ATR, le constructeur d'avions régionaux, engrange sur un mois 83 nouvelles commandes

 |   |  729  mots
Livraison du 1.000ème ATR à la compagnie espagnole Air Nostrum en mai 2012 Copyright Reuters
Livraison du 1.000ème ATR à la compagnie espagnole Air Nostrum en mai 2012 Copyright Reuters
La compagnie aérienne indonésienne à bas coûts Citilink a annoncé jeudi avoir passé commande de 25 avions régionaux ATR 72-600 pour un prix catalogue minimum de 500 millions de dollars. Le constructeur franco-italien a engrangé sur un mois 83 nouvelles commandes pour un montant de 2,2 milliards de dollars.

ATR, coentreprise (50-50) de l'européen EADS et l'italien Alenia (Finmeccanica) a toujours le vent en poupe. Sur un mois, le constructeur franco-italien a engrangé 83 nouvelles commandes (2,2 milliards de dollars au prix catalogue), qui vont conforter sa place de numéro un mondial sur le marché des avions turbopropulseurs de 50 à 74 sièges. Depuis sa création en 1981, ATR a vendu plus de 1.200 avions, exploités par 186 opérateurs dans 90 pays. C'est notamment en Asie où le constructeur, basé à Toulouse, trouve des marchés en pleine expansion pour vendre ses appareils. 

Ainsi, la compagnie aérienne indonésienne à bas coûts Citilink, filiale de la compagnie nationale Garuda, a annoncé ce jeudi avoir passé commande de 25 avions régionaux ATR 72-600 pour un prix catalogue minimum de 500 millions de dollars, assortie d'une option pour 25 appareils supplémentaires. Ces turbopropulseurs livrables à partir de septembre vont permettre à Citilink "d'avoir accès aux régions et aux villes de province isolées" de l'immense archipel indonésien composé de plus de 17.000 îles, a souligné son PDG, Arif Wibowo.

Le trafic aérien en Indonésie explose

Le trafic aérien explose actuellement en Indonésie, quatrième pays le plus peuplé de la planète avec 240 millions d'habitants. La compagnie Lion Air s'était fait connaître en 2011 en annonçant un contrat de 22,4 milliards de dollars pour l'achat de 230 Boeing 737, un record dans l'histoire de l'aviation. Sa filiale régionale Wings Air (Lion Air détient 99 % de son capital), avait également signé en février dernier à Singapour un contrat évalué à 610 millions de dollars pour l'achat de 27 avions turbopropulseurs ATR 72-600. Ces appareils sont parfaitement adaptés au marché des vols court-courrier indonésiens, expliquait alors le président du conseil d'administration de Wings Air et président de Lion Air, Pak Rusdi Kirana. Ils permettent à Wings Air de relier des communautés entre elles, y compris celles situées dans les régions les plus reculées du pays. Wings Air prévoit la réception de son 60ème ATR 72 fin 2015. Ce qui en fera le plus gros opérateur d'ATR au monde avec une flotte totale de 60 appareils turbopropulseurs. "La croissance de la classe moyenne est très rapide et s'accompagne de plus grands besoins en déplacements", estime pour sa part le responsable du marketing de Citilink, Aristo Kristandyo. Citilink possède une flotte de 21 appareils, dont des Airbus A320 et des Boeing B737 desservant 11 villes.

Commandes de Malaysia Airlines et d'Aviation PLC en décembre

Toujours dans la région, Malaysia Airlines avait annoncé avant la trêve de Noël l'achat de 36 avions régionaux ATR 72-600 pour 916 millions de dollars afin d'étoffer son réseau national et régional. Sur les 36 appareils, 20 seront alloués à Firefly et 16 à MASwings, toutes deux filiales de la compagnie malaisienne. La compagnie nationale malaisienne, en difficulté financière, avait annoncé en novembre être redevenue bénéficiaire après six trimestres consécutifs dans le rouge, grâce à la fermeture de plusieurs de ses liaisons non rentables. Les avions seront livrés à partir de la fin du 2e trimestre 2013. Firefly compte actuellement 12 ATR 72-500 et MASwings 10 appareils du même type.

Enfin, le loueur d'avions singapourien Avation PLC avait quant à lui commandé sept ATR 72-600, un contrat d'une valeur de plus de 160 millions de dollars au prix catalogue. Cet achat porte à 20 le nombre de commandes fermes d'appareils ATR passées par Avation PLC depuis 2011, dont sept ont déjà été livrés et sont actuellement opérés par SkyWest sur le réseau de Virgin Australia. Avation PLC bénéficie en outre d'options et de droits d'achat supplémentaires. La compagnie avait commandé treize appareils en 2011, et mis une option sur huit appareils supplémentaires.

L'Amérique latine, un marché également en expansion

En Amérique latine, ATR fait également un carton. La compagnie aérienne latino-américaine Avianca-Taca avait passé en décembre commande de 15 avions régionaux ATR 72-600, pour un montant de 700 millions de dollars. La livraison de ces appareils de 70 places débutera en juin 2013. Le contrat prévoit des options pour quinze appareils supplémentaires. Avianca utilisera ces appareils pour des liaisons en Colombie, Taca pour relier les villes d'Amérique centrale. Avianca-Taca possède la deuxième flotte la plus importante en Amérique Latine, avec 150 appareils, derrière la brésilienne TAM.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2013 à 9:31 :
@capcha, en fait Air France est riche et peut utiliser des jets (Brit Air & Regional) pour des liaisons courtes. Il y a qq annees Brit Air exploitaient des ATR, question de mode...
a écrit le 03/01/2013 à 18:26 :
Je ne comprends pas pourquoi Air France boude ces appareils pour ces navettes en métropole!
Bien vu Gilles1.
a écrit le 03/01/2013 à 13:50 :
Ayrault sait-il que ces avions régionaux sont prévus le plus souvent pour alimenter les grands aéroports ? Sans doute pas puisqu'il veut un immense aéroport à Nantes alors que les compagnies font partir les longs courriers depuis ce que l'on appelle en anglais des "hubs" !.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :