La faillite de Suntech, une ombre sur le secteur solaire

 |   |  1055  mots
Devant le siège de Suntech, situé à Wuxi, dans la province de Jiangsu. Copyright Reuters
Devant le siège de Suntech, situé à Wuxi, dans la province de Jiangsu. Copyright Reuters
La chute de Suntech Power le 20 mars dernier a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le ciel du solaire mondial. Mais ce n'est ni la première, ni la dernière des banqueroutes de ce secteur, malgré des perspectives qui restent au beau fixe.

Elle a beau avoir été précédée de signes avant-coureurs, la faillite de Suntech Power n'en a pas moins fait l'effet d'une déflagration. A cela, plusieurs raisons : jusqu'à peu, Suntech n'était rien de moins que le leader mondial du secteur. Mieux, l'emblème de la domination chinoise sur le marché international, accusée d'avoir entraîné ces deux dernières années la chute de nombreuses entreprises occidentales, notamment allemandes et américaines.

Une chute qui suscite les interrogations

La faillite d'une société chinoise, en tant que telle, est d'ailleurs suffisamment rare pour susciter des interrogations, quand on a si souvent vu les autorités voler au secours des acteurs nationaux. Enfin, elle intervient sur un marché - national mais aussi mondial - dont les perspectives, en termes de potentiel de ventes, n'ont jamais été aussi radieuses.

Fondé en 2001 par Shi Zhengrong, surnommé "le Roi soleil", l'homme le plus riche de Chine en 2006, Suntech était coté à la Bourse de New-York depuis 2005 et a régné sur le marché mondial jusqu'en 2011, avant d'être supplanté par son compatriote Yingli. Des investissements massifs lui ont permis de construire une capacité de production de pas...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :