Arianespace : et de sept contrats de lancement de satellites GTO !

 |   |  287  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Depuis le début de l'année, Arianespace a engrangé trois nouveaux contrats qui prévoient le lancement de sept satellites GTO. La société de commercialisation des lanceurs européens (Ariane 5, Soyuz et Vega) a aussi gagné une commande pour un satellite d'observation vietnamien, qui sera lancé par Vega.

Et de sept ! Arianespace a engrangé depuis le début de l'année des commandes pour le lancement de sept satellites GTO. Ainsi, l'opérateur international de satellites Intelsat a annoncé ce lundi avoir choisi Arianespace pour le lancement de trois satellites d'ici à 2017. D'une masse de plus de 6 tonnes au décollage, les satellites seront placés sur l'orbite de transfert géostationnaire par des Ariane 5 ECA, depuis le Centre Spatial Guyanais, le port spatial de l'Europe, à Kourou. En outre, Arianespace a également gagné cette année le lancement du satellite d'observation vietnamien VNREDSat-1A, qui sera mis sur orbite par le petit lanceur italien Vega. En 2012, l'année avait été également remarquable avec le gain de 10 des 17 satellites mis en compétition, ce qui représente une part de marché de 60 %.

54 satellites d'Intelsat lancés par Arianespace

Les trois missions incluront les lancements des satellites de classe EpicNG d'Intelsat.  Les satellites Intelsat EpicNG sont destinés à répondre aux besoins des télécommunications fixes et sans fil, aux applications vidéo et de mobilité, ainsi qu'aux besoins des entreprises et gouvernements nécessitant une infrastructure à haut débit. A cette occasion, le PDG d'Arianespace, Jean-Yves Le Gall, a déclaré que la société était "particulièrement fière de servir le plus grand opérateur international de satellites". Arianespace et Intelsat ont commencé à travailler ensemble il y a près de 33 ans. "Ce nouveau contrat pour trois satellites, les 52ème, 53ème et 54ème que nous signons avec Intelsat, est pour nous la reconnaissance de la qualité et de la compétitivité de notre offre de service de lancement", a estimé Jean-Yves Le Gall, qui doit prendre la présidence du CNES début avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2013 à 22:08 :
C'est la juste rétribution du travail accompli et des résultats obtenus.
a écrit le 18/03/2013 à 19:40 :
Bonjour, cela est le fait de la fiabilité de notre lanceur... Mais il ne faut pas relâcher nos efforts ils faut poursuivre les recherches sur des lancent plus puissant , plus sur, capable un jour de dépasser les Saturne 5 , actuellement nous en somme encore loins.... Le monde de demain appartiendra encore plus au nation qui aurons conquis l'espace...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :