Le Rafale ne viendra pas au secours du budget de la Défense

Un éventuel contrat à l'export de l'avion de combat de Dassault Aviation ne viendra pas desserrer la contrainte budgétaire à court terme. Un succès rapide permettrait d'alléger la charge à partir de... 2017.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Pour ceux qui pensaient qu'un contrat export du Rafale pouvait desserrer à court terme la contrainte budgétaire pour le ministère de la Défense, c'est raté. Pas avant 2017. "Si elle se produit, l'exportation du Rafale permettra d'alléger la charge à partir de 2017", a récemment expliqué le délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon, à la commission de la défense de l'Assemblée nationale. Il faut en moyenne trois ans pour fabriquer un Rafale. Le ministère peut-il réduire le nombre de livraisons de l'avion de combat de Dassault Aviation fixé à 11 appareils en 2013, dont 9 pour l'armée de l'air ? A priori, non sauf à s'exposer à des pénalités très lourdes. "Le contrat stipule la livraison annuelle de onze Rafale, rappelle Laurent Collet-Billon. C'est la cadence minimale fixée au regard de la continuité industrielle et de la capacité des fournisseurs de Dassault à produire les équipements nécessaires". Pour autant, les cadences de l'avion de combat tricolore ont été beaucoup ralenties. Ainsi, le 137e Rafale devait être livré fin 2000 à cadence initiale, il ne le sera in fine que fin 2014.

Une contrainte déjà supportée en 2011

Le problème n'est pas nouveau. En 2010, le ministre de la Défense d'alors, Hervé Morin, s'en inquiétait déjà. "Le risque principal concerne l'absence de vente de Rafale à l'étranger. Si nous devons commander onze Rafale pendant les deux années qui devaient être couvertes par l'export (2011 et 2012, ndlr), il faudra trouver 1 milliard d'euros de plus", avait-il assuré devant la commission de la défense de l'Assemblée nationale. Au final, la note avait été moins salée mais tout de même : 800 millions d'euros pour faire tourner la chaîne d'assemblage du Rafale fabriqué par Dassault Aviation, qui lui-même fait vivre 500 fournisseurs dont Thales et Safran, ses principaux partenaires. Cette chaîne d'avions de combat a besoin d'une cadence minimale de onze Rafale par an. Du coup, le budget avait dû supporter cette cadence alors qu'une partie devait alimenter des commandes obtenues à l'exportation. Sur onze appareils fabriqués, cinq à six devaient être destinés à l'export. C'est là l'une des difficultés actuelles du budget de la défense.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 26/10/2012 à 1:25
Signaler
Non le rafale n'est pas trop cher par rapport à la concurrence et je parle d'avion comparable, le F18 et f35. Non le problème ne vient qu'il soit franco-français, l'eurofighter coûte plus cher pour les mêmes raisons que l'A400M. Le prix pourrait être...

à écrit le 25/10/2012 à 17:15
Signaler
L'erreur est de n'avoir qu'une Rolls à vendre (Un biréacteur), puisque la production de M2000 a été arrétée. Pourquoi n'a-t-on pas développé aussi un monoréacteur Rafale, donc moins cher, et permettant de moduler les propositions (une armée n'a pas b...

à écrit le 25/10/2012 à 0:44
Signaler
@stoonville : La France n'achète pas les Rafales à Dassault pour lui faire plaisir ou je ne sais quoi ! C'est l'Etat qui a demandé à cette entreprise de lui concevoir un avion de chasse pour remplacer ceux qui partent à la casse comme les Mirage F1 o...

à écrit le 24/10/2012 à 22:01
Signaler
La France a laissé la défense nationale aerienne entre les mains d'une famille, les Dassault. C'est une erreur qui se paye. Les émirats ne sont pas pressés, les mirage 2000-9 que meme la France ne pouvait s'offrir ne rouillent pas dans le désert,

à écrit le 24/10/2012 à 18:58
Signaler
@ Jason Bourne - Une règle de base à l'export est d'être premier sur son marché intérieur, en l'occurrence le marché européen vu la taille critique nécessaire pour l'aéronautique.

à écrit le 24/10/2012 à 17:41
Signaler
Si le gouvernement jouait la carte européenne au lieu de celle de l'OTAN et coopérait avec l'Allemagne au lieu de faire cavalier seul, il serait possible de vendre une version économique et suffisante d'un Rafale déjà éprouvé aux Etats européens au l...

le 24/10/2012 à 18:07
Signaler
C'est un voeux pieux votre idée . Déjà une collaboration allemande sera difficile vus que l'allemagne appartiens au consortium Eurofighter avec EADS et eux aussi ils veulent vendre leur avion à l'export. Sinon proposer le Rafale à la place du F35 est...

à écrit le 24/10/2012 à 17:28
Signaler
Il est fascinant de voir que l'état à l'obligation de commander de produits qu'une entreprise privée n'arrive pas à exporter. Je vais fabriquer des boites de ronron et si je ne les vend pas, l'état sera là!!!!

le 24/10/2012 à 18:47
Signaler
Ce que vous dites est totalement faux. L'état a passé commande d'appareil, pour des raisons de planning budgétaire il désire étaler ses livraisons en profitant d'éventuel client export, qui ne sont pas encore la. Les avions produit par Dassault seron...

à écrit le 24/10/2012 à 17:24
Signaler
Le protectionnisme de M.Montebourg est certainement très utile pour des exportations françaises.

le 24/10/2012 à 17:44
Signaler
Au moins il ne fait pas les mêmes bétises que Sarkozy en Suisse, en torpillant les espoirs de vente du Rafale à l'export.

le 25/10/2012 à 4:36
Signaler
Vrai ! Sarkosy a été glorieux dans ce domaine en insultant à répétition la Suisse! Et pourtant la Suisse était partante pour le Rafale et les contrats étaient prêts. Il ne faut pas s'étonner que la Suisse ai choisi le Grippen, bien inférieur au Rafal...

le 05/11/2012 à 11:13
Signaler
faut dire qu'il était bien moins cher aussi.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.