Airbus sous le coup d'une procédure judiciaire lancée par les États-Unis

 |   |  333  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Le titre de l'avionneur européen était en recul ce jeudi à la Bourse de Paris de plus de 5% en début d'après-midi après avoir dévissé de plus de 9% en fin de matinée à la suite des révélations du journal "Le Monde" selon lesquelles le parquet américain a ouvert une procédure judiciaire contre le groupe pour des irrégularités sur des transactions.

Airbus chute en Bourse. Le titre de l'avionneur européen était en recul ce jeudi à la Bourse de Paris de plus de 5% en début d'après-midi après avoir dévissé de plus de 9% en fin de matinée à la suite des révélations du journal "Le Monde" selon lesquelles le parquet américain a ouvert une procédure judiciaire contre le groupe pour des irrégularités sur des transactions.

"L'entreprise est sous le coup d'une nouvelle procédure judiciaire lancée, cette fois, par le parquet américain, le redouté Department of Justice (DoJ), bras armé des États-Unis dans la poursuite, sur leur territoire et à l'étranger, des entreprises soupçonnées de pratiques inappropriées", écrit "Le Monde" dans son édition de vendredi.

Enquêtes en France et au Royaume-Uni

Cette enquête s'ajoute à celles du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious Fraud Office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des transactions, des faits qu'Airbus a lui-même dénoncés en 2016 aux autorités judiciaires britanniques et françaises. Le constructeur aéronautique européen fait l'objet d'enquêtes anticorruption à Londres et à Paris, sur sa façon de recourir à des intermédiaires pour ses ventes d'avions commerciaux pour une fraude présumée lors d'un contrat d'avions de combat Eurofighter.

Dans une déclaration, Airbus a rappelé avoir précédemment révélé que les autorités américaines avaient demandé des informations sur le dossier. "Ici aussi, Airbus coopère avec les autorités américaines en étroite coordination avec le SFO (Serious Fraud Office, britannique) et le PNF (Parquet national financier, français)", a-t-il ajouté. L'avionneur européen a indiqué coopérer avec les autorités américaines.

Selon Le Monde, "le DoJ a attendu plusieurs mois avant de prévenir le groupe aéronautique européen des investigations engagées officiellement fin 2017" et "l'annonce ne lui a été faite qu'à la fin de cet été".
(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2019 à 17:15 :
L'Europe est assez lourde à se mettre en marche pour contrer la guerre commerciale américaine.
Pourtant les attaques sont constantes et répétées sur toutes les entreprises européennes. Ce sont des déjà des dizaines de milliards qui sont partis là bas en amendes et certainement autant en pertes sur les marchés marchés interdits en Iran et ailleurs.
Sans compter toutes les manipulations sur les cours et les fournitures en pétrole et en gaz.
Jusqu'à quand doit on financer l'économie étasunienne ?
a écrit le 22/12/2018 à 20:00 :
Et on attend quoi pour ouvrir une enquête sur Boeing en Europe.
AH oui, j'oubliais: on a une justice indépendante, que ce soit en France UK ou Allemagne.
Jusqu'à quand allons nous subir les pressions des américains par voie de justice interposée.
Pourtant une ouverture d'enquête sur Boeing serait quelque chose qu'ils comprendraient très bien, sans qu'il ya ait besoin de leur expliquer beaucoup. Et les enquêtes sur Airbus se trouveraient classées comme par miracle.
a écrit le 21/12/2018 à 20:01 :
Airbus a heureusement les compagnies aériennes (américaines) de son côté. On se souviendra du lobbying assez important de Delta Airlines et de Jet Blue en faveurs de l’A220 lorsque cet avion risquait une importante taxe d’importation de la part des USA.
a écrit le 21/12/2018 à 17:09 :
Hé hé !... C'est ça la stratégie américaine ! Pour jeter un écran de fumée sur la responsabilité de "Boeing" dans le récent crash (en Malaisie ?) ayant entrainé de nombreuses victimes, les Américains, fidèles à leur stratégie, lancent un contre-feu en attaquent le concurrent Européen pour le mettre à genoux avant que ce dernier ne puisse le confondre... Ce crash mettrait en effet à jour une défaillance technique que les pilotes n'ont pu contrer faute d'infos... que le constructeur américain leur aurait caché "pour ne pas les surcharger d'infos" ! C'est du très gros... On peut aller s'informer sur le site de Christian ROGER ancien pilote de ligne.
a écrit le 21/12/2018 à 15:11 :
En ce qui concerne les gilets jaunes ça n'a mis qu'une semaine pour calculer combien ce mouvement à coûté à l'économie Française mais pour calculer combien nous coûte la justice américaine et la politique américaine d'interdiction pour nos entreprises de livrer en Iran ou en Russie en terme de rentrée fiscales perdue tout le monde est aux abonnés absents ,oui je sais je suis un troll russe.
Réponse de le 22/12/2018 à 14:30 :
Je pense que les Américains usent et abusent de leurs privilèges Avec leurs extraterritorialité du droit américain qui n'être autre qu'un instrument de guerre économique pour couler ses concurrents . Je suis choqué que l'euro n'est pu être un moyen de transfert et de concurrencer le $. Lorsque l'USB va devoir payer une amende à plus de 40 états ??
Je ne comprends pas les gilets jaunes en sachant que le smic en Espagne est de 858€ plus encore au Portugal lorsque je vois le nombre d'entreprises qui ferment ai entendu sur France bleu Picardie une entreprise de bâtiments 60 emplois de perdus et le pire ils ne sont pas payés depuis octobre. Non, non je ne suis pas un fasciste de droite j'ai connu 2 licenciements collectifs et que les patrons se sont retrouvés sans rien. Finance de la France, lorsque l'on sait que c'est seulement maintenant que la France rembourse les I R des Frontaliers Français bossant en Suisse ??? les caisses doivent être vides
a écrit le 21/12/2018 à 13:11 :
après la menace d'une sanction financière énorme sue Alstom nous voici avec le même mécanisme avec AIRBUS pour cible, n'avons nous pas en Europe une entreprise américaine qui aurait par mégarde commis quelques avanie et plus si affinités :(
a écrit le 21/12/2018 à 11:08 :
C'était attendu depuis longtemps ! Les français semblent n'avoir toujours pas compris qui dirige les USA ! Un mouvement à la fois imbu de religiosité et extrémiste politique (une forme d'extrême droite spécifique des USA, en somme) que j'ai connu sur place, suffisamment merci ! C'est pour cela que nous assistons à cette dérive, une agression caractérisée mêlant appareil juridique, services secrets (CIA), dirigeants industriels, diplomates, contre l'appareil productif Français d'abord (Alstom, interdiction de commercer pour Total, Airbus, Renault etc .. en Iran, en Russie etc ...), Européen ensuite.
La Chine s'organise pour répliquer, pas la France ni l'UE. Cette dernière a tout misé sur un atlantisme borné, niant nos intérêts stratégiques vitaux, défense inclue avec la dérive agressive de l'OTAN.
Boeing vient de la même façon de récupérer Ambraer au Brésil, un des plus grands producteurs d'avions au monde. Airbus est dans le collimateur depuis longtemps. En tant qu'ingénieur, j'ai connu la main mise par les USA sur Alcatel, no un technologique mondial. Je ne cesse de répéter qu'il est vital pour nous de relocaliser la production d'Airbus et de toutes les entreprises de financement français en France. Mais il faut aussi remplacer les produits intermédiaires fabriqués aux USA, car cela leur permet de faire jouer une juridiction illégale (interne) à l'étranger !
Nous sommes agressés, allons-nous enfin réagir ? Il faut recréer une industrie forte sur notre sol ! Voilà où nous mène la délocalisation massive et la fuite des capitaux vers les USA alors que nous en avons un besoin vital ici. Nous devons aussi tout faire pour rendre indépendant notre système bancaire et financier. Porter plainte à l'OMC etc etc ... Et vite !
a écrit le 21/12/2018 à 11:02 :
Il serait temps de réagir, voici des années que des sociétés européennes payent des amendes inouïes aux américains sous des prétextes divers. Le comble avec l'Iran que de nombreuses entreprises de l'UE ont dû quitter sous la menace de la justice américaine.
Comment les citoyens européens pourraient-ils se satisfaire de cette UE molle , ouverte à toutes les concurrences sans contreparties? On parle de populisme mais, nos technocrates
arrogants devraient se méfier de la réaction populaire en Mai prochain.
a écrit le 20/12/2018 à 22:33 :
On va bientôt apprendre qu'Airbus est racheté par Boeing, comme Alstom Power par General Electric.
Réponse de le 21/12/2018 à 11:52 :
Pour Airbus, Ca ne risque pas d'arriver car il n'y aurait plus d'appel d'offres etant donné qu' il n'y aurait qu'une seule mega entreprise pour vendre des avions civils^^. Quand à l'achat de Altshom par general electric, on peut estimer que l'on a fait l'affaire du siècle car le marché des turbines s'est cassé lz gueule depuis Fukushima. Les actionnaires de GE s'en mordent les doigts de cet achat.
a écrit le 20/12/2018 à 21:37 :
Espérins que Tom Enders paiera ce qu'il doit pour ce désastre.
a écrit le 20/12/2018 à 19:28 :
Les multinationales européennes se sont bien trop vautrées au sein des magouilles entre politiciens et hommes d'affaires, les américains en profitent pour prendre tout ces bâtons qu'on leur donne afin de battre les crétins.

De toutes façons le premier défaut de l'europe c'est son énorme corruption généralisée, si ça se trouve, Trump, prenant quelques minutes de son précieux temps, va aussi relancer l'UE en l'assainissant. Mais va falloir y aller fort Donald hein ! Pas de pitié !

Vite un frexit, ou pas...
a écrit le 20/12/2018 à 18:19 :
Faudrait pas que quelqu'un fasse de l'ombre à boeing quand même...
a écrit le 20/12/2018 à 18:10 :
Washington a bien raison de frapper.

L’enquête devrait remonter à la vente à $1 par mois des Airbus A300 à Estern Airlines qui devenait le quatrième client d'Airbus.
Puis l'achat de 400 Airbus par US Air et dont l'annonce avait été reportée pour ne pas coïncider avec les élections présidentielles.
L'achat par l'US Army de l'Airbus H145 devenu UH-72A Lakota alors que le général de l'US Army en charge des hélicoptères était le frère du patron d'EADS North America, un ancien général de l'USAF.
Il serait aussi intéressant d'éplucher les comptes de campagnes des politiciens de l'Alabama et du Mississipi.
Réponse de le 21/12/2018 à 19:57 :
Bien entendu, vous disposez de documents supportant vos assertions?
a écrit le 20/12/2018 à 17:04 :
Deux grilles de lecture (qui sont complémentaires):
1. Les USA font payer très cher aux entreprises leurs magouilles en tout genre. Suite aux subprimes, ales banques étrangères ET américaines ont été lourdement sanctionnées. Pour rappel en Europe, les banques n'ont eu que des amendes symboliques.
2. La Justice américaine est devenue le bras armée de l'Oncle Sam pour affaiblir ses concurrents étrangers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :