L'aéronautique française peine à recruter

Les entreprises du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) ont embauché 13.000 personnes en 2011. Un record certes, mais elles auraient pu aller jusqu'à 15.000 si la demande avait été au rendez-vous. En 2012, 13.000 nouvelles embauches sont prévues.

2 mn

Copyright Reuters

Alors que le taux de chômage fonce droit vers la barre des 10% de la population active, certains secteurs peinent à recruter. C'est le cas de l'aéronautique, où la hausse des cadences de production pour satisfaire les besoins des transporteurs, débouche certes sur des embauches record, mais qui restent en deçà des souhaits des entreprises. «Nous avons embauché 13.000 personnes en France en 2011, Ce record est une satisfaction par rapport aux 10.000 recrutements que nous avions prévu en début d'année, mais nous aurions du faire mieux. Nous avons des difficultés à trouver des gens qualifiés, plus précisément dans les petites entreprises en région» a déclaré ce mercredi Jean-Paul Herteman, le président du Gifas, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, également président du directoire de Safran. « Nous aurions pu aller jusqu'à 15.000 embauches », a assuré à l'AFP Claude Bresson, chargé des affaires sociales au sein du Gifas.

L'offre de l'éducation nationale inadaptée?

Si les maîtres d'?uvres comme Airbus ou Safran restent épargnés, les PME souffrent de leur manquent de notoriété. Pour Thierry Voiriot, responsable du comité Aero-PME du Gifas, « c'est une question de rencontre entre des gens qualifiés nécessaires et les bassins d'emplois ». « Il faut mettre le paquet dans les régions sur des qualifications techniques ». Et de pointer un « vrai problème d'offre et demande », avant de s'interroger : « L'offre de l'éducation nationale est-elle au niveau de notre demande ? Je ne le pense pas ».

Un apprentissage calqué sur l'Allemagne

Pour l'heure, « nous réglons cela en recourant aux heures supplémentaires ou à l'intérim, mais ce n'est pas la panacée », explique Jean-Paul Herteman.
Comme solution, le Gifas a obtenu une réforme de la gestion de l'apprentissage en permettant d'effectuer plusieurs apprentissages dans plusieurs entreprises. «Nous allons faire des associations entre des donneurs d'ordre et des sous-traitants pour monter des parcours d'apprentissage mixte », explique Jean-Paul Herteman. « C'est ce que font les Allemands », précise t-il.
Le secteur emploie aujourd'hui 162.00 personnes, en hausse de 3,2% et quasiment autant d'emplois indirects. Pour 2012, le Gifas table un niveau d'embauche identique à celui de l'an dernier. Ce mercredi, l'entreprise Assystem Aerospace a annoncé l'embauche de 400 personnes en France.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 25/04/2013 à 7:54
Signaler
Pourquoi voulez vous que des étudiants pas trop idiots, puisque justement c'est ce que l'on cherche, s'engagent dans des études longues et parfois difficiles pour être employés par des structures énormes qui à quelques exceptions près vont les traite...

à écrit le 19/05/2012 à 11:39
Signaler
Il est évident que ce type de titre est une escroquerie et l'on est triste que Fabrice Gliszczynski se fasse le complice de ces lobbys qui ne devraient plus exister. Des milliers d'emplois sont refusés par l'aéronautique car ce sont des personnes de ...

à écrit le 10/04/2012 à 8:42
Signaler
Je connais bien ce secteur, et ce n'est pas parce que on a bac+3 ou 4 ou 5 que l'on est un bon mécano. Oh, certe, on peut être apte a devenir un "presse boutons" càd faire fonctionner une machine à commandes numériques. Il existait autrefois, dan...

à écrit le 09/04/2012 à 9:20
Signaler
très belles analyses. Par contre, l'un de vous connais le site où se trouvent ces 2000 emplois vacants. Car évidemment si j'étais en manque de 2000 personnes et que je voulais vite recruter ces personnes, j'investirais dans un site répertoriant ces...

à écrit le 06/04/2012 à 8:57
Signaler
L article est incomplet ,il ne mentionne pas le montant des salaires verses par les entreprises,les possibilites de logement sur place,les possibilites de garde d enfant et d ecole cela est primordial pour quelqu un qui doit quitter son departement o...

le 06/04/2012 à 12:30
Signaler
C'est probabelement différent d'une région à un autre, mais en le de France, il n'y a pas de problème d'infrastructure, ni de niveau de rémunération, et pas de pénurie de chomeurs... Pourtant,le secteur aéro est dramatiquement en pénurie de vocations...

à écrit le 06/04/2012 à 8:27
Signaler
Oui pNv6wY tout a fait d'accord avec vos arguments. "L'éloignement", "entreprise variable d'ajustement" "progression de carrière" Celà nous éloigne un peu plus de la responsabilité de l'Education nationale, n est ce pas? Romany, par contre pas d'ac...

à écrit le 06/04/2012 à 5:38
Signaler
2000 emplois manquants!!! Où principalement? Les métiers manuels où les entreprises n'ont pas joués leur rôle formateur, ou tout du moins de transfert du savoir faire! Soit les métiers de chaudronniers, ajusteurs, ... Ces métiers manquent cruellement...

à écrit le 05/04/2012 à 22:50
Signaler
Et pendant ce temps-là, l'Education nationale introduit de la philo en 2nde et 1ère. Et pendant ce temps-là, les lycéens allemands ne font pas de philo...

à écrit le 05/04/2012 à 22:33
Signaler
L'aéronautique en France ne paie pas, c'est vrai de manière générale dans l'industrie française. Rien d'étonnant à ce que les personnes ayant des compétences partent à l'étranger. Aujourd'hui même les ingés qui sortent de supaéro préfèrent s'orienter...

le 24/04/2013 à 12:45
Signaler
Vous avez tout à fait raison. Et je déconseillerai à mes enfants de suivre des études scientifiques, sauf s'ils sont prêts à s'exiler. La France est condamnée à se désindustrialiser, il n'y a plus d'espoir en la matière. Avec les charges sociales, le...

à écrit le 05/04/2012 à 18:11
Signaler
le probleme est qu'en France , les filieres dites "techniques" ont toujours été considérées comme dégradantes : t'es pas bon en philo , on va te mettre en technique ! même probleme pour les profs qui se croient le nombril du monde parce qu''ils sont ...

le 05/04/2012 à 18:21
Signaler
Assez bien résumé...

à écrit le 05/04/2012 à 15:15
Signaler
Peut-être va t'on devoir importer de la main d'oeuvre étrangère.c'est pitoyable ,pour une fois que nous avons un secteur qui marche et qui embauche on est pas capable.

à écrit le 05/04/2012 à 14:36
Signaler
Assystem Aerospace n'est pas un acteur pérenne du secteur mais un marchand de main d'oeuvre bon marché (pour ne pas dire d'esclaves). Elle va recruter 400 personnes pour les vendre le prix d'environ 600, quel bénéfice pour le secteur !!!

à écrit le 05/04/2012 à 14:06
Signaler
Dans mon département du sud ouest des industriels de la mécanique se plaignent de ne pas avoir un vivier de bac pro pour faire tourner leurs machines faute de formations adaptées . Dans notre région les talents sont plus attirés par Toulouse que par...

à écrit le 05/04/2012 à 13:57
Signaler
Tout a fait d?accord avec Mecatroid. Dans ce cas n?est il pas caricatural de faire porter la responsabilité à l?Education Nationale (qui a certainement ses axes de progrès?) . A mon sens il est essentiel à chaque entreprise de maîtriser ses moteu...

le 05/04/2012 à 15:28
Signaler
Certaines ets sont installées depuis depuis longtemps dans des petites villes éloignées de Toulouse mais elle possèdent un savoir faire particulier qui fait que les grands groupes font régulièrement appelent à elles .Leur première difficulté vient de...

à écrit le 05/04/2012 à 12:45
Signaler
Ces entreprises doivent regarder du côté du FN car il me semble qu'il défend la préférence nationale. Il y a bcp de militant du FN capables d'occuper ces postes. Du pays de l'Identité nationales, je pense à mon As de coeur: L'Allemagne.

à écrit le 05/04/2012 à 11:08
Signaler
Un article un brin provocateur, que je trouve assez mal venu dans le contexte ambiant et ceci pour 3 raisons : RAISON 1 : Avec 5 millions de chômeurs en France (métropole + DomTom), ils n'ont pas réussi à trouver 2000 personnes ? Les DRH de ces socié...

le 05/04/2012 à 11:24
Signaler
5 millions de chomeurs pour 2000 emplois MANQUANT, cherchez l'erreur.

le 05/04/2012 à 13:34
Signaler
@Mecatroid : bonne analyse : analyse que l'on aimerait qu'elle vienne des journalistes !

le 05/04/2012 à 14:13
Signaler
"...du ressort de l'entreprise" d'accord. Ce que souhaitent les ets c'est de pouvoir recruter des candidats qui puissent suivre des formations en alternance niveau bac pro par exemple mais cela nécessite d'avoir à proximité un lycée professionnel qui...

le 05/04/2012 à 18:45
Signaler
"Les DRH de ces sociétés sont-ils réellement compétents ?" : oui j'ai postulé chez Airbus avec mon BAc+3 en protection des cultures je n'ai pas été retenu pour un poste de dessinateur de cabine et de chaudronnier ... je ne sais pas pourquoi !?? Ou e...

à écrit le 05/04/2012 à 10:08
Signaler
Pourtant il y a des poles d'excellences comme a Blagnac/Toulouse avec des écoles et centres de formation specifiques. Bon apres il faut des génis pour révolutionner l'aviation comme pour le PAL-V One : http://www.durableo.fr/article-la-voiture-vola...

le 05/04/2012 à 14:21
Signaler
La difficulté vient de l'éloignement de certaines entreprises qui possèdent un savoir faire qui a retenu l'attention du donneur d'ordre ( airbus par exemple) mais qui sont implantées dans des petites villes qui attirent moins que Toulouse .

le 05/04/2012 à 18:47
Signaler
Oui je comprend tout à fait ! et du savoir faire il y en a comme en Ariège avec MAPAERO qui s'occupe de peinture (ISO14001 et peintures "écologiques").

à écrit le 05/04/2012 à 9:37
Signaler
L'industrie est mal barrée les jeunes ingénieurs préfèrent devenir consultants ou traders.Le mal est fait et les lycées professionnels sont pratiquement inexistants.

le 05/04/2012 à 10:23
Signaler
dans le cas de consultant, c est en fait souvent des gens employes dans des SSII qui n ont de consultant que le nom. C est de l interim deguise puisqu ils travaillent chez le client, recoivent des ordres du client... chez Thales 50 % des equipes etai...

le 05/04/2012 à 14:58
Signaler
Je ne sais pas ce qu'est une SSII.

le 05/04/2012 à 22:47
Signaler
Une SSII est une Société de Services et d'Ingénierie Informatique.

à écrit le 05/04/2012 à 9:05
Signaler
C'est tout ce que vous avez trouvé comme photo pour illustrer "l'aéronautique française" ? Pas très valorisant. On comprend pourquoi personne ne se précipite... :-)

le 05/04/2012 à 11:29
Signaler
photo bidon ,la tenue ,le masque ,la porte ouverte et triffouiiler par l'oeilleton par une température proche des 1000 °

le 10/04/2012 à 8:56
Signaler
belphégor, vous n'y connaissez visiblement rien. Une petite visite dans une forge ou une fonderie vous ferai le plus grand bien.

à écrit le 05/04/2012 à 8:00
Signaler
la rançon d'un esprit français qui déteste les emplois manuels.

à écrit le 05/04/2012 à 7:27
Signaler
"" c'est la faute a sarkozy"" comme on dit ...

le 05/04/2012 à 8:30
Signaler
Il vantait avec verve la societe de services a l'anglaise, la financiarisation tout azimut de l'economie, il n'y a pas encore si longtemps que cela ....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.