Après son échec en Suisse, Rafale envoie un "scud" sur son concurrent

 |   |  285  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que le gouvernement suisse vient d'annoncer qu'il a décidé d'acheter vingt-deux avions de combat Gripen au groupe suédois Saab, Rafale a cogné dur sur son concurrent, estimant que le Gripen "helvétisé n'existe que sur le papier".

Nouvel échec pour le Rafale français ! Le gouvernement suisse a décidé d'acheter vingt-deux avions de combat Gripen au groupe suédois Saab, pour remplacer ses F5 Tiger obsolètes, a-t-il annoncé ce mercredi. Berne a préféré cet avion au Rafale du français Dassault et à l'Eurofighter du groupe EADS, également en lice pour ce contrat de plusieurs milliards de francs suisses.

Mi-novembre, le Rafale, qui n'a jamais encore pu être exporté, avait connu un échec similaire aux Emirats arabes unis, après une autre déconvenue au Brésil. Le Rafale est encore en compétition pour un marché en Inde.

A 20 heures, Rafale international a réagi de manière plutôt vigoureuse à ce nouveau revers :

"L'équipe RAFALE a pris bonne note du choix des Autorités Suisses pour l'acquisition de leurs futurs avions de combat. Elle regrette que le Conseil Fédéral, comme il l'a officiellement exprimé, ait « sciemment décidé de ne pas positionner la Suisse au plus haut niveau européen s'agissant des performances des nouveaux avions de combat ».

Les capacités du RAFALE permettraient à la Confédération Helvétique d'acquérir un nombre inférieur d'appareils pour répondre aux besoins opérationnels, à un coût équivalent ou inférieur, tel que démontré lors des évaluations des Forces Aériennes Suisses.

Le GRIPEN « helvétisé » n'existe que sur le papier. Son développement technique et sa production devraient accroître significativement les efforts financiers des Autorités Suisses pour la réalisation de ce programme. RAFALE INTERNATIONAL remercie les 250 sociétés suisses qui ont adhéré à son projet de partenariat industriel dans les 26 cantons de la Confédération Helvétique."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2012 à 7:50 :
Comme partout , y compris en Suisse , les décideurs militaires sont sensibles aux
commissions , dans les négociations des marchés d'armement .Et en France ,
les rétro-commissions sont urgentes ; IL va entrer en campagne , l'Elysée ne devrait
plus payer.
a écrit le 06/01/2012 à 22:34 :
rafale s ce n'est pas une marque, c'est juste un nom d'avion qui ne représente pas le nom de la marque ex A380 A 320 on sait que c'est AIRBUS? mais rafale on se connait pas qui produit ce produit !!!!!!!!!!
a écrit le 02/01/2012 à 12:01 :
Quand on est con...on est con. Mais en France on fait mieux que le monde entier!
On insiste dans notre connerie!
Les suisses nous regardent en rigolant...car même si la concurrence a seulement un avion sur le papier...il n'y a pas le feu au lac...et en attendant l'argent est pour le moment dans leur poche!
Du point de vu industriel ce que fait Gripen n'est pas insurmontable et impossible à faire, et en plus les suisses peuvent refuser de commander! Un avion de ce genre une fois en l'air ressemble à n'importe quel autre! Le client est roi en la matière!
Quand j'ai une montre suisse au poignet, elle ne ce distingue des autres que par les diamants autour. On peut parfaitement se passer de diamants, on a l'heure quand même!
On a la connerie la plus prétentieuse du monde!
Réponse de le 23/01/2012 à 23:46 :
Et tu sembles en connaitre un rayon en la matiere.
Réponse de le 14/05/2013 à 13:00 :
je plussoie au commentaire de jolo
a écrit le 01/01/2012 à 21:51 :
Bonsoir,
je ne suis extremement calé en aviation militaire, mais au moins je sais que contrairement au rafale, le mirage F1 lui au moins il a pas fait un bide! mais bon, c'etait une autre époque.
Réponse de le 01/03/2013 à 19:21 :
Je ne suis extrêmement pas calé en histoire, mais au moins, le Rafale est un avion moderne qui répond aux exigences de son époque. Le F1 aujourd'hui à notre époque ferait un bide.
a écrit le 27/12/2011 à 21:31 :
Il y a trois ans, la France était la première à mettre la Suisse sur la "liste noire" des paradis fiscaux. Avec force trompettes, trop de fanfarre, tapage médiatique, etc. Voilà, le Rafale en a payé les frais. Où sera-t-il le prochain échec d'une vente de matériel de guerre français? en Turquie?...
a écrit le 10/12/2011 à 10:47 :
L'echec du rafale a une nom : Sarkosy. Et secondairement l'euro.

Les achats militaires sont d'abord conditionnés par la politique que l'argent. Et les suisses avait les moyens d'acheter du rafale. Seulement voilà, un président irréfléchi et impulsif est passé par là pour gripper la machine avec ses propos anti suisse. A vouloir tout faire tout seul à la place d'un premier ministre et commerciaux payés pour cela, les clients potentiels n'y ont vu qu'un marchands de tapies.
Réponse de le 13/02/2012 à 7:37 :
Arrêter de tout mettre sur le dos de Sarkozy ,vous êtes ridicule.Le programme Rafale a été lancé en 1976 ,1986 ,1988 a vu les premiers essais et c'est Mitterrand qui a donné son aval pour la construction vers 1993 si je me souviens bien. Que ce soit Mitterrand ou Chirac aucun de ces 2 chefs d'Etat n'ont sut promouvoir le Rafale ,seul le chef d'Etat M Sarkozy a sut le faire.Pas aisé de vendre un avion qui pendant 18 ans n' a connu que de échecs ,Pour info le Brésil tend vers l'achat du Rafale
a écrit le 05/12/2011 à 8:55 :
Salut à tous. Il s'agit d'arme de guerre, pas d'aspirateur. Si Dassault pouvait ne plus vendre ses "produits" militaires et réorienter ses ventes vers des secteurs utiles à tout le monde, leur bilan irait bien mieux.
Réponse de le 26/12/2011 à 12:01 :
Pour info le chiffre d'affaire de Dassault Aviation est constitué à 75% par du civil...
Réponse de le 28/01/2012 à 20:15 :
Bonjour,
De plus sans le développement d'avion de combat, Dassault ne serait jamais devenu ce qu'il est aujourd'hui.
a écrit le 03/12/2011 à 11:42 :
Je ne comprends pas pourquoi les suisses veulent acheter des avions de combat dernier cri,tout le monde sait que ce petit pays,l'avion a peine decollé est deja sorti du territoire,vaudrait mieux commander des avions a helice,biplans et autres
Réponse de le 12/12/2011 à 12:26 :
Ou bien recruter Mary Poppins ?
Réponse de le 06/01/2012 à 20:38 :
Israel est plus petite que la suisse , elle a probablement la premiere armée de l'air du monde !
Réponse de le 11/01/2012 à 14:04 :
ouaip mais les suisses ont pas les memes problemes avec leurs voisoins
Réponse de le 31/01/2012 à 18:55 :
Plus le pays est petit et plus il lui faut un avion puissant, rapide car en cas de pénétration dans l'espace aérien, l'avion "ennemi" sera très vite à porté de points stratégiques. Il faut donc réagir très vite et avoir un avion de chasse capable d'intercepter au plus vite un aéronef hostile. un avion ennemi peut être par exemple un avion détourné par des terroristes qui veulent le balancer sur un point stratégique dans ce petit pays.
a écrit le 02/12/2011 à 22:30 :
Je suis époustouflé par les commentaires de certains. A croire que vous travaillez tous dans l'Import / Export d'aviation militaire !!
Réponse de le 05/12/2011 à 8:11 :
On ne ferait pas PIRE que ceux qui y travaillent....et on serait certainement moins détestables dans l'attitude
a écrit le 02/12/2011 à 19:54 :
La famille Dassault ne veut pas perdre un Euro quelque soit le client. C'est clair ?! Moins ils vendront de Rafale à l'international plus le Rafale vendu à la France sera rentable. Alors...Circulez, y a plus rien à vendre !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :