Coup dur pour EADS avant le contrat du siècle des ravitailleurs américains

 |   |  174  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Un A330 destiné à l'Australie, mais similaire à celui proposé aux forces américaines, a connu un incident mercredi. L'avion a eu des dégâts. La décision américaine est attendue en février.

Une belle tuile pour EADS et Airbus à quelques semaines de l'attribution par l'armée de l'air américaine du contrat de 179 avions ravitalleurs pour quelque 35 milliards de dollars (26 milliards d'euros). Un A330, destiné aux forces australiennes, similaire à celui qui bataille aux Etats-Unis contre Boeing, a connu un incident mercredi au cours d'un vol d'entraînement au dessus de l'Atlantique.

L'incident est survenu "pendant le ravitaillement en combustible" a indiqué dans un communiqué James Darcy, un porte-parole d' EADS North America. Il semble assez sérieux -suffisamment pour en faire état-. En effet, la perche dans laquelle transite le kérozène qui relie l'avion ravitailleur à l'avion de qui doit refaire le plein chasse (en l'occurrence un F-16 de l'armée portugaise) "s'est détachée et est en partie tombée dans la mer".

Les deux appareils ont été endommagés mais ont pu atterrir à leurs bases au Portugal.

L'avion doit être livré à l'Australie. Les deux premiers exemplaires des cinq commandés doivent être livrés à l'armée de l'air australienne en février.
.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2011 à 18:18 :
Quoiqu'il en soit les dés sont pipés d'avance. Obama ne c'estjamais caché que l'armée devait faire jouer la préférence nationale Pour un prix nobel de la paix ?
Réponse de le 21/02/2011 à 8:03 :
la préférence nationale devrait jouer,armée américaines:matériel américain.
EADS:avions pour les associés européens.
Les dés sont toujours pipés en France a l/avantage de Dassault,donc pas de critiques acceptables concernant les U.S.A.s/ils commandent chez Boeing !
a écrit le 21/01/2011 à 14:23 :
coquelicot, un titre "Bonne affaire pour EADS" serait tout de même bizarre
a écrit le 21/01/2011 à 12:52 :
Je pense que la question est celle du titre "Coup dur pour EADS". Aussi longtemps que l'on ignore les détails, il s'agit d'un incident qui ne remet pas en cause a priori les qualités de cet appareil.
On pourrait parler de "coup dur" s'il s'agissait d'une faiblesse majeure prouvée.
J'apprécie beaucoup cette synthèse quotidienne de La Tribune, mais Messieurs les journalistes, de grâce, évitez les titres trop ronflants!
a écrit le 21/01/2011 à 9:47 :
99 pour cent des incidents/accidents en aéronautique concernent des fautes de pilotage.Dans le cas présent,compte tenu de la délicatesse de l'opération et aussi peut-être du peu d'accoutumance du pilote de chasse,de la robustesse de la perche(souvent achetée sur étagère aux américains et adaptée)on peut sans coup férir incriminer l'erreur humaine.
a écrit le 21/01/2011 à 9:00 :
L'évocation de cet incident par La Tribune présente un caractère sensationnaliste. Elle est d'autant plus inappropriée que l'appareil incriminé n'avait pas même encore été livré et concernait un pilote portugais étranger au contrat australien. L'article ne précise pas si nous sommes en présence d'une erreur de pilotage de ce dernier. Avec tout le respect que je dois à La Tribune, lu toujours avec le plus vif intérêt, nous glissons, cette fois-ci, dans les ragots rapportés par des personnels indélicats. L'information de presse est exacte, le commentaire du journaliste excessif.
a écrit le 20/01/2011 à 23:15 :
le compte rendu d'incident est obligatoire, quelque soit l'importance de l'incident ,la sécurité est à ce prix , airbus ou boeing ont les mêmes obligations , il ne faut pas " pousser mémère dans les orties " on est dans le mineur .
a écrit le 20/01/2011 à 22:51 :
L'expérience de Boeing montre, hélas, que quand la boîte communique d'elle même sur un incident, çà sent pas bon.
a écrit le 20/01/2011 à 22:34 :
c'est la presse ! économique ou politique il faut faire du sensationnel avec des titres racoleurs ! une perche de ravitaillement ce n'est pas un moteur ou un incendie comme sur l'A380 ou le 787 ! pitié copiez donc le Financial Times et ne vous transformez pas en petit rapporteur !
Réponse de le 21/01/2011 à 6:56 :
Le Financial Times ? Certes très bon journal mais parfois soupçonné de servir avant tout les intérêts anglo-saxons, notamment dans la mise en avant de tous les problèmes de la zone euro. Quant à votre appréciation, un problème de perche de ravitaillement sur un avion ravitailleur, avouez que cela pose tout de même un problème. Quand Airbus (ou Boeing) emporte des succès (la 10.000ème commande récemment), La Tribune les met en avant. Bien à vous.
Réponse de le 21/01/2011 à 8:29 :
En même temps il ne vaut mieux pas perdre la perche de ravitaillement dans le feu de l'action. Ca serait con qu'un F-22 tombe en panne de fuel en plein milieu de l'Irak car n'ayant pas refait le plein. Je ne parle même pas du pilote à récupérer derrière ou des missiles perdus dans la nature. Bref, panne serieuse et incompréhensible.
a écrit le 20/01/2011 à 20:03 :
Si chaque fois qu'un constructeur a un probleme vous faites un article, on ne va pas y arriver. Tous les jours des problemes arrivent il ne faut pas en faire un plat.
Vous decribilisez AIRBUS pour rien.
Soyez positif un peu.
Merci
Réponse de le 20/01/2011 à 21:28 :
+1
Réponse de le 21/01/2011 à 7:57 :
@ Thecabau : ca n'est jamais moral et rarement utile, en dernière analyse (cf. Mediator), de cacher la vérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :