Défense : pour qui sonne le glas... (1/3)

 |   |  1012  mots
Le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud // Wikipedia
Le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud // Wikipedia
Grandeur et décadence des armées françaises... Mercredi après-midi débute l'examen en séance des crédits de la mission Défense du projet de loi de finances (PLF) pour l'année 2013. Le PLF devrait en principe être voté le 20 novembre. En trois volets, voici les principales déclarations à l'occasion de leur audition à la commission de la défense de l'assemblée nationale du chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, puis des chefs d'état-major terre, air, marine et enfin du délégué général pour l'armement.

Dans ce premier volet, voici les principales déclarations de l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées, lors de son audition devant la commission de la défense de l'assemblée nationale :

? Sur le modèle défini par le Livre blanc de 2008 :

"Le modèle défini par le Livre blanc de 2008 n'est plus soutenable, malgré les efforts que l'État a consentis pour la défense et ceux des armées pour s'optimiser. Depuis 15 ans et la fin de la conscription, l'outil de défense est dimensionné en moyenne à 32 milliards constants en valeur de 2012. Le nouveau budget triennal programme 29 milliards pour 2015, soit quasiment 10% de moins. C'est clairement un changement de portage".

? Sur le recul des crédits à la défense cette année :

"En tenant compte des lois de finances rectificatives et du gel de crédits supplémentaires intervenu en juillet, les crédits de 2012 sont désormais en recul de 1,2 milliard par rapport à l'annuité initialement prévue. Conjugué à l'écart cumulé de 1,9 milliard de la fin de 2011 et sans préjuger des conditions de la fin de gestion de 2012, le recul dépassera les 3 milliards à la fin de l'année".

? Sur le gel des recrutements et le moral des troupes :

"D'autres risques concernent le domaine des ressources humaines. Les économies décidées imposent de geler le recrutement de 2000 personnes en 2012 et de diminuer de nouveau, en 2013, des mesures catégorielles. Le taux de retour des économies dégagées par les déflations s'établit, selon le ministère, à 33% en 2011 et à 20% en 2012. Selon le projet de loi de finances, il atteindra 30% en 2013, soit beaucoup moins que la norme en vigueur qui est de 50%. Le moral est déjà fragile, je l'ai souligné en juillet. Ce ne sont pas ces mesures qui vont l'améliorer».

? Sur le renouvellement des équipements :

"Les économies réalisées sur les équipements représentent 850 millions. Au total, la diminution des engagements atteint 5,5 milliards en 2012 et 2013, dont près de 4,5 pour les seules opérations d'armement, le reste se répartissant entre les petits équipements des armées et l'infrastructure. Sur deux ans, elle représente plus de la moitié d'une annuité du titre V. Ces décalages, qui préservent les choix futurs, impliquent dans l'immédiat des aggravations ou de nouvelles réductions temporaires de capacité, sans parler de la prolongation d'équipements à bout de souffle : les cloisons intérieures de certains avions sont dans un triste état ; dans la coque de certains navires, l'épaisseur du métal n'est plus que d'un centimètre en comptant les couches de peinture ; le châssis de certains blindés montre des faiblesses..."

? Sur la capacité à soutenir le rythme de l'effort budgétaire d'ici à 2015 :

"Au résultat, la divergence cumulée entre les ressources prévues aujourd'hui et la programmation initiale atteint 10 milliards pour 2013-2015, soit presque une année de masse salariale du ministère hors pensions ou la totalité du programme des six sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) Barracuda. Si l'on prolonge la tendance actuelle, on obtiendra en 2020 un écart de 40 milliards en valeur de 2012, soit 130% du budget total d'une année. Un tel écart n'est pas de l'ordre de l'ajustement. Il nous impose de revisiter nos ambitions. Pour mémoire, l'effort de défense était, aux normes OTAN -c'est-à-dire hors pensions et hors gendarmerie-, de 2% du PIB en 1997, avant de se stabiliser ces dix dernières années entre 1,6% et 1,7%. En 2012, il est de 1,55%. À l'horizon de 2015, il dépassera à peine 1,3%. Compte tenu de la situation des finances publiques, le modèle en vigueur n'est plus soutenable. Nous devrons donc penser autrement".

? Sur les gisements d'économies potentiels:

"Les déflations d'effectifs de la LPM en cours s'étalent jusqu'en 2015. Aller au-delà impliquerait des dissolutions de structures et d'unités de combat supplémentaires. On ne peut donc considérablement réduire la masse salariale. Deuxièmement, les marges de manoeuvre sur le fonctionnement courant sont désormais réduites à leur plus simple expression. Vous qui êtes au contact des réalités locales, interrogez les commandants d'unités ou de bases de défense. Ils vous diront que la fin de l'année sera difficile. Même si l'on décidait de nouvelles restructurations, seules à même de générer des effets d'échelle, elles ne produiraient pas d'économies à court terme, puisque toute réforme commence par un investissement. Troisièmement, l'activité opérationnelle est 10% à 15% en deçà des objectifs de la LPM, selon les capacités et les matériels. Le ministre de la défense a obtenu que les crédits soient plus importants en 2013, ce dont nous ne pouvons que nous réjouir: leur niveau actuel n'est pas loin de remettre en cause le choix d'une armée polyvalente et homogène, garantissant réactivité, souplesse d'emploi et endurance. Quatrième contrainte, les crédits d'entretien du matériel, en retrait de 550 millions sur les prévisions initiales pour 2009-2012, croissent en 2013, mais, en raison de l'arrivée de nouveaux matériels, ils devront ensuite être soutenus si nous ne voulons pas dégrader davantage une disponibilité technique déjà moyenne. Celle des matériels déployés en opérations est bonne, mais nous en sommes réduits à déshabiller Pierre pour habiller Paul. En ce qui concerne le maintien en condition opérationnelle (MCO) de nos matériels, nous avons réussi à faire autant avec moins de moyens; nous ne ferons pas mieux avec encore moins. Dès lors, les seuls nouveaux gisements d'économies sont externes. Ils se situent notamment dans les contrats de MCO que nous passons avec nos industriels, dont les marges, pointées par la Cour des comptes et l'inspection des finances, peuvent dépasser 50%. Nous devrons négocier avec eux, quitte à le faire assez brutalement".

 

>> A LIRE DEMAIN : les principales déclarations des chefs d'état-major terre, air, marine [Défense : pour qui sonne le glas... (2/3)] et enfin du délégué général pour l'armement [Défense : pour qui sonne le glas... (3/3)]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2012 à 15:20 :
Pauvre France! Rogner sur les budgets de la Défense pour alimenter d'autres qui ne servent à rien.
a écrit le 07/11/2012 à 3:40 :
votre commentaire est plein de bon sens.... mais il n'y a pas que dans l'armée ou il y a plétore de bureaucrate... il y a vraiment du "dégraissage" à faire...
a écrit le 07/11/2012 à 1:53 :
« Il semble que la phase d?autodestruction de notre défense soit désormais irrémédiablement engagée. » C?est par cette phrase lapidaire que Georges-Henri Bricet des Vallons conclut son article que Polémia a relevé dans Le Nouvel Economiste du 1 au 7/11/2012, et publié ci-après. Ce spécialiste des questions de défense livre un constat apocalyptique de la situation économique et logistique de nos armées, qui, depuis leur professionnalisme en 1996, se paupérisent au fil des gouvernements successifs en moyens matériels et en effectifs. Nous assistons, dit l?auteur, à un « effondrement radical de ces moyens ». Il ne craint pas de choquer quelques bonnes consciences ni de tarir le flot des candidatures aux grandes écoles des trois armes.

a écrit le 06/11/2012 à 23:30 :
Hormis à l'époque de la grande armée située à Boulogne en partance pour envahir l'Angleterre , La France a toujours eu des soucis avec l'organisation et le financement de son armée , ce n'est pas nouveau et je ne parle même pas de la Royale qui n'a jamais bénéficié de tous les égards auxquels elles aurait du prétendre ;
Il ne sert à rien de se lamenter , les temps changent , adaptons nous , dégageons la plupart des bureaucrates (chômage déguisé) qui peuplent la grande muette et créons une armée de commandos , beaucoup moins nombreux mais suréquipés , très bien entraînés et très bien payés
Réponse de le 07/11/2012 à 9:54 :
on voit que vous ne comprenez pas grand chose sur ce sujet,on aurait pu tenir en Afghanistan avec quelques commandos super équipés .... petite dizaine !!! par point d'appui
lisez quelques ouvrages bien documentées et vous changerez peut être d'avis et surtout regardez moins de film holywoodiens ou un seul Rambo tient tête á des régiments entiers
Réponse de le 07/11/2012 à 11:34 :
Votre réponse ne m'en dit pas plus sur votre propre connaissance du sujet , alors votre commentaire ...
a écrit le 06/11/2012 à 22:07 :
Dans un monde socialiste, l'armée ne saurait exister. Elle doit être dissoute pour la paix dans le monde (enfin, certains le pensent....)
a écrit le 06/11/2012 à 20:27 :
la nationalisation des légionnaires "par le sang versé"(bon livre d'ailleurs)n'est toujours pas faite...(la reconnaissance des harkis non plus...)
a écrit le 06/11/2012 à 20:06 :
pauvre armées , ils sont mal barrés, il faudrait qu'ils descendent dans la rue comme les gendarmes , eux l'on fait , il y a quelques années . en plus avec les problémes de soldes , l'avenir est morose .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :