Audi et surtout BMW ou Mercedes veulent imposer le haut de gamme allemand aux Etats-Unis

 |   |  907  mots
Présentation de la nouvelle Mercedes Class C pendant le salon de Detroit. / Reuters
Présentation de la nouvelle Mercedes Class C pendant le salon de Detroit. / Reuters (Crédits : Reuters)
En 2013, Volkswagen a reculé aux Etats-Unis. En revanche, les labels de haut de gamme germaniques s’imposent outre-Atlantique. Oubliée la crise des années 80 à début 2000 face aux japonais. Audi, Porsche et surtout BMW et Mercedes cartonnent. Même si leur part de marché reste encore faible.

Les marques allemandes ont connu bien des vicissitudes aux Etats-Unis. Laminées dans les années 80, 90 et début 2000 par l'omniprésence japonaise, elles reviennent de loin. Mais, aujourd'hui, ces labels germaniques sont bien présents outre-Atlantique, avec des véhicules extrêmement différenciés par rapport à l'offre des américains et des asiatiques.

Les constructeurs automobiles allemands ont vu dans leur ensemble leurs ventes grimper aux Etats-Unis en 2013 de près de 5%, selon la Fédération allemande du secteur (VDA), qui table sur une nouvelle progression cette année. Leurs immatriculations de véhicules légers y ont atteint environ 1,33 million d'unités, a indiqué le président de la VDA, Matthias Wissmann, lors d'une conférence de presse au premier jour de l'ouverture du salon de Detroit lundi. Les allemands ont augmenté leurs ventes de près de 75% outre-Atlantique depuis 2009.

Volkswagen a reculé l'an dernier

Cette croissance des marques d'outre-Rhin reste toutefois inférieure en 2013 à celle du marché américain global. Et ceci est la faute du… constructeur généraliste Volkswagen, qui peine encore à retrouver son rang, faute notamment de « SUV » (4x4), une catégorie de véhicules indispensable aux Etats-Unis. Ses ventes ont même fléchi de 7% en 2013 à 407.700 unités. Le constructeur allemand, qui traîne une réputation de médiocrité du temps où sa production nord-américaine était de piètre qualité dans les années 80 et 90, vient certes de lancer en production au Mexique sa Golf VII compacte, notamment pour les Etats-Unis. Mais il faudra attendre 2016 pour qu'arrive un « SUV » à sept places.

Martin Winterkorrn, président du groupe, a annoncé dimanche, en avant-première du salon de Detroit, « sept milliards d'investissements dans les cinq ans » sur place et martelé que les marques Volkswagen et Audi « vendraient un million de véhicules aux Etats-Unis par an d'ici à 2018 ».

Si la marque Volkswagen n'a pas encore réussi sa percée, malgré sa nouvelle usine américaine de Chattanooga (Tennessee), sa filiale haut de gamme Audi a, elle, battu un nouveau record outre-Atlantique à 158.000 voitures. Et son autre label, Porsche, n'est pas en reste avec 42.300 ventes (+21%). Certes, sur un marché total américain de 15,6 millions de véhicules, c'est encore faible. Mais, l'avancée des deux firmes se fait méthodiquement, chaque année.

Mercedes et BMW très présents

La présence des autres spécialistes du « premium » Mercedes et BMW est, elle, plus significative. Avec une croissance de 14% en 2013 à 312.534 unités, Mercedes reste le numéro du haut de gamme. La firme à l'étoile de Stuttgart y devance la marque bavaroise concurrente BMW (309.280 + 66.500 Mini). Mais le groupe BMW pris dans son ensemble est le premier avec ses deux labels (+8,1% à 375 7820 unités).

« Le marché du premium a crû de 8% l'an dernier aux Etats-Unis. Et il fera encore mieux cette année. Le haut de gamme représentera 10 à 11% du marché total », nous explique Ludwig Willisch, PDG de BMW North America.

La demande est du coup si forte que le constructeur de Munich « a besoin de davantage de capacités de production » sur son site de Spartanburg (Caroline du sud), qui tourne déjà « en trois équipes six jours sur sept ».

Le site a « produit 200.000 voitures en 2012 et 300.000 en 2013 et ce n'est pas assez »

. Il faut dire que l'usine, spécialisée dans les « SUV », exporte 70% de sa production (X3, X5, X6 et bientôt X4).

Des modèles plus raffinés que les américaines et asiatiques

Qu'est-ce qui explique la demande croissante des américains pour ces véhicules « premium » autrement plus dynamiques, mieux finis et chers que la concurrence américaine ?

« Il y a le plaisir de conduite, le dynamisme, l'élégance… et les économies de carburant », souligne le dirigeant qui met en avant la technologie « Efficient Dynamics » éprouvée de ses voitures, à la fois puissantes et relativement sobres. BMW s'apprête d'ailleurs à lancer en avril prochain son véhicule urbain électrique i3. Espérant profiter des très fortes incitations fiscales, BMW attend beaucoup de ce modèle, notamment pour l'image. « L'électromobilité va jouer un rôle dans la perception de notre marque ».

Comme Audi et Mercedes, BMW joue sur place (un peu) la carte de l'hybride (essence-électrique) mais surtout celle du diesel, malgré le peu d'engouement traditionnel des américains pour cette motorisation, au vu notamment d'un prix à la pompe supérieur à celui du sans-plomb.

Mais les américains « y voient des économies de carburant et surtout une plus grande autonomie ».

BMW est d'ailleurs le numéro 2 du diesel sur place, derrière Volkswagen.

« 25% des ventes du « SUV » X5 se font en version à gazole ».

Et, pour convaincre les riches amateurs, la firme propose ses diesels les plus puissants comme sa berline hyper-performante, la série 535d… De quoi changer la perception souvent négative des américains, qui assimilent diesel et camion.

Déploiement de force à Detroit

En tous cas, la volonté des spécialistes allemands du « premium » de s'imposer aux Etats-Unis est visible dans l'énorme déploiement de leur présence au salon de Detroit. Les stands Audi et Mercedes étaient notamment très étendus. Mercedes y a dévoilé d'ailleurs en exclusivité sa future berline moyenne Classe C, qui devrait être produite notamment à Tuscaloosa (Alabama). Audi a montré un concept de futur petit « SUV » et sa future compacte hybride rechargeable A3. Chez BMW, on jouait la carte de la puissance et de la sportivité avec les « anti-Porsche » M3 et M4.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2014 à 21:23 :
Les américains seraient ils plus clairvoyants que les chinois et les européens.
Il faut bien le croire.
Et dire que les américains roulent à l'essence.
Ils n'ont pas pu gouter la piètre qualité des moteurs 2.0 TDI IP 140 et 170chevaux, de Audi , Volkswagen.

Jeep et Dodge ont commis l'erreur en Europe de se fournir un temps en 2.0 TDI VW.
On retrouve donc sur ces véhicules, des problèmes de culasse poreuse, de pompe à huile, d'injecteurs, turbo.

La communication est un art.
Réponse de le 16/01/2014 à 11:29 :
en effet la communication est un art, vous par exemple vous maniez trés bien la langue de bois.
a écrit le 15/01/2014 à 10:15 :
Plus l'auteur de cet article brasse d'air, moins il se vend de voitures allemandes... L'un compense l'autre.
a écrit le 15/01/2014 à 9:01 :
Godrev et son blabla de réactionnaire jaloux. En plus de dire des âneries au sujet du classement fiabilité (JD Powers )il est incapable de voir le monde autrement que par son petit prisme nationaliste… A défaut puisque PSA et Renault ne sont pas présent sur ce marché. Le succès des constructeurs allemands profite au moins aux équipementiers français.
Réponse de le 15/01/2014 à 10:19 :
J'ai l'impression que la jalousie ne se trouve pas de ce côté-ci du Rhin. S'il y a un prisme nationaliste, c'est en Allemagne où les Allemands achètent allemands. Sans le marché français, où en serait l'industrie auto allemande ? Quant au succès des constructeurs allemands aux EU, sachez que VW est en déroute, perd des parts de marché à cause de problèmes mécaniques.
Réponse de le 16/01/2014 à 11:27 :
Tien c'est nouveau les construteurs allemands ont besoin du marché francais pour survivre. Merci de nous avoir fait rire.
a écrit le 14/01/2014 à 20:39 :
C'est un échec pour eux. Ce sont les Japonais qui réussissent, mais les allemandes sont mal vues (pas fiables, surtout Audi), il suffit de regarder les chiffres de ventes. Pas une seule allemande dans le top 30.
Réponse de le 15/01/2014 à 9:09 :
Des ventes qui augmentent pour vous c'est un échec??? Bien au contraire les américains adorent les voitures allemandes( surtout Benz BMW et Porsche). Il faudrait voir a un peu sortir de France vous? Il y a un monde la dehors...
Réponse de le 15/01/2014 à 10:21 :
Dire que les Américains adorent les voitures allemandes est une contre-vérité. Ce sont les Japonaises et le haut de gamme italien qui ont la cote. Arrêtez de regarder des feuilletons à la télé.
a écrit le 14/01/2014 à 19:05 :
C'est très mal parti pour audi qui doit offrir 10 ans de garantie sur bv auto double embrayage sur ses gammes aux US comme en Chine, en résumé c'est très difficile à surmonter et il faudra du temps car l'américain est comme le chinois, il a de la mémoire et ne se laisse pas facilement enfumer, bon courage néanmoins...!!!
Réponse de le 14/01/2014 à 20:41 :
@godrev
ce n'est qu'une question de moyens,

pour avoir les moyens il faut savoir innover, produire des voitures à très très hautes valeurs ajoutées et vendre avec des marges bénéficiaires.

Audi annonce 22 milliards d'investissements, c'est énorme, mais cela conforte leur énorme avancée technologique.

Renault fait très pale figure à côté, quelle honte.
Réponse de le 15/01/2014 à 10:23 :
22 milliards? dans ce cas, je pense effectivement qu'Audi a raison d'investir les EU. A sa place, je mettrai au moins 30 milliards. Renault a décidé de ne pas investir aux EU, je respecte leur choix.
Réponse de le 17/01/2014 à 18:00 :
Pourquoi investir 22 milliards ?ces voitures se ressemblent toutes aucune émotion certes c'est fluide et épuré mais elles ne dégagent rien.
Réponse de le 14/03/2014 à 12:55 :
Il est amusant de voir, ici comme ailleurs, se déchaîner de pauvres "bouffeurs de Boches" qui sont jaloux des succès allemands avec leurs voitures sensationnelles, même aux USA légèrement arriérés technologiquement face aux Allemands ("diesel égale camion", comme mon grand-père ici dans les années 70...)
Visitez les USA, les firmes technologiques ont dans leur immense majorité des patronymes germaniques, étonnant non ?...
a écrit le 14/01/2014 à 18:28 :
Il faut relativiser, le groupe VW, Audi, Porsche, Benthley, Lamborghini, réalise près de 700 000 voitures aux USA
a écrit le 14/01/2014 à 18:00 :
comment évoluent les ventes des premiums japonais au usa en 2013 : infiniti, Acura et lexus ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :