Eurofighter : BAE Systems présente son offre financière aux Emirats Arabes Unis

 |   |  558  mots
Un Eurofighter allemand
Un Eurofighter allemand
Selon des sources concordantes, la direction du groupe britannique est très récemment venue à Abu Dhabi pour présenter son offre financière pour le remplacement des 60 Mirage 2000-9 émiratis.

BAE Systems ne lâche pas l'affaire et tente d'imposer le Typhoon Eurofighter dans le ciel des Emirats Arabes Unis face au Rafale de Dassault Aviation. Selon des sources concordantes, la direction du groupe britannique est très récemment venue à Abu Dhabi pour présenter son offre financière pour le remplacement des 60 Mirage 2000-9 émiratis. La direction financière du groupe britannique, avec l'aide d'un pool bancaire tentait de répondre à des demandes émiraties portant sur des cofinancements d'équipements, dont ne dispose pas encore l'Eurofighter Typhoon (radar à antenne active, systèmes de guerre électronique, armements...) 

Pour autant, Londres devra aussi convaincre Paris de lui accorder une licence de réexportation des Mirages 2000-9, dont les Emirats veulent se débarrasser. Car c'est au vendeur de racheter ces avions de combat, dont certains sont encore très performants, et de les revendre sur le marché de l'occasion.

Trois pays du Golfe ont choisi le Typhoon

Au-delà des seuls Emirats Arabes Unis, le groupe britannique a pour objectif de tuer le Rafale dans l'ensemble des pays du Golfe (CCG). BAE Systems rêve d'imposer l'Eurofighter Typhoon comme le seul avion de combat complémentaire des flottes américaines (Boeing et Lockheed Martin), qui équipent les six pays membres du CCG. C'est déjà le cas en Arabie Saoudite, où BAE Systems se partage le marché du Royaume avec Boeing (F-15SA) depuis les années 80  d'abord avec les Tornado puis les Typhoon. L'Arabie saoudite avait signé en 2007 avec le Royaume-Uni un contrat pour l'achat de 72 Eurofighter Typhoon. Mais les deux parties négocient actuellement une augmentation du prix des appareils restant à livrer dans le cadre de ce programme nommé "Salam".

BAE Systems a également gagné son pari au sultanat d'Oman, qui va s'équiper de 12 Typhoon qui voleront aux côtés des F-16C/D de Lockheed Martin. C'est aussi en très bonne voie à Bahreïn, qui envisage de s'offrir des Typhoon en complément des F-16C/D.

Trois pays incertains

La bataille fait rage dans deux pays. Aux Emirats Arabes Unis, où le Rafale, équipé de son nouveau radar à antenne active ou radar AESA (Active Electronically Scanned Array), est revenu en tout début d'année dans la course après une période après une période glaciale entre Paris et Abu Dhabi, qui entretient une flotte de F-16E/F (Lockheed Martin) et de Mirage 2000-9. BAE Systems rêve d'éliminer Dassault Aviation dans ce pays. "Nous faisons de bons progrès et nous avons le plein soutien du gouvernement britannique" dans ce dossier, avait assuré le directeur général de BAE Systems, Ian King, lors de la présentation des résultats semestriels du groupe début août. C'est aussi le cas au Qatar, qui a douze Mirage 2000-5. Cet émirat souhaiterait acheter 72 avions de combats en deux tranches. Il a envoyé à trois constructeurs des demandes d'information (BAE Systems, Dassault Aviation et Lockheed Martin).

Enfin, le Koweït, qui a déjà des F/A-18C/D (Boeing), pourrait commander de nouveaux avions de combat (18 à 22). Ce pays aurait aimé avoir des Rafale mais la pression américaine l'a jusqu'ici interdit. Ce qui pourrait relancer le Typhoon, dont la campagne de promotion est assurée non par BAE Systems mais par la société italienne Alenia Aermacchi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2013 à 9:50 :
Ce que je trouve génial avec ce genre d'article c'est nos petit patriotes qui ne peuvent pas s'empêcher de la ramener avec leur Rafale pour nous dire qu'il est le meilleur ! Cocorico ! ? ces mecs la ce sont des pros avec juste Aero mag et le fana de l?aviation ils en savent plus que les ingénieurs ou les commerciaux de chez Dassault ou EADS. Sont bon les mecs non ? Mais c?est pas fini ils sont tellement fort et sans même avoir jamais piloté ni un Rafale, un Typhon, un F16 ou F15 ( Ont-ils piloté au moins déjà piloté un avion ces guignols ? )ils savent bien sur lequel est le meilleur? Le Rafale qui d'autre.
Réponse de le 25/09/2013 à 13:37 :
Pas besoin d'être pilote pour connaître les perfos d'un avion. C'est sûr que les pilotes sont les plus "proches" de l'avion et leur vie en dépendent, mais il y a aussi les compte rendus des exercices et conflits (quand quelques détails sont publiés) pour apprécier un avion. Dites-vous bien que si un résultat donne un bon point pour un avion français (rafale mais aussi Mirage 2000) et que si ce n'était pas fondé, nos "amis" outre-manche et outre-atlantiques n'hésiteront pas à le contester!
a écrit le 24/09/2013 à 15:48 :
Le Qatar achètera le Rafale à l'aide de sa balance commerciale très excédentaire avec la France donc coût =0 !!
a écrit le 23/09/2013 à 17:19 :
Concernant les ventes d'avions de combat, il faut souvent interpréter un article "à l'envers" pour percevoir la vérité des choses. Ce fut le cas notamment lors du MMRCA indien où toute la presse annonçait une victoire du Typhoon... alors aujourd'hui je suis content, de plus si l'avion français s'impose aux EAU, il s'imposera naturellement au Qatar et Koweit.
a écrit le 23/09/2013 à 16:26 :
Tout dépend du montant des commissions associées. Le contrat d'Arabie Saoudite, en cours de renégociation à la hausse (quelle surprise !) avait été acquis grâce à des substantielles commissions, sur lesquelles les Communes ont maintenu le secret, à la demande du gouvernement, malgré les procès et la la législation britannique anticorruption, mise au placard pour l'occasion.
a écrit le 23/09/2013 à 15:46 :
Le Gripen de SAAB ,pourrait être très bon outsider ...et politiquement neutre.....
a écrit le 23/09/2013 à 15:44 :
Ne rêvez pas, les émiriens sont dans le shema américain : achat récent de 24 F16 pour attendre le F35 en 2020 (à 80 M$ l'avion contre 150M? le Rafale)
a écrit le 23/09/2013 à 14:03 :
Quant la politique se fait au détriment du rationnel. Pour une vrai comparaison entre les différents avions de combats, pourquoi ne pas tout simplement faire un combat aériens entre eux (sans tirs réels évidemment!). Je suis sûr que le Rafale tirerait avantageusement son épingle du jeu... Y a qu'à voir ses résultats sur les différents champs de bataille où il a évolué.
Ha Perfide Albion! Perfide tu es, perfide tu resteras!
a écrit le 23/09/2013 à 13:59 :
Voilà qui est intéressant. Nous allons voir si la négociation est aussi difficile pour BAe que pour Dassault. D'ailleurs, comment ça va se passer pour le radar à antenne active? On voit mal les émiriens se passer d'un AESA, mais le projet n'est pas encore officiellement financé... donc les émiriens vont en payer une partie? Je n'ai pas suivi sur le Koweit, l'article ressort un lien vieux de 2009, mais qu'en est-il aujourd'hui? Qu'ont fait les américains? Et surtout, pourquoi laisserait-il la porte ouverte au Typhoon après avoir bloqué le Rafale, ce n'est pas leur genre...
a écrit le 23/09/2013 à 13:34 :
"Pour autant, Londres devra aussi convaincre Paris de lui accorder une licence de réexportation des Mirages 2000-9, dont les Émirats veulent se débarrasser. " Le problème n'est pas là. Le problème c'est de trouver un ou plusieurs clients pour les 2000-9. Et là, c'est très, mais très loin d'être gagné...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :