EADS : Berlin joue les intermédiaires pour Daimler

 |   |  182  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement allemand cherche un ou des investisseurs privés, allemands, qui reprennent la moitié de la part de 15% détenue par le constructeur allemand.

C'est une pure histoire germano-allemande. Le gouvernement allemand cherche un ou plusieurs investisseurs privés allemands pour reprendre la moitié de la part de 15% détenue par le constructeur allemand Daimler dans le groupe d'aéronautique et de défense européen EADS.

Daimler n'a jamais caché son intérêt de se désengager. Initialement il possédait 22,5% du groupe. Une participation de 7,5% a déjà été cédée à un consortium mené par Goldman Sachs et Deutsche Bank mais les droits de vote liés à cette participation ont été conservés par Daimler.

Selon nos informations, c'est ce schéma que cherche à reproduire la partie allemande avec une nouvelle cession de Daimler de 7,5% du capital tout en conservant les droits de vote. Histoire de préserver le pacte d'actionnaires et l'équilibre franco-allemand (22,5% du capital à des actionnaires de référence allemands d'un côté, 22,5% côté français répartis entre Lagardère, 7,5% et l'Etat, 15%).

« La Gouvernance d'EADS ne sera pas concernée », explique à la tribune.fr une source chez EADS. Officiellement, le groupe ne fait pas de commentaires.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :