Bombardier triple son bénéfice mais supprime 3.000 postes supplémentaires

 |  | 357 mots
Lecture 2 min.
Le groupe d'aéronautique et de transport affiche de solides performances en 2008, mais compte tenu de la conjoncture dégradée, il prévoit une baisse de sa production et supprime 3.000 emplois de plus que prévu.

Le bénéfice net annuel du groupe canadien se monte à 1 milliard de dollars, soit 750 millions d'euros. Lors de l'exercice 2007, le résultat net n'était que de 317 millions d'euros. Le chiffre d'affaires a lui progressé de 13%, passant de 17,5 à 19,7 milliards de dollars (14,75 milliards d'euros).

Mais ces bons résultats sont à traiter avec précaution. Au quatrième trimestre, les performances de Bombardier restent solides avec un bénéfice net de 309 millions de dollars, en hausse de plus de 40%, mais ses ventes sont tout juste en progression, à 5,4 milliards de dollars de ventes.

Et de fait, l'horizon s'assombrit pour le fabricant de matériel ferroviaire et d'aéronautique. Le carnet de commandes au 31 janvier 2009 totalisait 48,2 milliards de dollars, contre 53,6 milliards de dollars un an auparavant. Bombardier précise que cette baisse est due à la dépréciation de devises par rapport au dollar américain. Mais dans le même temps, il revoit à la baisse toutes ses cadences de production de biréacteurs d'affaires et de biréacteurs régionaux.

Conséquence de ce ralentissement de la production dans sa branche Aéronautique, le canadien annonce une réduction additionnelle d'environ 10% des effectifs de la division, soit la suppression de 3.000 postes au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique et en Irlande du Nord. Cette baisse d'effectifs "s'ajoute aux 1.360 mises à pied annoncées le 5 février dernier", précise le groupe.

La branche Aéronautique n'en demeure pas loin l'activité la plus importante du groupe. En 2009, son chiffre d'affaires a atteint 10 milliards de dollars et son carnet de commandes totalisait 23,5 milliards de dollars fin janvier. Les revenus de la division Transport sont plus modestes, 9,8 milliards de dollars en 2008, mais ils ont bondi de 25% sur l'année. La branche totalisait également 24,7 milliards de dollars de commandes.

Quant au ferroviaire, Bombardier a annoncé ce jeudi avoir obtenu un contrat de 188 millions d'euros pour la fourniture de 120 voitures Electrostar à livrer entre mars et juin 2011 au groupe de transport britannique National Express. Bombardier Transport a conclu un accord en ce sens avec Lloyds TSB et London Eastern Railways, filiale de National Express, ainsi que des services de maintenance d'une durée de trois ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Triplement des bénéfices et suppression de milliers de postes : voici en quelques mots l'un des principaux problèmes du capitalisme...
Il n'y a rien à rajouter...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
seulement !!!! avec un benef pareil aurrais du en mettre 5 milles dehors
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Etienne: en quoi est-ce l'un des problèmes du capitalisme? Je pense qu'il faut raisonner en client et le capitalisme libéral nous a plus apporté que le capitalisme monopoliste d'Etat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :