Rafale : Dassault Aviation a déposé un recours en Suisse

 |   |  454  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Dassault Aviation a déposé un recours gracieux en Suisse, a révélé mardi le ministre de la Défense, Gérard Longuet.

Par Michel Cabirol, à Singapour

De passage mardi au salon aéronautique de Singapour où il est venu apporter son soutien aux entreprises françaises, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a révélé à quelques journalistes français que Dassault Aviation avait déposé un recours gracieux en Suisse à la suite de la décision de Berne de choisir l'avion de comnbat suédois au détriment du Rafale. Ce recours gracieux s'appuie notamment sur les conclusions des deux rapports ultra confidentiels de l'armée de l'air suisse, révélés par le journal helvète "Le Matin" et signés par le Commandant de corps Markus Gygax, commandant des Forces aériennes suisses.

Ces rapports sont explosifs pour le ministre de la Défense, Ueli Maurer, qui a choisi le Gripen fabriqué par Saab, en dépit de la médiocrité des performances opérationnelle de l'avion de combat suédois évaluées par les pilotes de l'armée de l'air suisse. De quoi s'agit-il ? De deux rapports d'évaluation, l'un sur les essais en vol des trois appareils sélectionnés par Berne (Rafale, Eurofighter et Gripen) , qui se sont déroulés entre fin juillet et début décembre en 2008, et l'autre sur le standard de l'avion de combat livré en 2015 à l'armée de l'air suisse. Leurs conclusions sont sans appel, le Gripen étant classé dernier.

Choisi par Ueli Maurer essentiellement pour ses capacités à effectuer des missions de police aérienne, le Gripen n'en serait même pas capable. L'avion de combat suédois « a été évalué comme insatisfaisant pour ce type de mission. Les principaux points faibles du Gripen ont été son endurance et ses performances » lors des essais en vol de 2008. Il obtient une note médiocre de 4,20 points tandis que le Rafale décroche un 6,71 points (6,2 points pour l'Eurofighter). L'avion de combat suédois est même devancé par les performances des F-18 suisses. Et d'enfoncer le clou : « le Gripen a été le seul candidat à ne pas atteindre le seuil minimal (6 points, ndlr) des capacités attendues ». Pour les auteurs du rapport, le Rafale détient en revanche « la meilleure efficacité et pertinence pour l'accomplissement » de la mission de police de l'air aérienne.

Par ailleurs, Gérard Longuet a indiqué qu'il avait "confiance dans les procédures suisses". Pour autant, a-t-il souligné, "la France ne va pas jouer les justiciers" et de rappeler que c'est à "la Suisse et l'entreprise" concernée de "gérer ce type de conflit". Et de conclure que ce sont "les autorités politiques qui décident et non pas les militaires", faisant allusion à la préférence de l'armée de l'air suisse pour le Rafale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2012 à 10:50 :
Contrairement à ce que dit Paul, le dernier mot n'est pas dit. Le journal "le matin" rapporte que le conseil fédéral, ont est membre le ministre de la défense Ueli Maurer, s'en tient au choix du Gripen. Mais ce choix doit être validé par le parlement. L'article du Matin se termine d'ailleurs par la phrase: "tout en notant qu?elle ne pouvait prédire ce que les Chambres décideront au final", ce qui est très clair.
C'est pourquoi Dassault a fait parvenir sa nouvelle offre aux membres du parlement suisse, pour qu'il n'approuve pas le choix du Gripen. Donc pour le "point final", il faut attendre le vote des chambres.
a écrit le 15/02/2012 à 14:01 :
Point final aux grands discours avisés: Ce jour le mercredi 15 février 2012, le gouvernement suisse a annoncé maintenir son choix d'acheter des Gripen. La France peut arrêter ses effets de manche, l'affaire est perdue. Seul point qui reste ouvert: Est-ce que le peuple suisse voudra acheter des avions de chasses? Il faut savoir qu'en Suisse une loi limite les dépenses de l'état: S'il y a dépense de 2 milliards pour les avions, il faut trouver 2 milliards d'économie ailleurs dans les dépenses de l'Etat
Réponse de le 15/02/2012 à 18:16 :
Bonsoir, je n'ai pas vu cette annonce dans les agences de presse. Pourriez-vous me dire sur quels médias avez-vous lu ou entendu cette information. Merci d'avance.
Réponse de le 15/02/2012 à 21:47 :
A lire dans n'importe quel media suisse du jour, exemple: http://www.lematin.ch/suisse/conseil-federal-s-tient-gripen/story/20875929. La presse française a un peu trop tendance à trier les informations à son avantage. Il faut toujours prendre la peine de lire les media étranger
a écrit le 14/02/2012 à 21:09 :
le ministre de la défense suisse est comme le Grippen : médiocre
Réponse de le 14/02/2012 à 21:47 :
Votre intervention est médiocre. La Suisse n'a pas de ministre de la défense. On parle de conseillers fédéraux. Gripen s'écrit avec un seul "P".
Réponse de le 15/02/2012 à 15:18 :
Faux! La Suisse a un ministre de la défense qui s'appèle Ueli Maurer et c'est l'un des 7 conseillers fédéraux. Il faut savoir que le gouvernement suisse ne fonctionne pas comme en France: Le grouvernement = le conseil fédéral composé de 7 membres, chacun ministre de quelque chose: Par exemple: Ueli Maurer est ministre de la défense et des sports. Les décisions se prennent à la majorité des 7 mais chacun doit défendre la position du gouvernement même si il était contre la décision lors du vote: on parle de collégialité. A remarquer que les 7 conseillers viennent de partis politiques différents: 2 gauches. 2 droites, 2 centre et 1 très à droite
a écrit le 14/02/2012 à 21:03 :
Le Grippen est comme le ministre de la défense : médiocre
a écrit le 14/02/2012 à 17:03 :
Le Gripen est cuit.
Réponse de le 14/02/2012 à 18:43 :
Oui le Gripen est cuit.
Mais le ministre aussi...
Mais également SAAB qui n'a plus de marché pour développer son Gripen NG...
Réponse de le 14/02/2012 à 21:45 :
Ils ont qu'à le vendre aux chinois et aux pakis, ça donnera aux Rafales indien de quoi se faire les dents ;)
a écrit le 14/02/2012 à 16:22 :
Dassault veut gagner par de la procédure minable.
------------------------------------------------------------------Procédures déplorables pour emporter un marché !
Réponse de le 14/02/2012 à 18:42 :
Vous avez raison! Procédure minable pour choisir le plus mauvais des 3 en faisant fi des évaluations réalisées et en en prenant le moins cher (soit-disant, car encore en développement sur le papier).
Vous avez raison! Ce sont bien des procédures déplorables de la part du ministre (plus pour longtemps!) de la défense suisse.
Réponse de le 14/02/2012 à 19:01 :
Pas d'accord; c'est de bonne guerre. On appelle cela "enfoncer le clou".
a écrit le 14/02/2012 à 15:56 :
Et, ce 14 février, la Suisse vient d'annocer officiellement qu'elle était prête à examiner une nouvelle offre de Dassault Aviation...
Affaire donc à suivre!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :