Bruxelles ouvre une "enquête approfondie" sur le rapprochement entre Boeing et Embraer

 |   |  421  mots
(Crédits : Paulo Whitaker)
La Commission "craint que l'opération ne réduise la concurrence sur le marché des avions commerciaux".

La Commission européenne a ouvert "une enquête approfondie" sur le projet de co-entreprises entre le brésilien Embraer et l'américain Boeing, a déclaré l'institution vendredi soir dans un communiqué.

Cette enquête doit permettre "d'apprécier le projet de création de deux entreprises communes par Boeing et Embraer au regard du règlement de l'UE sur les concentrations", précise la Commission. Elle "craint que l'opération ne réduise la concurrence sur le marché des avions commerciaux".

"Nous voulons veiller à ce que les concentrations dans le secteur de l'aviation commerciale ne réduisent pas de manière significative l'exercice d'une concurrence effective sur les prix et le développement de produits", a déclaré la commissaire chargée de la concurrence, Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

Dans un communiqué commun, Boeing et Embraer ont affirmé que leur projet demeurait "soumis à une approbation réglementaire" et avait déjà fait l'objet d'une évaluation positive des autorités américaines.

Les groupes s'engagent par ailleurs à participer aux investigations de l'UE. Ils ont ajouté que l'enquête signifiait que leur plan initial visant à achever leur rapprochement à la fin de cette année serait repoussé à "début 2020".

Contexte de forte tension

Cette annonce intervient dans un contexte de forte tension entre Américains et Européens. Washington a annoncé mercredi vouloir frapper 7,5 milliards de dollars de produits européens de tarifs douaniers punitifs, après avoir reçu le feu vert de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le cadre de la bataille juridique de 15 ans entre Boeing et Airbus. Bruxelles a promis de riposter aux sanctions américaines.

L'opération envisagée consiste à créer une entreprise commune contrôlée exclusivement par Boeing, qui reprendrait les activités mondiales d'Embraer dans le domaine de l'aviation commerciale (développement de produits, production, marketing, services). Une seconde entreprise commune contrôlée conjointement par les deux entreprises, qui serait chargée de la commercialisation de l'avion militaire Embraer KC-390, verrait aussi le jour.

La Commission "craint que l'opération envisagée ne supprime le troisième plus grand concurrent mondial, Embraer, sur le marché déjà fortement concentré de l'aviation commerciale". Elle "pourrait donc se traduire par une hausse des prix et une réduction du choix", ajoute-t-elle.

L'opération a été notifiée à la Commission le 30 août. Elle a jusqu'au 20 février pour prendre une décision. A l'issue de l'enquête, si les doutes de la Commission persistent, elle pourrait demander des cessions d'actifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2019 à 13:25 :
Il y a quand même un ingénieur de Boeing qui a porté plainte en interne car la direction privilégiait les profits à la sécurité. Les USA n'ont rien de trouvé de mieux que mettre des bâtons dans les roues d'Airbus , c'est plus facile que se remettre en question. L'UE ne doit faire aucun cadeau.
a écrit le 05/10/2019 à 11:36 :
"La Commission "craint que l'opération ne réduise la concurrence sur le marché des avions commerciaux". "

Non la commission est verte de s'être fait prise, en flagrant délit de subvention massive d'airbus, par les états unis et l'OMC, du coup elle essaye de se venger, tout ce dont sa désastreuse puissance politique est capable.

Que du court terme, que du ressentiment.
Réponse de le 06/10/2019 à 12:12 :
Cet argument est exactement celui qu'utilise l'OMC, à la demande de Boeing, pour ouvrir des enquêtes. Réponse du berger à la bergère. Là où ce n'est peut être pas follement subtil c'est que la même question va se poser pour Bombardier et Airbus. Il sera plaisant de voir les arguties juridiques utilisées par les deux bords. Airbus arguant certainement qu'il a racheté un programme et pas une société, Boeing que le rachat n'est que partiel etc...
Par contre, et là est la grande différence, c'est qu'Airbus touche des avances REMBOURSABLES qui sont remboursées, alors que Boeing touche des subventions, au sens strict du terme, à travers des déductions fiscales et des contrats militaires surévalués. Hélas non, pour Airbus, il n'y a pas subvention massive. Seuls les taux d'intérêts sont discutables si on veut chercher la petite bête. La plaisanterie (saumâtre) va continuer au printemps avec le deuxième round, cette fois-ci suite à la plainte d'Airbus. Nul besoin de voir là dedans le machiavélisme de quelque puissance occulte.
Réponse de le 07/10/2019 à 14:16 :
@ multipseudos:

"Cet argument est exactement celui qu'utilise l'OMC, à la demande de Boeing"

Donc tu affirmes que l'OMC est corrompue par Boeing, pourquoi pas !? Mais il va te falloir plus que des mots pour prouver cela mon gars hein...

"Nul besoin de voir là dedans le machiavélisme de quelque puissance occulte. "

LOL tu termines ton commentaire en contredisant ta première phrase !

Crédibilité ? Zéro. Signalé
Réponse de le 07/10/2019 à 14:44 :
D'une part, je ne crois pas que nous soyons familiers mon brave pour nous tutoyer. Permettez moi d'en rester au vous. Vous voudrez donc bien vérifier que l'OMC intervient suite à une plainte de Boeing datant de 2004. Ce qui semble vous avoir échappé. Par ailleurs, dire que l'OMC n'a rien d'occulte ne me semble pas contredire le reste du propos. Mais, je vous en prie, faites nous profiter de vos lumières sur l'oligarchie mondiale, un peu de paranoïa ne saurait nuire.
Réponse de le 22/10/2019 à 9:47 :
@ multipseudos:

"D'une part, je ne crois pas que nous soyons familiers mon brave pour nous tutoyer. "

Ta phrase encore une fois contradictoire m'empêche le lire le reste de ta prêche et de ce fait je te signale encore et encore et encore...

Et si je ne peux pas répondre au trollage ou le faire suprimer vous virez mon commentaire de base, tu devrais être content normalement mutipseudos non ? Normalement...
a écrit le 05/10/2019 à 11:32 :
Le 737XMAX aussi avait fait l'objet d'une évaluation positive des autorités américaines. Bon certes ce ne sont pas les mêmes autorités ... mais elles sont américaines !
a écrit le 05/10/2019 à 11:02 :
C'est toujours diviser pour mieux régner, mais pour le compte de qui?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :