Airbus A380, Emirates sur le point de changer de motoriste (en choisissant Rolls Royce)

 |   |  753  mots
Selon nos informations, le transporteur de Dubaï a choisi d'équiper ses 50 derniers A380 commandés en décembre 2013, non pas de moteurs GP-7000 d'Engine Alliance comme cela avait été le cas pour les 90 premiers exemplaires achetés, mais de moteurs Trent 900 du motoriste britannique Rolls Royce. L'annonce est prévue ce vendredi.

Rolls Royce s'apprête à frapper un grand coup dans le programme A380 face à Engine Alliance, l'autre motoriste du super jumbo d'Airbus, composé de General Electric et Pratt & Whitney qui ont fait cause commune sur ce programme.

Selon nos informations, Emirates, le plus gros client de l'A380 avec 140 appareils commandés (et une soixantaine en exploitation), aurait choisi d'équiper ses 50 derniers A380 commandés en décembre 2013, non pas de moteurs GP-7000 d'Engine Alliance comme cela avait été le cas pour les 90 premiers exemplaires achetés, mais de moteurs Trent 900 du motoriste britannique Rolls Royce. Une annonce sur le sujet est prévue ce vendredi.

Rolls Royce minoritaire sur l'A380

L'A380 étant un quadriréacteur, l'accord portera de facto sur 200 moteurs auquel il faudra ajouter une vingtaine moteurs de réserve (il faut en général un moteur de réserve pour 10 moteurs). La valeur de cette commande est de 9,2 milliards de dollars au prix catalogue, maintenance comprise. De quoi rééquilibrer le poids de Rolls Royce face à Engine Alliance dans le programme A380, qui ne dépassait pas jusqu'ici 30% du carnet des commandes. Et de probablement faire du motoriste britannique le seul fournisseur de moteurs de l'A380 à l'avenir.

Choix stratégique

Plus qu'une question de performance entre les deux moteurs qui sont  très proches si l'on combine la consommation  de carburant, la masse et la traînée (le GP-7000 est, selon un expert, un peu plus efficace en termes de consommation de carburant mais le Trent 900 est plus léger), le choix d'Emirates apparaît plutôt comme une décision stratégique qui s'inscrit dans le débat plus large de la remotorisation de l'A380 qu'exige la compagnie du Golfe depuis des mois, mais dont ne veut pas entendre parler Airbus pour l'instant en raison de son coût.

Avec choisissant le Trent 900, Emirates tente probablement de convaincre Rolls Royce de concevoir un nouveau moteur pour l'A380, afin de mettre la pression sur Airbus à lancer un A380 Neo que la compagnie de Dubai commandera. Une sorte "d'acompte" en quelque sorte pour récompenser le motoriste le plus enclin à se lancer dans l'aventure Neo. La carotte est de taille. Tim Clark, le directeur d'Emirates, a maintes fois déclaré que la compagnie de Dubaï pourrait acheter jusqu'à 200 A380 Neo si le programme était lancé.

Lire ici : Le casse-tête de la remotorisation de l'A380

Rolls Royce plus motivé que Engine Alliance

Selon des sources industrielles, Rolls Royce est en effet plus intéressé pour construire un nouveau moteur qu'Engine Alliance, lequel est plus favorable à une amélioration du moteur existant pour augmenter les performances de l'appareil qui 15 ans après son lancement commercial n'a pas affiché les résultats escomptés.

«Si Airbus décide de construire un A380 Neo (New Engine Offer) avec de nouveaux moteurs, ces derniers seront puisés dans la gamme des moteurs Trent, avec un dérivé soit du Trent 1000  qui équipe les B787 soit du Trent XWB de l'A350-900 », assure à La Tribune un observateur.

Pour l'heure, la remotorisation de l'A380 n'est pas à l'ordre du jour a expliqué le PDG d'Airbus, Fabrice Brégier, dans un entretien lundi aux Echos. Ce dernier préfère apporter des modifications au fil de l'eau en commençant par une augmentation du nombre de sièges en classe économique pour afficher une baisse du coût au siège. Emirates n'en a que faire. Sa priorité est au contraire d'augmenter le rayon d'action de l'appareil pour mieux desservir les Etats-Unis.

Commande d'A350 ou de B787

Reste à voir si un tel accord entre Emirates et Rolls Royce sur l'A380 aura une incidence sur le choix de la motorisation de la future commande de gros porteurs de 300-350 sièges que prévoit Emirates. Début mars, Tim Clark, le PDG du transporteur de Dubai, a évoqué une commande à venir d'A350 ou de B787. Rolls Royce est l'unique motoriste du premier mais se trouve en compétition avec General Electric sur l'avion américain.

Enfin, certains observateurs ont une lecture différente d'un choix de Rolls Royce par Emirates pour ses 50 A380. Pour eux, un tel choix pourrait s'expliquer par les améliorations (et non les évolutions) dont est capable de mettre en oeuvre Rolls Royce sur le moteur actuel, lesquelles seraient plus importantes que celles d'Engine Alliance. Un point qui semble néanmoins faire débat. Selon une autre source industrielle, les capacités d'amélioration seraient au contraire plus importantes sur le moteur américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2015 à 15:53 :
Grosse pression de Tim Clark sur Airbus pour remotoriser ses A380.. et tend la carotte pour des A350 à venir
Airbus pratique le poker menteur et botte en touche encore et encore .. le PDG d'Emirates pourrait se lasser ...
a écrit le 16/04/2015 à 17:31 :
GE veut acheter UT qui possède Pratt&W, il devra pour ce faire céder sa part dans Engine à Safran. L'ensemble sera ainsi sur la bonne trajectoire pour reprendre R&Royce par la suite. En effet l'anglais a bénéficié des suites d'accords financiers avec BAE conclus pour lancer à l'origine Airbus : la fabrication exclusive des moteurs de L'A350 et beaucoup plus accessoirement la montée à bord de l'A380, gros avion mais petit débit moins rentable. Pour combien de temps, combien de moteurs ? Personne ne le sait. Une certitude Safran fera l'A350 Néo et c'en sera fini ou presque du contrat R&R. L'avion sera probablement ensuite en moteur exclusif. GE reprendra ainsi R&R pour compléter son offre tandis que Boeing adoptera assurément lui aussi la solution des moteurs exclusifs. Cette mécanique profite aux deux constructeurs comme à safran et GE en évitant d'autres partenaires éventuels. R&R qui commence à vendre ses divisions a alors besoin d'un "pont" pour se rendre "pur" et mieux valorisé pour une fusion acceptable par la commission, ce que lui apportent ces contrats avec l'accord de tous on l'aura compris. Les services d'entretien ou le naval et autres moteurs de ses divisions pourront ainsi être vendus sans problème. En somme un dossier qui avance normalement.
Réponse de le 17/04/2015 à 17:11 :
Ge acheté utc pour revendre PW à safran....
Et que fait on du moteur leap (50-50) entre GE et Snecma,concurrent du gtf de PW?
Problème de loi antitrust

Et RR racheté par GE !
RR est leader mondial sur le moteurs fortes puissances avec GE juste derrière !
Encore un problème de loi antitrust ...
a écrit le 16/04/2015 à 15:42 :
L'A380 est une splendeur : un bel avion qui vole bien, et sans faire beaucoup de bruit.
Dommage qu'Air France n'en aie pas acheté plus : on irait peut-être à New York pour moins cher.
a écrit le 16/04/2015 à 15:13 :
Faut dire que quand on peut se permettre de se payer une Rolls...on changera pas les Arabes dans le domaine du luxe.
a écrit le 16/04/2015 à 9:15 :
ce n'est pas une bonne nouvelle pour Airbus ...vu que l'Euro a perdu 25 % de sa valeur contre USD c'est dernier mois , donc en principe , un achat plus cher en USD , d'autant que la motorisation et l'avioniques qui va avec représente 46/52 % (chiffre 2013 à révisé) en valeur d'un avion.....se rajoutera dans le même rapport de parité , le train d'atterrissage fabriqué et acheté au USA.....
Réponse de le 16/04/2015 à 14:43 :
Pour moi non plus, c'est le meilleur moyen de s'évader quelques heures et de tromper l'ennui ! Confidence pour confidence, moi, c'était de Vladimir Poutine dont j'étais amoureuse… rs
Réponse de le 16/04/2015 à 17:35 :
Hors sujet
Avion vendu en USD
Achats moteurs, composants, aero-structures en USD aussi même si coûts de production en EUR.
Seule la main d'œuvre Airbus (assemblage,..) est en EUR.
Airbus transfert le risque de parité monétaire vers ses fournisseurs et se couvre pour le reste.
L'impact pour les fabricants (français, italiens,...) qui sont en zone EUR, verront l'impact positif dans quelques mois à cause des couvertures monétaires et des contrats associés
Réponse de le 17/04/2015 à 8:21 :
@placs, Pas exactement vrai votre tentative et pas hors sujet... ,désolé selon votre raisonnement Airbus devrait abaisser ces prix de vente ...puisque par exemple le poste main d'œuvre /Euro ,devient ajustable à la baisse ,vu la parité actuelle environ 25% moins contre USD .et qu'avant il était "ajusté" à la hausse......
a écrit le 16/04/2015 à 9:06 :
Et la série noire avec les A320 continue : cette fois s'est passé au Japon, un A320 a heurté une antenne radio lors de son atterrissage. Très heureusement il y a pas des victimes mais l'appareil se trouve inéluctablement perdu.
Réponse de le 16/04/2015 à 12:27 :
Qu'est ce que ce commentaire vient faire ici ?
Réponse de le 16/04/2015 à 13:09 :
???
Réponse de le 16/04/2015 à 13:41 :
@ Artia : on parle Airbus non ? le commentex de Jet parle de l'Airbus A320, le même type d'avion qui s'est encastré dans les Alpes il y a quelques semaines, tu t'en souviens ? ou non? ??? vous voulez parlez PSG ? c'est pas là..... cherchez chez Sport!! ;-)
Réponse de le 21/04/2015 à 19:07 :
Un peu de bon sens @couleur cuivrée!! on ne parle pas de defauts d'avions, mais de la compétition entre Airbus et Boeing, relisez l'article......
Réponse de le 28/04/2015 à 8:20 :
@parisien, c'est bien de compétition Airbus/Boeing qu'il s'agit : on dirait des fanboys Boeing qui cherchent à discréditer Airbus à tout prix, même en parlant d'erreur de pilotage et non de problèmes techniques ;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :