fémur ! Tout dans la nature peut inspirer l'innovation : le pivert et ses chocs - 1.0000 coups de bec par jour sans fracture crânienne -, la soie des araignées... Les entreprises sont immédiatement intéressées par la nouvelle approche promue par Bioxegy. Pas seulement pour les solutions concrètes apportées, mais aussi pour la méthodologie proposée par Sidney Rostan et Simon de Myttenaere. Parmi les entreprises qui ont approché Bioxegy, on trouve de grands groupes industriels, des équipementiers automobiles, des entreprises pharmaceutiques ou des industriels de l'aéronautique. Des organismes de recherche fondamentale, telle l'agence spatiale Cnes, ont également pris langue avec la jeune pousse.

Mais, sans formation scientifique, les deux entrepreneurs engagent un énorme travail de veille sur l'actualité des sciences, se documentent sur la faune et la flore, et interrogent biologistes et ingénieurs. Le succès de Bioxegy est aussi le résultat d'une très précoce expérience professionnelle. D'un côté, Simon de Myttenaere, double diplômé de Sciences Po Lyon et de l'École de management de Lyon (où il a rencontré Sidney Rostan), est en poste à l'ambassade de France à Bruxelles. Pas encore âgé de 25 ans, le jeune homme se voit déjà confier de prestigieuses responsabilités. De son côté, Sidney Rostan achève son master de l'EM Lyon par une série de stages chez des constructeurs automobiles allemands. Passionné d'automobile, celui qui est aussi allemand par son père semble avoir atteint ce que le monde de l'entreprise peut offrir de meilleur à de jeunes diplômés. Pourtant, il n'est pas à l'aise dans cet univers.

« J'étais une goutte d'eau dans un océan, et j'ai été pris dans un rouage qui ne m'appartenait pas, et moi, je suis un créatif, j'ai besoin d'être libre [...]. Je voulais défricher quelque chose de nouveau, explorer l'inconnu », se souvient-il. C'est alors qu'il découvre, presque par hasard, une conférence d'Idriss Aberkane, connu pour ses exposés sur l'économie de la connaissance et les neurosciences. « Il m'a convaincu de m'intéresser au biomimétisme. J'ai alors décidé d'en faire l'objet de mon mémoire. » Un an après sa fondation, le bien-fondé de Bioxegy n'est plus questionné. La startup, qui loge encore dans la pépinière parisienne de l'EM Lyon, est en phase de déploiement, et s'apprête même à recruter pour accélérer et répondre à la demande. Bioxegy travaille par étape. D'abord, l'équipe s'immerge dans l'univers de l'entreprise et « s'acclimate ». Elle fait ensuite la pédagogie du biomimétisme aux équipes d'ingénieurs, qui présentent, eux, leurs enjeux, leurs problématiques... Bioxegy étudie alors les solutions offertes par la nature et livre une proposition d'innovation. La mission dure environ six mois. Pour Sidney Rostan, c'est comme être « l'architecte du pont qui relie les techniciens de l'entreprise aux experts du vivant ».

Dépasser le seul champ de l'industrie

Sidney Rostan et Simon de Myttenaere veulent faire de Bioxegy la société référente au niveau mondial. D'après eux, la France est le terreau idéal pour développer leur entreprise. « La France a tous les outils, c'est 10 % de la biodiversité mondiale, un tissu académique parmi les mieux dotés... La France n'a rien à envier à l'Allemagne en matière de connaissances biologiques et académiques », insiste Sidney Rostan. La jeune pousse française ne veut pas se cantonner aux aspects industriels : elle entend ainsi investir le champ tertiaire comme les solutions logistiques, la gestion de flux, les algorithmes bio-inspirés et même les sciences des organisations.

« La synchronisation des équipes dans le schéma organisationnel des meutes de loup est une véritable source de réflexion », explique Simon de Myttenaere. Mais le succès de Bioxegy n'est pas fondé sur cette seule idée géniale, il tient également aux personnalités des deux créateurs. Leur aisance relationnelle a ainsi contribué à leur développement et à la progression de leur réseau. Lors de la soirée de lancement de Bioxegy à Paris, ils ont réussi à constituer une table ronde avec, en guest star Yves Jégo. Avenants, un rien séducteurs, les deux jeunes entrepreneurs accrochent leur auditoire. Ils transportent sans difficulté dans un monde de faune et de flore, tout en gardant les pieds sur terre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2019 à 15:20 :
la nature fait n'importe quoi, la preuve elle a fait l'homme, qui en fait partie.
et quelque mal qu'ils se donnent ils ne feront que des choses humaines
Réponse de le 25/04/2019 à 20:57 :
La nature existait déjà avant l’homme.
La création et la bêtise de l’homme sont entièrement le choix de l’homme .

Hypothèse 1 : Adam...Ève.. et la 🍎
Hypothèse 2 : la mutation du singe préhistorique
Hypothèse 3 : la mutation d’un têtard préhistorique

L’homme vient de loin... de la guerre du 🔥... à aujourd’hui à la conquête du cosmos...

Et il veut «  revenir «  aux sources en imitant «  la nature »
a écrit le 24/04/2019 à 13:41 :
La nature a ses raisons que l’homme ne peut pas comprendre.
En prenant la théorie de l’effet papillon , rien n’est lié au hasard et chaque chose ne devrait il pas être à sa place ?
L’innovation est en rupture d’idées et cherche des idées utiles pour révolutionner le monde humain et surtout pour adapter l’innovation à la vie humaine , serait plus juste.

Adapter cette innovation technologique aux humains.
C’est l’objectif de tous les jeunes pousses technologiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :