Canada : les libéraux prêts à renoncer à l'avion de combat F-35

 |   |  751  mots
Nous n'achèterons pas de chasseurs-bombardiers furtifs F-35, a affirmé le chef du parti libéral, Justin Trudeau.
"Nous n'achèterons pas de chasseurs-bombardiers furtifs F-35", a affirmé le chef du parti libéral, Justin Trudeau.
En cas de victoire aux élections législatives au Canada, un gouvernement libéral n'achèterait pas les avions de combats F-35 de l'américain Lockheed Martin. Ce qui pourrait relancer le Rafale de Dassault Aviation, le Typhoon du consortium Eurofighter et le F-18 de Boeing.

Un gouvernement libéral au Canada, en cas de victoire de ce parti aux législatives, n'achèterait pas les avions de combats F-35 du groupe américain Lockheed Martin, ce qui replacerait automatiquement dans la course le Rafale (Dassault Aviation), l'Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus Group et Finmeccanica) ou le F-18 Super Hornet (Boeing). "Un gouvernement libéral prendra des actions immédiates pour s'assurer que les Forces armées canadiennes aient l'équipement dont elles ont besoin", a déclaré dimanche le chef du parti libéral en dévoilant son programme pour les questions de défense lors d'un meeting électoral.

Après les élections du 19 octobre et en cas de victoire, le gouvernement libéral "lancera un appel d'offres ouvert et transparent pour remplacer les F-18", car "nous n'achèterons pas de chasseurs-bombardiers furtifs F-35", a affirmé Justin Trudeau. Ces dernières années, le débat a été vif sur l'avion appelé à remplacer le F-18 Hornet de McDonnell Douglas, groupe américain racheté depuis par Boeing.

Le F-35 jusqu'ici favori

Le F-35 était l'avion le plus souvent cité comme étant le favori des Canadiens mais ce programme a pris un énorme retard et a connu des incidents à répétition. Son coût n'a cessé d'enfler pour atteindre 45,8 milliards de dollars pour l'achat et l'entretien de 65 avions F-35 selon un rapport du ministère de la Défense publié en décembre 2014. Au départ, l'enveloppe prévue par les conservateurs était d'environ 25 milliards de dollars en 2010. Les forces armées canadiennes ont récemment demandé des études pour prolonger la durée de vie des F-18 actuels jusqu'en 2030.

L'enjeu est de taille pour les industriels de la défense dont Dassault avec son Rafale. Il y a un an, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, avait déclaré attendre "la décision éventuelle des Canadiens de renoncer au F-35" pour revenir dans la course au remplacement de la flotte des F-18. Pour autant, le Canada a toujours privilégié le matériel militaire américain et le Super Hornet de Boeing serait aussi un candidat sérieux dans un nouvel appel d'offres. L'avion de combat européen Eurofighter Typhoon en serait un autre.

Une armée en "état de stagnation", selon Justin Trudeau

Le leader des libéraux a estimé qu'après une décennie du gouvernement sortant conservateur "l'armée canadienne est en état de stagnation". Outre "la sécurité du Canada" et plus largement "la sécurité de l'Amérique du Nord", l'armée doit aussi "être un partenaire international important lors des missions à l'étranger", a assuré Justin Trudeau.

Toutefois, il a une nouvelle fois assuré qu'un gouvernement libéral mettrait "fin à la mission de combat du Canada en Irak" aux côtés de la coalition internationale menée par les États-Unis contre le groupe État islamique. En revanche il a promis de continuer à maintenir une "contribution militaire canadienne dans la région en formant les forces locales".

Des propos qui créent la polémique

Les propos de Justin Trudeau sur le F-35 ont créé une polémique. Le Premier ministre conservateur sortant Stephen Harper a tiré lundi à boulets rouges sur le chef du parti libéral pour son refus d'acheter l'avion de combat de Lockheed Martin. "Sur qu'elle planète vit le parti libéral s'il pense que nous pouvons nous retirer du projet de développement du F-35 sans perdre d'occasions d'affaires?", a lancé le chef conservateur lors d'une réunion électorale dans la cadre des législatives du 19 octobre.

Le chef libéral veut "anéantir" l'industrie aéronautique canadienne, a accusé Stephen Harper en rappelant que cette dernière, concentrée à Montréal, a reçu "des centaines de millions de dollars de contrats" depuis que le Canada s'est joint au programme de développement du F-35 en 1997. Pour sa part, le chef du Nouveau parti démocratique (NPD, gauche), Thomas Mulcair, s'est prononcé en faveur d'un appel d'offres pour le choix du nouvel avion, sans énoncer de préférence.

Justin Trudeau est resté droit dans ses bottes en rappelant lundi que "nous n'avons jamais été obligés d'acheter les F-35". Il a précisé que les coûts de développement de cet appareil n'ont cessé d'augmenter. Ce choix pour remplacer les F-18 en service depuis plus de 30 ans "n'a plus aucun sens". Ces dernières années, le débat a été vif sur l'avion appelé à remplacer le F-18 Hornet de Boeing.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2015 à 2:29 :
Bonjour,
Etant français je serai bien sûr suspect de subjectivité, mais passons.
Je pense que le super hornet gagnera, probablement à l'aide de corruption et de chantage, mais ce qui m'intéresse sont les faits.
Le Rafale est capable de remplir toutes les missions, et ce, au cours du même vol. Même en combat aérien, il surpasse le Typhoon, pourtant conçu à l'origine essentiellement pour ça. Il est moins cher que le Typhoon.
Je ne parlerai pas du F35, une gabegie, qui n'a encore rien démontré.
D'après toutes les évaluations réalisées dans beaucoup de pays, le Rafale est en tête.
Il persiste un problème, celui de l'intégration des systèmes d'armes.
Je ne travaille pas dans l'industrie aéronautique, mais il semble, d'après mes lectures, que ce souci n'en est pas réellement un tellement cet avion est bien conçu, et qu'il suffit de modification relativement aisées pour intégrer n'importe quel type d'armement. Cela a un coût certes, mais le Rafale, capable de remplir toutes les tâches, moins cher que le Typhoon et le F35, qui plus est avec un coût d'heure de vol moindre semble, malgré ce problème, très en deçà du coût d'acquisition de ces deux avions.
Le Rafale est supérieur de très loin en air-air au F18, et d'un peu moins loin en air-sol, mais combien de temps encore sera produit le F18 ?
Il semble de plus que le Rafale du point de vue interface-pilote soit le mieux conçu, ce qui signifie une moindre fatigue et une meilleure concentration (sans parler de survivabilité) de vos pilotes une fois l'objectif en vue.
De plus, il vous est offert, à vous peuple canadien de développer votre propre industrie aéronautique. Que demander de plus ?
Je suis persuadé que le Rafale pour un pays de la taille du Canada est la meilleure option (biréacteur entre autres), pour de multiples raisons, et je suis également persuadé qu'après tous les tests, ce sera le choix instinctif des pilotes canadiens. Mais je reste persuadé que malgré tout ça, le super hornet sera le choix de votre gouvernement. Bien à vous, un amateur passionné par l'aviation comme par le Canada.
a écrit le 22/09/2015 à 8:50 :
....Et à la fin, ils achetèrent américain.....
a écrit le 21/09/2015 à 22:43 :
Vous en rêvez si vous croyez que vous allez placer le rafale hahahahaha
Réponse de le 22/09/2015 à 12:34 :
Et il est content le petit...
Ps : faut revoir ses structures de phrases; et rira bien qui rira le dernier :)
Réponse de le 22/09/2015 à 15:28 :
Ah oui, j'ai oublié de dire que je suis une coprolithe!
a écrit le 21/09/2015 à 21:08 :
Arrêtons : ils VONT acheter le zing des us. Les us contrôlent le Canada. On prend les paris..??
a écrit le 21/09/2015 à 20:56 :
Allez, Le Drian, un petit saut au Canada à côté de Marcel Dassault, ça te dis ? ;-)
Réponse de le 22/09/2015 à 9:09 :
Marcel Dassault est mort en 1986...
a écrit le 21/09/2015 à 19:53 :
Honnêtement je vois pas trop comment le RAfale pourrait s'imposer en Amérique du Nord.

Je vois vois plus un koweit bis avec le superhornet hyper favori et l'eurofigther en outsider se plaçant à coup de commisons à la fin....
a écrit le 21/09/2015 à 16:30 :
Il y a un zero de trop dans votre chiffre, ce n'est pas 390 milliards de dollars mais 39 milliards de dollars pour 65 F-35
(L'evaluation a ete relevée a 45bn$ http://www.cbc.ca/news/politics/f-35-purchase-cost-could-rise-by-1b-to-replace-lost-aircraft-1.2868894)
a écrit le 21/09/2015 à 15:35 :
Des Rafale plus une paire de Mistral qui semble aussi les intéresser. On peut toujours rêver.
Réponse de le 21/09/2015 à 20:59 :
Il y a un bruit en disant que le Canada aurait préféré acheter des Rafale aux F-35 mais à condition que la France fasse un bon rabais à Toronto pour les deux Mistral. Hollande est aux anges et on commence déjà à trinquer à l'Elysée, dit-on…
a écrit le 21/09/2015 à 15:32 :
La Finlande aussi est en course pour remplacer ses 70 F-18, identiques à ceux des
Canadiens ( sauf la cocarde bleue qui remplace la feuille d'érable ). Le F-35, loupé
technique comme prouvé récemment dans un combat simulé avec un F-16, est hors
course. Sans parler de son prix. A mon avis, ce sera entre le Super-Hornet et le
Rafale amélioré. Les Ruskis auraient proposé le Sukhoi T-50, mais selon les Indiens,
c'est encore un proto pas au point.
a écrit le 21/09/2015 à 15:07 :
Les canadiens ont manifesté un certain intérêt pour les productions européennes, particulièrement le Rafale et l'Eurofighter. Néanmoins, si le F-35 était abandonné, ce qui serait une bonne nouvelle pour le contribuable canadien, ce serait un terrible camouflet pour les américains qui font un très fort lobby depuis près de deux décennies pour cet avion. Il y a donc très fort à parier que les canadiens opteront finalement pour le Super Hornet, en faisant pression sur les américains en les menaçant d'un choix européen pour obtenir des prix décents. Ce serait un choix de continuité parfaitement rationnel, et à un coût maîtrisé.
Reste à savoir si les américains ne voudront pas faire un ultime forcing en ne proposant au Canada que le F35, ce qui serait une aubaine pour les productions européennes. Dassault est en embuscade et propose un produit plus cher que le Super Hornet, mais aussi plus performant.
Réponse de le 30/09/2015 à 14:02 :
Il est impossible que les américains ne proposent que le F-35. C'est justement l'avion qui pose problème et le Super Hornet a été très apprécié par les différentes armées qui l'ont utilisé.
De plus pourquoi Boeing s'écraserait volontairement au profit de son rival Lockheed Martin ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :