Les pays clients de l'A400M ne veulent payer que deux milliards d'euros de plus

 |  | 286 mots
Ce programme d'un montant de 20 milliards d'euros est menacé par de nombreux retards et soucis techniques. Le ministre de la Défense, Hervé Morin, considère que EADS doit consentir à "un effort au moins équivalent".

Selon des sources proches du parlement et du ministère de la défense allemands, les nations qui ont acheté l'avion de transport militaire A400M d'EADS, le groupe européen d'aéronautique, d'espace et d'armement, maison-mère d'Airbus, proposent d'apporter deux milliards d'euros pour tenter de sauver le programme. Et non 6,4 milliards comme le demande EADS (5,2 milliards plus deux milliards de surcoûts supplémentaires moins 600 millions d'économies possibles).

Ce programme d'un montant de 20 milliards d'euros est menacé par de nombreux retards et soucis techniques. EADS a menacé à plusieurs reprises d'abandonner le projet.

Le ministre de la Défense Hervé Morin considère que EADS doit consentir à "un effort au moins équivalent, sinon plus" à celui consenti par les Etats européens partenaires. "Aujourd'hui, nous avons conclu des accords sur le calendrier, sur les spécificités, (...) Il nous reste à discuter du partage des surcoûts, mais il faut qu'EADS fasse un effort", a-t-il déclaré sur LCI, à propos des sept pays européens participants au programme A400M, en rappelant qu'EADS, actionnaire principal d'Airbus, constructeur de l'avion, "a signé un contrat" qui "normalement l'engage à payer la totalité du surcoût".

"Les Etats, considérant qu'il s'agit d'un programme militaire, et que tout programme militaire amène à des surcoûts, sont prêts à faire un effort, mais cet effort doit être accompagné d'un effort au moins équivalent sinon plus d'EADS". Il demande "un partage" du surcoût qui "permette à l'ensemble des pays de rester autour de la table".

Du coup, une telle solution pourrait peser sur les finances d'EADS. C'est ce qui pousse l'agence de notation financière Fitch Ratings à considérer que cela pourrait avoir un impact négatif sur la note du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2010 à 9:01 :
Je ne comprendrai jamais les réactions de certaines personnes ! Vous vous permettez de sortir des vérités toutes faites (je vous cites) : "L'envoyer au tapis sera à la portée de chaque combattant."... Vous êtes tellement éloigné de la réalité ! Bref, renseignez vous en premier lieu. Sinon, cet avion est magnifique, utile et bien meilleur que tous les autres disponibles sur le marché. Il tire vers le (très) haut l'aéronautique européenne et ses emplois...
a écrit le 28/01/2010 à 14:32 :
Cet avion est trés cher. Chaque pays ne pourra s'en "offrir" qu'un petit nombre d'exemplaires. L'envoyer au tapis sera à la portée de chaque combattant. Une fois 4 ou 5 hors d'usage, le pays en question aura subit des pertes financières telles qu'il devra renoncer à ce type d'avion et se rabattre sur du moins cher, du jettable, à l'exemple de ce qui sortait des chaines en grande série à la fin en 1943-44. Alors ? un avion "militaire" réservé au temps de paix ? Ou une folie irresponsable ? C'est le petit peuple qui paie
a écrit le 28/01/2010 à 14:22 :
Cet avion est très cher. Chaque pays ne pourra s'en "offrir" qu'un petit nombre d'exemplaires. L'envoyer au tapis sera à la portée du tout combattant. Et une fois 4 ou 5 hors service, le pays en question devra se rabattre sur du moins cher.
Alors ? avion militaire pour les temps de paix ? ou utopie.
Une fois de plus en tondant la laine sur le dos du petit peuple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :