François Fillon prend la défense du Rafale

 |   |  381  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
La France ne compte "en aucun cas" renoncer à ses compétences en matière aéronautique et espère exporter ses avions de combat Rafale de Dassault Aviation grâce à des partenariats stratégiques, a déclaré ce lundi François Fillon, répondant ainsi aux propos de Gérard Longuet, qui avait inquiété quant à l'avenir de l'avion de chasse.

Le Premier ministre, qui s'exprimait sur la base aérienne de Saint-Dizier (Haute-Marne) devant les membres de l'armée de l'air qui ont participé aux opérations en Libye et en Afghanistan, a mis les choses au point après les propos tenus par le ministre de la Défense, Gérard Longuet, la semaine dernière. Ce dernier avait indiqué mercredi dernier que la production du Rafale pourrait être arrêtée si la France ne parvenait pas à vendre son avion de combat à l'exportation. Cet arrêt de la chaîne de production n'interviendrait pas avant la fin de la livraison des appareils commandés par l'armée française, avait-il dit.

La France a prévu d'équiper ses armées de 180 Rafale d'ici à 2021, à raison de onze par an, et l'avionneur a livré cet été son centième appareil aux armées françaises, sur une commande ferme totale de 180 unités.

Pour François Fillon, si la France a pu intervenir en Libye, "c'est grâce à ses moyens performants et polyvalents, et je veux naturellement citer les mirages 2000 et le Rafale", citant "les savoir-faire de nos industriels et de plusieurs générations d'ingénieurs et d'ouvriers". "Ces compétences, qui sont des compétences uniques, la France ne compte en aucun cas y renoncer", a-t-il dit.

La volonté du gouvernement est de "développer ces savoir-faire et ces compétences avec des partenaires stratégiques qui partagent avec la France une ambition pour leur outil de défense. C'est le sens des efforts avec le Brésil, les Emirats arabes Unis, ou encore avec l'Inde", a-t-il poursuivi. "La France ne veut pas exporter le Rafale comme on exporte une simple machine. Elle veut des partenariats à long terme pour porter avec les pays intéressés une ambition technologique, une ambition industrielle et une ambition stratégique."

La France n'est toujours pas parvenue à vendre à l'exportation le fleuron de son industrie aéronautique militaire. Des négociations se poursuivent, notamment avec les Emirats arabes unis.

Cet appareil polyvalent, réputé l'un des plus performants du monde mais aussi l'un des plus chers, équipe l'armée de l'air et les forces aéronavales françaises.
Mais, à l'exportation, le Rafale souffre notamment de la concurrence du F-18 de Boeing, moins cher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2012 à 23:50 :
Je vais etre bref,6 crash depuis 2007 s'il vous plait,à 150 millions l'unités je vous laisse faire le calculs,deplus il ne disposera meme pas d'un radar AESA donc dans 10ans dépassés,pour tous ceux qui pense qu'il faut payé ceux prix pour ça ils sont vraiment fou!!!!!!
Réponse de le 01/02/2012 à 16:31 :
4 crashs selon wikipedia (c'est déjà pas mal) et le radar serait entré en production en 2010 je crois... Pour le reste pitié pour les conjugaisons!
a écrit le 15/12/2011 à 9:56 :
Nombreux sont ceux qui souhaiteraient rouler en ROLLS, mais qui se rabattent sur des marques moins prestigieuses (et surtout beaucoup moins onéreuses.) Car même si cette marque réputée proposait un partenariat, il faudrait toujours débourser beaucoup plus qu'un achat d'une berline "grand public". Je ressens les déclarations de notre 1er ministre comme une mascarade face à un aveu d'échecs commerciaux coutumiers. Cela dit, je vous souhaite à toutes et tous une rafale de voeux pour les fêtes de fin d'année!
Réponse de le 16/12/2011 à 12:08 :
D'abord, un avion de combat n'est pas une rolls ou une ferrari, il doit répondre d'abord à des besoins operationnels de l'armée,
le rafale remplace 7 avions différents, sem,jaguar,mirage F1, mirage 2000 C,D,B,N, 286 rafale remplaceront 700 avions.
il doit aussi être mesure de combatre le f35 américain, le T50 russe, le J20 chinois, quelle sont vos solutions ? le gripen et l'eurofighter n'en sont pas capable, il faut le savoir, ils se feront abatres comme des moineaux sans rien voir.
il ne sont pas dotés de fonction de furtivité ou de guerre électronique avancés, c'est ca qui coute cher.
un radar aesa coute 1 milliards ne R&D, le radar spectra passif pour faire la guerre electronique a couté 6 milliards d'euros en R&D.
Car les avions de nouvelles génération ressemble de plus aux sous marins, être détecter le plus tard possible et voir le plus loin possible. l'activation d'un radar d'un ennmi donne immédiatement votre position au rafale, qui lui peut détruire ennemi, sans qu'il soit obligé de réveler sa position. c'est la force du rafale, spectra est la boite à secret du rafale, le seul qui dispose une fonction équivalent et le f22 avec son alr94. En libye, les systemes anti aerien ont été incapble de voir le rafale, il avait totalement disparu des radar


Réponse de le 21/12/2011 à 21:14 :
ha oui quand on voit la furtivités américaine ya de quoi pleuré de rire " bosnie" et surtout le drone ultra furtif vole par l iran . un drone sa se pirate un pilote sa s achéte + un pour les pilotes
a écrit le 13/12/2011 à 22:49 :
triste carrière pour le rafale, dommage...
J?espère que Dassaut, mettra en cause sa stratégie afin qu'àl'avenir l'aéronautique française crée réellement des bénéfices. Si non pourquoi garder une activité stratégique serte mais néanmoins déficitaire dont le coût est supporté par le contribuable?
Réponse de le 14/12/2011 à 11:45 :
vous melanger intéret stragique et rentabilité, vendre des avions de combat ne rapportent rien, il ne permettent pas de rembourser les 350 milliards de dollar du F35 americain, ou des 126 milliards de l'eurofighter, ou des 300 milliards du PAK FA russe ou du J20 chinois. Ou est ce que vous avez vu que armes sont rentable ? c'est le contribuable et l'etat qui paye les armes. Et pourquoi on finance, c'est parce qu'il y a des dangers majeurs geo politique, nous sommes dans une guerre froide multi polaire. Les guerres peuvent se déclencher à n'importe quel moment, georgie/russie, France /libye, d'autres arrivent. Pour ca il faut lire de la geo politique et la geo stratégie, ca vous permettra d'anticiper sur l'avenir et pourquoi on fait des armes, l'inde va devoir acheter beaucoup d'armement a cause la menace chino/pakistanaise en recherche permanente de confrontation. C'est pas parce que ne voyez pas le danger, que tout d'un coup il a disparu, je vous rassure, ces danger sont bien la et ils n'ont jamais été aussi présent, je conseille pas à la France de jouer la politique de l'autruche,sinon on fini dans la marmite.
Réponse de le 21/12/2011 à 21:10 :
oui et tout et la 1929====}2009 crise mondial il manque juste le crack chinois et c est repartie
a écrit le 13/12/2011 à 18:20 :
Pour ce qui concerne les avion de nouvelle génération, un rafale coute 100M$ par avion sorti d'usine, 150M$ tout compris (missile,simulateur,training), le programme a couté 80 milliards $ en R&D.
Son rival, le f35 américain, coutera 150M$ sorti d'usine et il est toujours pas fini, 250 M$ tout compris. le programme JSF a couté 350 Milliards $ payé par les européens en grande partie, et ca continu. Les deux avions sont assez proche dans leur capacité, bilan le jsf coutera deux fois plus cher que le rafale. C'est pas pour rien que les européens réduisent leur commande de f35 au fur et à mesure que le cout du programme JSF augmente.
Quand à l'eurofighter c'est un avion incomplet qui ne répond pas aux besoins opérationnels de l'armée française, plus cher, qui aurait couté 30% de plus au contribuable, il n'est pas furtif, un mauvais bombardier, pas navalisé, très gourmand en conso, il est court sur patte. incapable de faire du sead ou du cas, pas anti navire, pas de frappe nucléaire, le programme eurofighter a couté 126 Milliards $ .
a écrit le 13/12/2011 à 15:21 :
françois fillon se trompe:le rafale est bien trop puissant pour faire le trajet paris lemans tous les week end
a écrit le 13/12/2011 à 13:15 :
Fillon, le roi de la blogosphère nous éclaire de ces conseils avisés.... Est-ce qu'il a twitté son avis ??
a écrit le 13/12/2011 à 11:46 :
Si Fillon prend la défense du Rafale, alors c'est vraiment foutu !
Être soutenu par Fillon, c'est comme la corde qui soutient le pendu !
a écrit le 13/12/2011 à 11:39 :
Il a raison, mais ça ne changera rien.
Le complexe militaro-industriel, sans commandes de Rafale, aura du mal en 2012 à apporter de l'argent au candidat Sarkozy, d'où l'intervention de Fillon. Au moins, dans 15 ans, on est sûr que NS n'aura pas cette casserle-là aux fesses ...
a écrit le 13/12/2011 à 11:35 :
Au lieu de defendre le Rafale si on se posait la question Pourquoi personne n en veut?
Réponse de le 15/12/2011 à 10:06 :
Évidement, et vous avez raison! Les clients potentiels auraient-ils des doutes sur la fiabilité (politico-économique) du pays du constructeur? Cela sur le très long terme que représente l'acquisition et l'entretien d'avions de combat pendant 30 ans de carrière?
Je me suis déjà posé la question car obtenir la meilleure place aux essais et finir dans les choux est paradoxal...ou symptomatique.
a écrit le 13/12/2011 à 10:52 :
C'est l'assistanat au groupe militaro-politico-industriel de Dassault qui se consolide!
Réponse de le 13/12/2011 à 12:56 :
quel assistanat???
a écrit le 13/12/2011 à 10:31 :
Fillon, c'est les informations "Eclair journal" dans les cinémas des années 50. Tout vaut bien ce qui peut nous gonfler de fierté et susciter l'orgueil dans le coeur des gens. Je doute fort qu'il puisse être entendu, compte tenu du contexte.
a écrit le 13/12/2011 à 2:42 :
@reporter: lisez mes commentaires sur le sujet et aussi ceux de "L'immigré". Ceux de ce dernier (Les EAU disent non au Rafale, surtout) me paraissent pertinents par rapport à votre quête d'informations. Dommage que "L'immigré" ne soit pas français comme moi (sans vouloir l'offenser aucunement)...
Ce que notre cher premier ministre tente de démontrer n'aura pas de portée aussi profonde qu'il le sous-entend... Wait and see... May the force be with us, French people!
Réponse de le 13/12/2011 à 13:54 :
Maître Jedi, je ne suis qu'un vulgaire padawan qui s'efforce de comprendre les choses en essayant de ne point être tenté par "the dark side of the force"... Vous ne m'avez pas offensé.
a écrit le 12/12/2011 à 22:47 :
Le Rafale pas si couteux ... si on ne veut pas se vendre aux US , le seul autre choix aurait été l'Eurofighter , aussi cher et moins bien (pas encore omnirole) .... et en plus pour le même prix le Rafale est 100% Français ... Même si on ne le vend pas à l'export c'est quand même pour les employés de Dassault Safran Thales un des rare secteur industriel pas encore délocalisé !!! Vous voulez des avions américains et en parallèle ré industrialiser la France ?? n'importe quoi !!! De plus si on le vend, dès le lendemain les mêmes feront des commentaires du genre la France "marchande de Canons " c'est mal .... le pessimisme français et le dénigrement systématique de tous les produits français devient pénible lourd, et surtout la raison principale de nos échecs a tous les niveau !!! Français réveillez vous !!! au lieu de rêver d'acheter américain , Allemand ou Chinois !
Réponse de le 13/12/2011 à 0:21 :
D'accord avec vous et procede ainsi dans la vie quotidienne: j'ach? fran?s et/ou europeen dans la mesure du possible. Si tout est fabrique en Chine je prends le bien le moins cher. Exemple: j'ai achet?n electromenager hier, les prix variant de 10 a 50 euros. Eh bien, toutes les marques meme fran?ses italiennes etc.: made in china! Une honte, reindustrialisons l'Europe, imposons ?ous ces groupes ?ctroniques et high tech asiatiques de posseder au moins une usine en Europe pour y vendre leurs produits!
a écrit le 12/12/2011 à 18:18 :
La France avec une dette de pr?de 1700 milliards d'euros avait telle les moyens d'acheter 180 rafales hors de prix et hyper co?x en entretien invendables ?'exportation le Ministre de la Defense disait simplement la v?t?



Réponse de le 12/12/2011 à 18:55 :
Si aucun autre pays au monde ne veut les acheter, il y a peut-être des très bonnes raisons?
Dailleurs la dette francaise est maintenant 1800 milliards d''euro, une somme qui dépasse celle de l'Italie et ateindra sans doute 90% du PIB d'ici quelques mois. Un nouveau traité est venu où notre gouvernement promet de ne pas repèter le cynisme du passé mais pour une énième fois enfin respecter les règles de Maastricht, mais cette énième promesse n'a pas impressionnée les marchés.
Réponse de le 12/12/2011 à 21:26 :
et donc ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :