Après le "nein" à la fusion BAE-EADS, Berlin suspend un prêt à l'A350

 |   |  218  mots
Copyright Reuters
Selon le quotidien allemand "Handelsblatt" et l'agence Reuters, le gouvernement allemand a suspendu un prêt de 600 millions d'euros pour le développement de l'A350. Ceci en raison du non-respect par Airbus d'un accord sur la localisation en Allemagne de la production de ce biréacteur long-courrier.

Après avoir fait capoté le deal de la décennie entre EADS et BAE Systems, Berlin a suspendu un prêt de 600 millions d'euros destiné au développement de l'A350 d'Airbus, selon des informations du quotidien économique "Handelsblatt" et par l?agence Reuters qui cite des sources gouvernementales. Selon elles, le gouvernement allemand a décidé de ne pas verser ce prêt pour protester contre le non-respect par Airbus d'un accord sur la localisation outre-Rhin d'activités de la production de l'A350, un long-courrier dont la mise en service est prévue en 2014.

"Le prêt avait été accordé avec l'idée claire qu'Airbus renforce et développe ses activités de recherche, de développement et de production sur ses sites en Allemagne", a déclaré une source. Ces 600 millions d'euros devaient constituer la deuxième tranche d'un prêt d'un milliard promis par l'Allemagne pour contribuer au développement de l'A350. Selon le "Handelsblatt", elle aurait dû être débloquée ces jours-ci. Berlin avait exprimé en mars le souhait qu'Airbus accroisse la part de sa production assurée en Allemagne et que la direction du groupe d'aéronautique soit composée à part égale d'Allemands et de Français, ce qui avait conduit le groupe à dénoncer les tentatives d'influence politique sur sa gestion.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2013 à 16:15 :
mercie
a écrit le 17/10/2012 à 22:19 :
A qui profite la bisbrouille franco-allemande ? Enders est capable d'appeler son ami McNerney pour augmenter la sous-traitance de développement et de production chez Boeing (admettons, ses "filiales"). Vu le volume de la bulle monétaire qui inonde les marchés, le financement ne devrait pas être difficile à trouver. Du travail il y en a, autant pour les Allemands que les Français.
a écrit le 17/10/2012 à 20:28 :
Je rappelle que a l origine lAaerospatiale était plus gros que la partie allemande. mais pour faire airbsu les français ce sont p***e dessus.
J y travaille dans cette entreprise. La vérité est bien autre. d un cote l Allemagne qui défend son morceau (voir A400M, A320 next). d un cote la France paye le surcoût rubis- sur l ongle mais n a pas le travail de l autre l Allemagne ne paye pas que la moitie du surcout mais n a pas de diminution de sa part de travail. L afrique du sud a fait encore meilleur.n achete plus l avion mais a toujours le travail. Le ministre français de l époque s est même félicite d avoir sauver le projet. quelle n*l. airbus. c est un jeu de poker menteur. comme pour la fusion bae eads. la bae c était 34 pourcent et airbus 66 pourcent. l Angleterre exige que cela monte a 40/60. les français accepte comme des n*ls. les allemands refusent. normal. ils défendent leur parts. il ne faut pas vouloir faire l Europe en oubliant ses intérêts
Réponse de le 17/10/2012 à 21:41 :
Vu de l'intérieur il a toujours semblé que les Allemands ne jouaient pas le jeu et en demandaient toujours plus. Nombre d'exemples montrent que les français sont souvent les pigeons. Il y a quelques années un transfert d'activité a eu lieu dans le domaine spatial au profit de l'Allemagne qui devait restructurer ses activités en la matière. La restructuration n'a jamais eu lieu, et les activités ont bien été transférées. Pas de quoi s'étonner donc de cette attitude qui n'a rien de nouveau.
a écrit le 17/10/2012 à 17:52 :
L'allemagne a un avantage à cause de sa puissance. Ben oui, c'est normal. La france a oublié de faire toutes les réformes de structure, un chomage qui explose, des déficits non contenus et doit se plier.
a écrit le 17/10/2012 à 17:28 :
Encore une preuve que l'"union" européenne est un leurre.
a écrit le 17/10/2012 à 17:20 :
Que fait le ministre du "redressement productif" ?
Réponse de le 17/10/2012 à 20:39 :
Il critique les familles historiques d'investisseurs français, tel que Peugeot, Dassault, et voudrait mettre en place avec ses camarades des lois confisquant la réussite des pigeons...!
a écrit le 17/10/2012 à 17:19 :
on la vire quand cette merkozi déja c vrai qu'il faut que ce soit les américain qui vente leurs avion
quel nul c gouvernants
Réponse de le 17/10/2012 à 17:47 :
@gigi.....
Quand on ne sait pas ecrire ...on s'abstient.
Réponse de le 17/10/2012 à 23:24 :
AH JE SAIS PLUS CE QUE JE DIT

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :