EADS pourrait couper environ 6.000 emplois

 |   |  391  mots
Le PDG d'EADS Tom Enders s'apprêterait à couper de l'ordre de 6.000 emplois.
Le PDG d'EADS Tom Enders s'apprêterait à couper de l'ordre de 6.000 emplois. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe européen aéronautique et de défense pourrait supprimer environ 6.000 emplois. Selon Le Figaro, EADS couperait entre 5.000 à 6.000 emplois.

Rock 'n' Roll. C'est dans ces termes que certains chez EADS ont qualifié la préparation de la restructuration des activités défense et espace du groupe, qui doit être annoncée lundi après-midi aux syndicats. Ainsi jusqu'à la fin de ce week-end, les dirigeants d'EADS ont semble-t-il eu dû mal à faire converger le nombre d'emplois à couper par rapport aux grands principes que le PDG d'EADS, Tom Enders, avait fixé à ses managers. Hier soir, il restait encore des détails à affiner. Selon nos informations, EADS s'apprêterait à couper de l'ordre de 6.000 emplois.

Ce plan de restructuration touche essentiellement les activités défense et espace. Il avait été également question de restructurer les fonctions support des autres entités du groupe. Elles seraient épargnées... pour le moment.    

5.000 à 6.000 emplois supprimés selon Le Figaro

La restructuration des activités défense et espace d'EADS prévoit 5.000 à 6.000 suppressions de poste, soit moins que les 8.000 évoqués le mois dernier par la presse allemande, selon "Le Figaro" de dimanche soir. "Entre 5.000 et 6.000 postes sont concernés, soit moins que les 8.000 postes" qui avaient été évoqués en novembre par l'agence de presse allemande DPA, selon le site internet du quotidien.

Selon le journal, qui ne cite pas ses sources "il n'y aura pas de licenciement", et ce grâce à un ensemble de mesures : "plan de départs volontaires, reclassements, non-remplacement des salariés partant en retraite et non-renouvellement des contrats d'intérimaires et des CDD (10 % des effectifs)". Le quotidien évoque aussi des regroupements de site, un plan d'économies qui se chiffrerait à 690 millions d'euros sur deux ans selon la presse allemande, et la cession de plusieurs actifs (la filiale Cassidian Test & Services ainsi que les activités de fabrication de ponts mobiles et d'hôpitaux de campagne).

Des mesures draconiennes

EADS doit présenter lundi les détails d'une vaste restructuration de ses activités défense et espace aux syndicats européens inquiets des réductions d'effectifs attendues notamment en Allemagne. Le directeur exécutif du groupe, Tom Enders, a rendez-vous lundi soir à Munich avec le comité d'entreprise européen, à qui il a déjà annoncé, mais par voie de presse, des "mesures draconiennes", surtout dans les activités de défense en Allemagne. Mardi se réuniront des comités européens par branche, selon des sources syndicales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2013 à 17:37 :
Je sens le vent de la reprise.
Pas vous ?
a écrit le 09/12/2013 à 17:24 :
Ouf, seuls les CDDs, les intérimaires et les sous-traitants vont morfler (ou continuer à morfler). On est rassuré : les CDIs EADS sont saufs!
a écrit le 09/12/2013 à 15:20 :
Arnaud a bien fait de quitter EADS pour s'occuper de Jade
a écrit le 09/12/2013 à 12:12 :
Les allemands ayant refusé la fusion avec bae et donc abandonner l idée de faire un groupe leader dans l armement, il serait logique qu ils soient les plus touchés par ce plan. Notez aussi qu il n y a pas si longtemps ils ont choisi un concurrent d Ariane, désespérant l européen que je suis.
Réponse de le 09/12/2013 à 12:37 :
Ariane était deux fois plus chère.
Réponse de le 09/12/2013 à 13:00 :
À ce compte la si on avait fait comme eux on volerait qu en Boeing et pour exemple plus récent ils ont anéanti l industrie naissante du panneau solaire pour les acheter pas cher en Chine. Je précise que je ne suis pas du tout germanophobe mais suis inquiet de les voir faire de plus en plus cavalier seul, donc qu ils en payent le prix avec eads
a écrit le 09/12/2013 à 11:07 :
Bah , deja que les sois disants " embauches " etaient du pipeau , on se demande qui va construire les avions vendus ! peut etre les " improductifs " qui hantent tous les services & bureaux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 09/12/2013 à 7:27 :
Au moins l action pourrait prendre une belle envolée.....
a écrit le 09/12/2013 à 7:11 :
Le gouvernement socialiste vient de créer des emplois jeunes. Il suffit de grossir de 6000 le nombre d' emplois jeunes pour compenser. Les ingénieurs expérimentés iront a l' ANPE et les jeunes immigrés sans formation auront un emploi temporaire financé par des emprunts de la France sur les marchés. Le gouvernement PS n' est aujourd' hui qu' a 89 milliards d' euros d' emprunts pour 2013. Ils peuvent alourdir la note !
Réponse de le 09/12/2013 à 7:51 :
Vous proposez quoi qu'on rigole ? On nationalise Eads ? On vire le PDG ?
Réponse de le 09/12/2013 à 13:02 :
Le montant de l'emprunt ne signifie pas grand chose en soit sans mise en perspective avec les remboursements de dette. Ceci compte-tenu du déficit, 'endettement global ne baisse pas.
a écrit le 09/12/2013 à 5:30 :
Bah voilà, ils n'ont pas voulus de la fusion, ils en récoltent le fruit ...
Réponse de le 09/12/2013 à 20:04 :
il y'a trop de petit chef qui bulle dans cette boite, il était temps de faire le ménage.
Enfin un qui a du courage et de l'audace.
Faut aussi faire le ménage chez Thales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :