Coup de gueule de Tracfin contre les billets de 500 euros (3/3)

 |   |  801  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 AFP)
Le service Tracfin (Traitement du renseignement et d'action contre les circuits financiers clandestins) est peu connu du grand public. Le troisième et dernier volet de cette série de trois articles s'est intéressé aux coups de gueule du directeur de Tracfin, Jean-Baptiste Carpentier : les billets de 500 euros, la TVA carbone, la coopération européenne en matière de blanchiment.

« Je ne comprends toujours pas pourquoi nous fabriquons des billets de 500 euros », regrette le patron de Tracfin (Traitement du renseignement et d'action contre les circuits financiers clandestins), Jean-Baptiste Carpentier. Et de rappeler qu'une étude britannique a conclu que plus de 80 % de la circulation de ces coupures est liée à la fraude et à la criminalité, dont la fraude fiscale. Bien que n'étant pas membre de la zone euro, le Royaume-Uni ne les accepte plus dans les opérations de change manuel. Pourtant, malgré les demandes récemment faite par le ministre du Budget, aucune réflexion n'est engagée sur le sujet au sein de l'Union européenne. « Certes l'Allemagne est attachée à ce billet, mais ce pays n'est pas plus insensible que nous à la fraude fiscale, notamment celle qui sévit dans certains pays du Sud », fait observer.

La monnaie électronique qu'entend favoriser une directive européenne est également dans le collimateur du patron de Tracfin. Elle est « potentiellement dangereuse car elle est intraçable ». « Rien n'empêche de détenir des centaines de milliers d'euros sur une carte en plastique, sans aucun contrôle possible, rappelle Jean-Baptiste Carpentier. Il serait vain de lutter contre les évolutions technologiques, mais mettre en place un tel instrument sans envisager simultanément des garde-fous et des contrôles, au moins pour lutter contre la fraude fiscale, pose problème ».

Blanchiment : les failles de la coopération entre pays

La coopération européenne et internationale a ses limites. Y compris dans le cadre du Groupe d'action financière, créé sous l'impulsion des États-Unis et de la France. Puis chaque membre a créé une structure comparable à Tracfin. « La coopération internationale rencontre souvent des limites du fait de la tolérance plus ou moins grande des différents États à l'égard des mouvements financiers, voire de la fraude fiscale », explique Jean-Baptiste Carpentier. Sans compter les différences culturelles : le recours à l'argent liquide, que les Français utilisent moins que les Espagnols par exemple, est apprécié différemment selon les pays. Pour autant, « le réseau international fonctionne, bien que l'Union européenne soit très en retard par rapport à la réalité financière », déplore-t-il. Pourquoi ? « Dans ce domaine, comme dans d'autres, on a mis la charrue avant les b?ufs dans la mesure où le marché financier européen est quasi parfait - les capitaux y circulent librement - mais aucun organe d'information à sa mesure n'a été prévu ».

Sur la coopération dans le blanchiment, des pays, y compris au sein de l'Union européenne, sont « plus redoutables que le Luxembourg, en particulier ceux dont le système bancaire est structurellement gangrené par la mafia et où l'on peut sans problème déposer sur un compte les liasses de billets sorties d'une mallette. La plus ou moins grande diligence des autorités des différents pays à appliquer les règles communes de vigilance pose un véritable problème », rappelle Jean-Baptiste Carpentier. Le Luxembourg, « à la réserve près de la problématique fiscale, et qui n'est pas mince, est un partenaire plutôt fiable à condition de le convaincre que nous ne nous occupons pas d'un type de fraude fiscale qui n'est pas réprimé au Luxembourg - qui je le rappelle, réprime la fraude fiscale mais la définition qu'il en donne n'est pas la nôtre ».

La TVA carbone, ou mettre "une Ferrari au pied d'une tour d'Aubervilliers avec les clefs dessus"

Nouveau coup de gueule du patron de Tracfin. « Certaines naïvetés me laissent pantois, y compris en France », explique-t-il. De quoi s'agit-il ? De la TVA carbone. « Rappelez-vous l'expérience cuisante pour les finances publiques de la TVA carbone instaurée pour des motifs environnementaux. Pendant que le dispositif se négociait à Bruxelles, la criminalité organisée réfléchissait déjà au moyen d'en profiter. Six mois après, plus d'un milliard d'euros échappaient au fisc en quelques jours ». Pour le patron de Tracfin, « mettre en place une TVA carbone sans se poser la moindre question sur les risques revenait à laisser une Ferrari au pied d'une tour d'Aubervilliers avec les clefs dessus... Mais l'accès au marché devait à tout prix être libre, à tel point qu'au Danemark il suffisait, pour faire du commerce de carbone, d'avoir une adresse électronique valide. Dans ces conditions, frauder était à la portée d'un enfant de dix ans : il suffisait de vendre TTC et d'acheter hors taxe, puis de disparaître sans reverser la TVA. Si l'on veut privilégier la liberté de circulation des capitaux, il faut parer en même temps aux risques de détournement ».

Retrouver les deux premiers articles de la série :

Blanchiment : Tracfin a accès sans restriction à tous les comptes bancaires en France (1/3)

Terrorisme : quand Tracfin débusque... les hommes infidèles (2/3)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2013 à 13:39 :
Les Personnalités politiques, de Droite et surtout de Gauche, ne peuvent pas se passer des billets de 500 Euros qui leur sont indispensables pour réaliser leur mission dans les meilleurs conditions.
a écrit le 21/04/2013 à 22:23 :
ce contrôle la est la meilleur chose qui puisse arriver dans un monde civilisé...
l humanité a perdu le nord...
a écrit le 02/04/2013 à 11:40 :
La lutte contre la fraude a bon dos, elle restera possible avec de plus petites coupures. Depuis l'arnaque à Chypre, on voit très bien à quoi servirait la suppression des billets... rendre tous nos avoirs confiscables en cas de besoin.
a écrit le 28/03/2013 à 17:59 :
faut arrêter le délire, des billet de 500 ? c'est quant même bien pratique, c'est pas lourd ni encombrant et en plus ça ne déforme pas les poches. Il y aura toujours des insatisfaits.
a écrit le 24/03/2013 à 14:23 :
Dans les années 90, j'ai embauché un commercial pour faire du démarchage dans une profession réglementée. Quelques mois après il est venu me prévenir qu'il avait des ennuis avec la justice à cause de malversations dans son précédent boulot et que, s'il était condamné, et surtout si son casier judiciaire n'était plus vierge, il allait perdre son emploi qui nécessitait un casier nickel. Il fut condamné à de la prison ( un mois à effectuer en dormant à la prison la nuit et les w.e.), mais son avocat lui précisa tenez-vous bien que pour 10 000 francs en espèces bien entendu, il pouvait arranger ça !. Je pris la peine de téléphoner à cet avocat qui bien entendu me dit qu'il n'avait pas à me parler des affaires de mon commercial. Cependant, comme ce type bossait bien, et surtout que je connaissais sa famille ( une femme bien avec trois garçons qui a mon sens avaient de l'avenir) j'ai pris le risque de lui avancer la moitié de cette somme ( en liquide bien entendu !!) et son casier judiciaire est resté vierge, ce que j'étais obligé de vérifier pour sa carte professionnelle . Tirez-en les conclusions que vous voudrez. En tous cas il a encore bossé 5 ans pour moi sans jamais un accroc.
Réponse de le 24/03/2013 à 18:07 :
C'est pourtant pas compliqué : il a suffit à l'avocat de diligenter une action au Parquet compétent en expliquant que l'inscription de la condamnation au casier de votre commercial lui rendrait l'exercice de sa profession - antérieure à sa condamnation - impossible. Et ça a marché, c'est classique. Les dix mille balles, c'était les honoraires - élevés à mon goût - pour la procédure à faire. Il n'y a pas de magouille là dessous. Moi j'en tire ces conclusions là. Pas vous ?
Réponse de le 31/10/2015 à 9:29 :
Cela ne coûte rien c'est l'État qui paye!!!!!!
a écrit le 24/03/2013 à 11:12 :
On a fermé les maisons closes mais la prostitution existe toujours, on combat l'alcoolisme et on a de plus en plus de jeunes ivres au urgences, la drogue est interdite mais il y en a partout. Croire qu'en supprimant le billet de 500 euros on diminuerait la fraude est le même type de raisonnement. Si on supprimait le billet de 500 Euros on aurait supprimé.... le billet de 500 Euros.... mais la fraude existera toujours avec des billets de 200 ou d'autre moyens. L' Allemagne utilise beaucoup le billet de 500 euros, la fraude n'y est pas plus importante qu'en France. Quand on supprime un moyen, on ne traite pas la cause.
a écrit le 24/03/2013 à 9:39 :
On se demande bien en quoi cela entre dans la mission de Tracfin que de se livrer à ce genre de spéculation ou d'influence. Imaginez les gendarmes qui font des contrôles radar préconiser l'interdiction des voitures de sport. Tracfin est un service de l'état destiné à collecter et rendre disponible des informations. C'est d'ailleurs assez amusant en allant sur leur site, il n'est nulle part énoncé ce qu'est sa mission officielle, malgré la foison de textes qu'ils citent. A tel point que la présentation qu'ils en font eux-même est pour le moins étonnante: "Créé en 1990, à la suite du sommet du G7, Tracfin concourt au développement d?une économie saine en luttant contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment d?argent et le financement du terrorisme." Quelqu'un peut me dire ce que signifie "économie saine" ou un "circuits financiers clandestins"?
a écrit le 24/03/2013 à 2:37 :
Une chose est sûre: la fraude et l'argent sale transitent essentiellement via des écritures électroniques. Contrairement aux légendes, la criminalité n'utilise pas des mallettes remplies de billets mais plutôt des comptes bancaires basés dans des paradis fiscaux.
a écrit le 23/03/2013 à 17:53 :
Le billet de 500 lave plus blanc
***
La plus grosse coupure en euros est aussi une des plus nombreuses en circulation, même si la plupart des Européens ne l?ont jamais eue entre les mains. Et pour cause : c?est la préférée des trafiquants, criminels et évadés fiscaux. (...) ***

Le 1er août, Stephen Fidler soutenait dans The Wall Street Journal que la popularité des billets de 200 et de 500 euros auprès des criminels, narcotrafiquants et autres adeptes du blanchiment est l'un des facteurs garantissant la solidité de la monnaie unique européenne et la stabilité financière de l'union monétaire après ces quelques mois très agités. Car si la BCE était une entreprise, son produit phare serait... le billet de 500 euros, qui pour l'essentiel circule et/ou est thésaurisé hors des frontières de la zone euro. ***

Succès fulgurant ***

Depuis sa création en janvier 2002, son émission a progressé de 32% par an (de 31 milliards d'euros cette année-là à 285 milliards aujourd'hui). En valeur, ces billets de 500 que si peu d'entre nous avons eus en mains, représentent 35% de l'ensemble des coupures libellées en euros actuellement en circulation.

Si la BCE émet chaque année 32% de plus de ses plus gros billets et si personne ou presque n'en utilise au quotidien, inutile d'être un génie de l'analyse pour en déduire qu'il y a derrière tout ça de bonnes grosses caisses d'argent sale.(...)

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/313721-le-billet-de-500-lave-plus-blanc
a écrit le 23/03/2013 à 14:21 :
Ca ne doit pas être difficile de savoir qui a utilisé des billets de 500 euros. Il suffit dès lors d'engager à leur encontre des vérifications de comptabilité pointilleuses! Qu'attend la direction générale des impôts?
Réponse de le 24/03/2013 à 11:17 :
Si vous pensez que ce n'est pas difficile de savoir qui détient les billets de 500 Euros vous devriez dire comment faire. Si on suppose qu'il est réservé aux trafics et aux fraudes, il y a peu de chance que les gens aillent les déposer a la banque postale pour alimenter leur livret A, ou aillent a la perception pour payer leurs impôts avec.
a écrit le 23/03/2013 à 10:46 :
perso, des billets de 500 eurs, j'en ai jamais eu en mains, alors......
a écrit le 22/03/2013 à 20:13 :
Pour ceux qui ne savait pas pour le Luxembourg (comme moi), on peut dire que l'administration fiscale fait un bon boulot de communication. Avis aux intéressés.
a écrit le 22/03/2013 à 19:58 :
Supprimons les billets et laissons uniquement des pièces, c'est lourd et pour les cacher à la douane lorsqu'on va en Suisse avec ou sur les Iles Cayman, ça sera très, très difficile.
Réponse de le 22/03/2013 à 22:07 :
Avez-vous pensé aux pièces d'or ou aux lingots? Supprimer les billets serait une bonne nouvelle pour les détenteurs d'or.
a écrit le 22/03/2013 à 17:49 :
Le parrain de la mafia a vécu 40 ans sans téléphone et sans carte de crédit, mais aussi sans billets, on lui apportait tout en nature. Pour la police financière, il n'existait pas. Pendant ce temps les gens honnêtes sont surveillés sans relâche. On finira par découvrir (comme richelieu) qu'ils sont simplement plus ou moins pauvres.
a écrit le 22/03/2013 à 12:57 :
Et avec quoi circule nos hommes politiques....et les magouilles et les aides de l europe sont ou....
TVA carbone à profiter à des mafieux et...
Pourquoi changer les lois quand on en profite (meme pour les retraites et autres avantages)
ou alors tous nos hommes politiques sont completement idiots......et manipulés par une minorité....
a écrit le 22/03/2013 à 12:10 :
Les billets de 200 et 500 devraient être retirés de la circulation. Cela n'a aucun sens d'avoir des billets d'une telle valeur!
Réponse de le 22/03/2013 à 13:54 :
Vous décrétez cela tout seul depuis votre placard a balais ?
Réponse de le 22/03/2013 à 15:26 :
Et je fais comment moi pour aller mettre de l'argent en Suisse si les billets de 500 et 200 n'existent plus ? Les petites coupures prennent trop de place...
Réponse de le 22/03/2013 à 16:01 :
Avec des billets de 500, une mallette Hermès suffit !
Réponse de le 22/03/2013 à 17:17 :
Ben déjà les 50 euros, beaucoup de commerçants font la gueule. Donc 20 euros maxi, ça suffit ;)
Réponse de le 22/03/2013 à 18:30 :
C'est sûr que des comptes bancaires où le fisc voit tout et peut se servir, c'est mieux. Vous avez déjà oublié ce qui se passe à Chypre ?
Réponse de le 23/03/2013 à 0:05 :
Et comment feraient les Grecs, on leur voit tenir, encore de nos jours, de grosses liasses de billets . Le cash fonctionne bien là-bas, encore...
a écrit le 22/03/2013 à 12:02 :
C'est marrant quand même ces gens qui découvrent l'eau froide...
Ma première pensée en voyant la présentation de la série de billets il y a combien? 15 ans environ... a été de me dire que c'était un rêve de trafiquant et de corrupteur ce billet de 3279 Francs... (D'ailleurs aucun commerce ne les a jamais acceptés...)
Mais eux n'y auraient pas pensé?
Et ils ne le découvrent qu'en pleine tempête bancaire?
Au moment où l'UE et la France font tout pour contrôler les capitaux et bannir le liquide qu'on ne peut suivre (à mettre ne relation avec la baisse du seuil de paiement en liquide et les limitations de plus en plus drastiques de retrait de liquide au guichet des banques...)
Réponse de le 22/03/2013 à 13:27 :
Le billet de 500 francs, le Pascal, crée en 1969 avait une valeur 2 fois supérieure au billet de 500 euros, à franc-euro constant. En 1969, un ingénieur débutant était payé 2000 francs par mois, 3000 euros par mois aujourd'hui.
Réponse de le 22/03/2013 à 17:35 :
d'abord 500 euros ne seront bientot plus grand chose et il faudra imprimer des billets de 1000 et 5000 euros ensuite il faut se mefier des technocrates paranoiaques qui n'hesitent pas a fouler la liberté. Une simple erreur administrative et des individus se trouveront sans ressources jusqu'à ce qu'un tribunal annule le blocage de votre carte 3 ans plus tard. Il m'est arrivé qu'on me bloque tout par erreur et vous n'imaginez pas ce qu'est de vous retrouver sans un sou. Les inspecteurs des impots affirment haut et fort que tout le monde triche et le fisc a obtenu de gros moyens pour connaitre au centime près les revenus et il ont étés surpris de trouver les déclarations conformes à l'euro près.(envolés les soit disant milliards de fraude)
Mais surtout quand on pourra tout suivre de votre argent, viendra très rapidement le temps ou on décidera a votre place du chemin qu'il doit emprunter, çà a déjà commencé! impots, cotisations obligatoires représentent plus de la moitié du cout du travail.
Réponse de le 22/03/2013 à 17:52 :
Brut les 3000 euros = 2100 NET (avant IR), 1900 après IR et en région parisienne, pas en province. Faudrait pas que certains se fassent des idées. Avec ça tu peux louer un studio. C'est génial de faire des études, devenir ingénieur et de vivre dans un clapier.
Réponse de le 22/03/2013 à 18:30 :
Ce sont les allemands qui ont voulu ce billet car ils sont habitué à payer des sommes assez importantes en liquide et à garder une réserve de liquidité à leur domicile.(depuis la fin de la guerre).Pour cela ils avaient le billet de 1000 marks. (environ 3300 francs) qui équivaut à celui de 500 euros. D'ailleurs les banques donnaientt 1 euro pour 2 mark lors de la transition.
Réponse de le 23/03/2013 à 8:43 :
Assez d'accord avec Thargor, les 3000? brut pour un ingénieur débutant, a part sortir de X ou cons?ur, ça n'existe pas. Je suis en stage de fin d'étude et pour pas mal d'ingé débutant que je rencontre, notamment ceux en intérim c'est 1800? net...voir moins. Après ça grimpe plus vite que pour un technicien c'est sur....
a écrit le 22/03/2013 à 11:47 :
ON vois dessuite que vous travallé pas dans le luxe, 500eu c,est riens!! !et les valises diplomatiques sont bien pratique....je suit pas être contre sa fait vivre des milliers de gens

Réponse de le 22/03/2013 à 13:22 :
Et on voit de suite que vous ne travaillez pas votre orthographe...
Réponse de le 22/03/2013 à 13:41 :
@Cannois
On voit de suite que pour travailler dans le luxe, la grammaire et la syntaxe ne sont pas nécessaire. J'ai d'ailleurs toujours pensé que pour devenir riche, l'inculture et la brutalité étaient des atouts. Ecrire que 500 ?, c'est "riens" est une insulte à tous les chômeurs, smicards et exploités de la terre. Monsieur "Cannois" de Cannes, possiblement, je vous conchie.
Réponse de le 22/03/2013 à 16:16 :
@JB38 + 1 bien dit
Réponse de le 22/03/2013 à 17:36 :
vous qui avez syntaxe , le seul secteur qui raporte de l,argent le luxe que sa vous plaise ou pas....j,ai une autre vision des choses plus facile quand on et pas Francais
Réponse de le 22/03/2013 à 20:10 :
@JB38 : alors que faites vous sur le site d'un journal francais ? Il n'y a pas de journaux dans votre pays? Auriez-vous des penchants sado-masochistes ?
Réponse de le 23/03/2013 à 0:10 :
Il ne faut pas vous moquer de Cannois; Il y a des Nafissatou qui voient clair dans les beaux hôtels de Cannes...
Réponse de le 23/03/2013 à 7:49 :
vous m avez l,air un peut étroit de la tête...si je bosse ici par manque de personne qualifié,
justement les journaux français sa apprend a vous connaitre...pas triste de vous lire ici,
normal quand un peuple vois tous partir sa aigrie....

a écrit le 22/03/2013 à 11:43 :
Il est plus facile de cacher dans un matelas des billets de 500 euros. Un patrimoine bien constitué doit comporter une petite épargne totalement liquide et disponible, qui soit indépendante du système bancaire. Les pièces d'or sont moins facilement négociables qu'un billet de 500 euros. Bien qu'ils ne circulent plus, les billets de 500 dollars gardent toujours leur valeur faciale.
a écrit le 22/03/2013 à 11:01 :
Monsieur Carpentier, qu'a fait l'Allemagne ou qu'a fait la France de Sarkozy pour véritablement mettre par terre la fraude fiscale? Cela commence en effet par les billets de 500 euros qu'a fait cette incompétente et hypocrite de Lagarde en son temps, RIEN.Savez vous pourquoi? Parce que les billets de 500 euros c'est pratique ça permet d'acheter des bagnoles en espèces en Allemagne, tenez vous bien jusqu'à 150.000 euros et ça permet de financer les paris politiques et favorise la corruption à tous les étages et l'évasion fiscale..
Réponse de le 22/03/2013 à 12:01 :
l'hypocrisie des politiques c'est vrai,le financement des paris politiques peut être, le financement des partis c'est sur;
a écrit le 22/03/2013 à 10:19 :
"potentiellement dangereuse car elle est intraçable " ???
Avec la monnaie électronique vous avez le destinataire, l'expéditeur, les adresses IP, les comptes (car ils doivent être validés via le RIB) etc.
Si ce gars est contre la monnaie électronique et contres les billets, il propose quoi ? Le retour au troc ???
Réponse de le 22/03/2013 à 17:23 :
on ne parle pas forcément de virement fait par ordinateur, mais plutot de ces nouvelles cartes de paiement que tu peux acheter dans un bureau de tabac. Si tu achete une carte (ex :sfr pay) avec de l argent sale et que tu le depense normalement, tu as un début de blanchiment
Réponse de le 22/03/2013 à 17:41 :
il doit faire référence aux cartes de paiement au porteur!
C'est comme du cash, ca n'est pas rattaché a un compte en banque en résumé.
Réponse de le 22/03/2013 à 21:00 :
absolument, un compte en banque au nom d'une société dans une banque sur la planète, n'importe laquelle, une carte rattaché, sans nom, non plus, et vous pouvez le dépenser partout, ou presque, évidement, pas question de payer le pain avec, mais dans certains hôtels, pour de longs séjours, aucun problème.
a écrit le 22/03/2013 à 10:17 :
Si on supprime les 500 euros, demain ils prendront des 200 euros, le problème sera toujours là. Si on veut supprimer l'économie parallèle, il faut pousser les paiements numériques et supprimer le monétaire.
Réponse de le 22/03/2013 à 10:44 :
Certes mais ca prend plus de deux fois plus de billets Meme le billet de 200 est une abhération
Réponse de le 22/03/2013 à 11:56 :
L'argent liquide est la seule garantie des particuliers contre les les déraillements des systèmes électroniques et les possibles abus de l'état ou du système bancaire. Quant à l'origine frauduleuse des fonds, que l'état fasse son boulot. Qu'il puisse représenter une telle part de l'économie sans assurer ni assumer cet aspect de ses responsabilités sans recourir (ou menacer de le faire) à toujours plus de coercition laisse rêveur. Que ce soit la corruption ou le crime organisé, on ne voit pas grand chose. Tout le monde connait des élus corrompus. Nous en avons pas dizaines dans les instances dirigeantes du pays. On lit ici ou là beaucoup de témoignages identiques concernant la corruption de certains fonctionnaires. Est-ce vrai? Si c'est le cas, que l'état agisse. On nous parle de Ferrari au bas d'une tour avec les clefs dedans concernant la fraude à la TVA sur les droits carbone. Cela se joue en milliards, et pourtant nos édiles et autres bureaucrates n'ont pas fait le moindre effort d'anticipation avant de mettre en oeuvre leur système. A qui la faute? Quand on a mis en place l'AME, pourquoi a-t-on laissé la possibilité de prescription de médicaments de marques contrairement au régime concernant les autres assujettis? Personne n'a-t-il anticipé que c'était la porte ouverte au trafic de médicaments pour certains? Trafic qui a bien entendu explosé et qui est particulièrement lucratif. Qui a poussé à l'adoption d'une telle mesure ou en a freiné la remise en question et pourquoi? Les exemples sont nombreux. Donc avant de venir expliquer que la faute serait aux billets de banque et à leur dénomination il faudrait faire le minimum pour aller chercher les vrais réseaux. Utiliser cette excuse pour vouloir éliminer l'argent sous sa forme physique, car c'est ce qui est recherché par certains depuis quelques temps, est porteur d'une perte de liberté et de sécurité incroyable dont on semble faire fi.
a écrit le 22/03/2013 à 10:13 :
Les billets de 500? sont très pratiques pour retirer son argent et éviter les prélèvements sur les comptes de dépôts.
a écrit le 22/03/2013 à 9:59 :
A quand l'autorisation de transfert pour toutes opérations supérieure a 1000 euros avec un justificatif de revenu permettant ainsi de justifier a priori de l'origine des fonds
a écrit le 22/03/2013 à 9:42 :
Ce personnage a atteint un niveau de déformation professionnelle hallucinant., et a l'air de ne vivre qu'en pensant que la fraude est partout. Il ne lui viendrait même pas a l'idée que les systèmes sont avant tout conçus pour les 99,9% de gens clean. Pour qui est un peu marteau, le monde extérieur ne ressemble qu'a des clous ...
Réponse de le 22/03/2013 à 10:46 :
désolé mais il a totalement raison les billets de 500 et de 200 sont des abhérations aucun commercants ou presque ne les acceptent ce qui signifie qu ils circulent d une autre facon et se ballader avec des sommes pareilles alors qu il y a la carte bleue le chequier ou les virements ne veut dire qu une seule chose : on a quelque chose a cacher
Réponse de le 22/03/2013 à 12:25 :
Vous ne devez manifestement jamais faire vos courses au carrouf en début de mois. Regardez un peu les caisses, et vous verrez si les billets de 200 ou 500 ne sont pas acceptés :-)
Réponse de le 22/03/2013 à 14:29 :
Il me semble que dans les grandes surfaces, les billets de 100 euros sont contrôlés ? Pour ma part, je n'ai jamais eu de billets de 200 ou 500 euros dans les mains. J'avais entendu parler d'une escroquerie au billet de 1000 euros, au Portugal juste avant la mise en circulation de l'euro.
Réponse de le 23/03/2013 à 11:50 :
Perso, j'ai vu 3 fois un billet de 500€ dans ma vie. Les 3 fois, l'argent était sale (travail au black).
Favorable à leur retrait
a écrit le 22/03/2013 à 9:22 :
le blanchiment est une "activité" très prospère ... il faut bien l'aider à travailler vite et bien et le papier est cher . il y plus de 10 ans que ce billet est montré du doigt ! qui a bougé ? personne . « Certaines naïvetés me laissent pantois, y compris en France », c'est lui le naîf ! raison pour laquelle il est à cette place .
a écrit le 22/03/2013 à 8:41 :
Si on virait les billets de 500 euros, il faudrait juste se rabattre sur les billets de 200 euros, je ne vois donc pas en quoi cela changerait quelque chose à la criminalité, il ne faut pas confondre causes et conséquences.
Personnellement la seule fois où j'ai eu une liasse de billets de 500 euros entre les mains c'était pour acheter de l'or, qui se fait en liquide.
a écrit le 22/03/2013 à 7:18 :
Ce n'est pas avec une mentalité de fermiers généraux de commis d'état que l'on arrivera à quelque chose, la liberté consiste à mettre son argent où bon me semble sans aucune intervention étatique de contrôle, c'est bien ainsi, maintenant le tracfin doit pleurer, les Suisses ont des billets de 1000 francs 1 million cela fait une petite liasse de 1000 x 1000, c'est pratique prend peu de place et est très discret.
Réponse de le 22/03/2013 à 9:45 :
Il est vrai que cette catégorie d'individus a tout de même oublié qu'elle vit sur le dos des autres, et pense encore, a la mode monarchique moyenâgeuse, que l'argent est le leur, et non pas celui du peuple. Tant qu'on n'aura pas réussi a vraiment remettre les choses dans l'ordre, l'Etat continuera a agir en monarque, tolérant avec peine le peuple sur ses terres...
Réponse de le 22/03/2013 à 10:34 :
N IMPORTE QUOI L EUROPE A AUTORISE LE TRANSFERT DE LINGOT SANS AUCUN CONTRÔLE DE L ORIGINE ET DESTINATION COMME UNE SIMPLE MARCHANDISE ET ON NOUS FAIS CHIER POUR QUELLE ??
Réponse de le 02/04/2013 à 17:35 :
J'étais favorable au retrait pur et simple des espèces.
Mais l'exemple Chypriote m'a vite calmé... Le contrôle total de nos mouvement d'argent par des institutions : NON MERCI. C'est un contrôle sur nos vies..
L'argent liquide (ou les métaux précieux) représente notre seule garantie contre la défaillance des états, des banques. Même en cas de forte dévalorisation ou dépréciation, au moins nous ne serons pas ponctionnés sans notre accord...
Ils n'ont qu'a trouver des solutions pour contrer les mafias et ne pas appliquer des règles hypocrites en prenant prétextes des différents trafic pour accroître leur contrôle sur la population.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :