industrie de la défense, vers une consolidation européenne ?

 |   |  474  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
A la veille de l'ouverture du salon de l'armement Eurosatory, Philippe Burtin, PDG de Nexter, estime qu'après avoir fait pendant 10 ans du sur place, l'idée d'un rapprochement entre industriels européens de la défense va progresser rapidement pour faire face à la concurrence des pays émergents.

 L'idée d'une consolidation de l'industrie européenne de la défense terrestre refait surface alors que s'ouvre lundi, près de Paris à Villepinte, le salon de la défense et de la sécurité Eurosatory, un des plus grands au monde. Philippe Burtin, le PDG de Nexter, fabricant français de blindés et de canons, a relancé le projet dans une rencontre avec la presse spécialisée avant ce salon. Depuis la création en 2000 du géant de l'aéronautique et de la défense EADS, par la fusion d'industries françaises, allemandes et espagnoles, la consolidation de l'industrie européenne fait du sur place.

François Hollande favorable a des rapprochements européens

Le nouveau président français François Hollande souhaite la relancer. "Les esprits sont prêts à cette structuration européenne et les entreprises y sont prêtes", a déclaré Philippe Burtin. "Nous souhaitons créer un acteur européen" pour faire face "à la montée en puissance des acteurs des pays émergents", comme la Chine, la Turquie ou la Corée. En février encore, M. Burtin déclarait que si tous les industriels européens convenaient de la nécessité de se rapprocher, aucun n'était prêt à franchir le pas. "Il y a des situations qui peuvent évoluer brutalement", dit-il désormais. Il n'a pas voulu donner de détails sur les rapprochements envisagés. D'après des sources industrielles, ils pourraient concerner des entreprises allemandes et italiennes.

Or, la présence de l'Etat français au capital des industriels de la défense reste un des obstacles à la consolidation transfrontalière, notamment avec les Allemands, et l'Etat détient encore 100% de Nexter.

La sécurité, un marché lucratif

Une des évolutions que ce salon, réservé aux professionnels, veut mettre en valeur est le glissement des industriels de la défense, confrontés aux réductions des budgets militaires, vers le secteur plus lucratif de la sécurité. "Dans la sécurité, il ne s'agit pas simplement de la sécurité d'Etat mais aussi de la sécurité privée: ce sont les entreprises privées qui sécurisent leurs plate formes pétrolières, le Stade de France, les chaînes d'hôtel ou les clubs de vacances", a expliqué Patrick Colas des Francs, commissaire général du salon, lors d'une conférence de presse de présentation.

Selon le commissaire du salon,  ce marché va se développer de manière considérable à l'avenir. "Le chiffre d'affaires est estimé à 50 milliards d'euros au niveau mondial et seulement quelques centaines de millions pour la France ce qui laisse de belles perspectives de développement", a souligné Bernard Refalo, un responsable du Groupement des industries de défense terrestre ou de sécurité terrestre et aéroterrestre (Gicat), organisateur du salon.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2012 à 19:31 :
Il serait temps !
Au moins d'avoir une puissance militaire équivalente, voire supérieure aux USA !
a écrit le 09/06/2012 à 17:27 :
Bonjour, parlons de NEXTER, une entreprise donc le capital est tenu par l?état français , cette entreprise ne fonctionne pas bien, car trop chère et pas assez novateur?.
Des bijoux trop technologiques et surtout hors de prix. Incapable de se réformer par elle-même, cette entreprise perd de l?argent depuis 15ans. Mr hollandes souhaite la réaction de champion Européen, cela est serte une bonne idée mais si il nie a pas de concurrence entre les entreprises, nous serons amener a pays le prix fort pour le travail demandé (A400 doublement du prix). En France, il y a des constructeurs sur l?armement terrestre (NEXTER, PANHART) et nous pouvons ajouter Renault Trucks Defense. Une fois ce champion français en course (payer par le contribuable), il ne faudra pas faire comme avec ACERLOR, le laisser victime d?une OPA.
a écrit le 09/06/2012 à 11:26 :
Les état sont tous actinnaires des industries de la defence. Si ils le veulent ils peuvent mettre commun leurs competences. on ce demande ce qu'ils attendent.
Je pense que chacun veut garder "une mains mise" sur un secteur strategique au lieu de le placer sous l'Europe. C'est d'ailleurs tout le pb de l'Europe : oui pour la communauté des autres mais pas pour moi
a écrit le 09/06/2012 à 11:26 :
Les état sont tous actinnaires des industries de la defence. Si ils le veulent ils peuvent mettre commun leurs competences. on ce demande ce qu'ils attendent.
Je pense que chacun veut garder "une mains mise" sur un secteur strategique au lieu de le placer sous l'Europe. C'est d'ailleurs tout le pb de l'Europe : oui pour la communauté des autres mais pas pour moi
a écrit le 09/06/2012 à 11:26 :
Les état sont tous actinnaires des industries de la defence. Si ils le veulent ils peuvent mettre commun leurs competences. on ce demande ce qu'ils attendent.
Je pense que chacun veut garder "une mains mise" sur un secteur strategique au lieu de le placer sous l'Europe. C'est d'ailleurs tout le pb de l'Europe : oui pour la communauté des autres mais pas pour moi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :