Alternative au F-35 : le Canada se renseigne sur l'Eurofighter et le Rafale...et d'autres

 |   |  273  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En raison de l'envolée de la facture des avions furtifs F-35 de Lockheed Martin que le Canada a commandé en 2010, Ottawa a annoncé vendredi qu'il allait contacter tous les constructeurs d'avions de chasse pour demander des renseignements sur les capacités des avions disponibles.

Le Canada fait un pas supplémentaire dans la remise en cause de son contrat de F-35, signé en 2010 avec Lockheed Martin sans appel d'offres. Après avoir rouvert en décembre la porte à la possibilité de choisir pour son armée de l'air des chasseurs autres que les appareils furtifs F-35 en raison de l'envolée de leurs coûts, le gouvernement tape à la porte de tous les constructeurs d? avions de combat dont la production est en cours actuellement ou est programmée.

Remplacer les CF-18 de Boeing
Vendredi, le gouvernement canadien a annoncé qu'il allait contacter Boeing, Dassault Aviation, EADS Eurofighter, Lockheed Martin et Saab pour recueillir des informations détaillées sur les capacités des avions de combat disponibles. Un deuxième questionnaire portant sur les coûts et les retombées possibles pour l'industrie canadienne doit être élaboré ultérieurement. Parmi les avions similaires présents sur le marché figurent notamment, outre le F-35 et le Rafale de Dassault, le Super Hornet de Boeing et l'Eurofighter Typhoon (EADS, BAE Systems et Finmeccanica) et le Gripen de Saab. Le Canada veut remplacer sa flotte vieillissante de chasseurs CF-18 (Boeing).

Dassault confiant
En début d?année, le nouveau PDG de Dassault Aviation Eric Trappier s?est déclaré confiant en début d?année dans les chances du Rafale face aux rivaux américains si le Canada décidait de lancer un appel d'offres. "Il y a un coup à jouer. Le Canada est potentiellement le premier pays qui pourrait remettre en cause le F-35. Nous ne pouvons pas ne pas l'accompagner", avait-t-il déclaré aux Echos.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2013 à 12:53 :
Veuillez noter que le Canada n'a pas de contrat en place pour l'achat de F-35.
Il y a juste une volonte politique (aujourd'hui reevaluee) et des accords de participation au developement maintenant remis en cause. Aucun contrat n'a ete etabli
a écrit le 13/02/2013 à 19:35 :
Même les Canadiens ont compris qu'il n'y a pas que les USA pour développer les meilleu
res technologies en matière de défense...L'excellence française fait mouche,enfin...!!Même
si elle a un prix...Face à un pays comme la Chine,il faut avoir les meilleures armes et
s'équiper chez Dassault ou Nexter,Thalès,ça n'est pas que pour se faire plaisir...Et les
commandes de l'A 400M viendront dans 4 ou 5 ans,si ce n'est avant...!!Imaginons Israël a
cheter aussi des Rafale...A la dernière "intifada",ils ont "balancé" pas mal de missiles de
chez Thalès,il me semble...Et puisque l'un va parfaitement avec l'autre,voire avec les ra
dars...Le "packaging" sera parfait...
Réponse de le 07/03/2013 à 1:27 :
Même les américains songent à acheter le Rafale,
le meilleur avion au monde,par les preuves faites
Réponse de le 07/03/2013 à 18:45 :
tu reve !!!! les americain on oublier la fayette ou meme que leurs 1 ere as l ont ete sur avion francais
a écrit le 28/01/2013 à 15:13 :
l'avenir est aux avions de chasse low cost, bombes en plastique, pilote formé chez sur un free simulateur accessible en ligne, salaires au nombre d'heures de vol, cockpit de chez ikéa...il faut étendre le low cost à tous les domaines, on fera des économies
Réponse de le 15/02/2013 à 16:25 :
comme le nouvel avion furtif irannien?? :::))) Ah ces iraniens toujours les premiers dans la déconne :)
a écrit le 28/01/2013 à 10:16 :
et d'entretien de cet avion ont fait x3. Une façon de dire stop pour Ottawa. Et comme tous les pays sont soumis à une politique de rigueur.
a écrit le 27/01/2013 à 22:41 :
Sans appel d'offre ? Est-ce légal ? Et après ils s'étonnent d'avoir des problèmes ???
a écrit le 27/01/2013 à 14:40 :
Cet avion, le Joint Strike Fighter, qui doit remplacer tous les autres avions, et dont la mise au point est tellement compliquée qu'elle n'en finit jamais, a tout l'air d'être la plus grande escroquerie du 21ième siècle.
Des pays qui sont entrés dans ce programme, parce qu'ils n'ont pas su dire "non!" pour rester politiquement correct, commencent apparemment à se douter de quelque chose. Ce qui n'est pas étonnant : on peut voir le JSF comme une énorme pompe à fric créée avant tout pour enrichir les industriels américains de l'armement, bref : comme un autre séquelle de l'ère Bush.
Réponse de le 27/01/2013 à 15:24 :
Et surtout tuer ou en tout cas affaiblir toute industrie militaire européenne!
Réponse de le 27/01/2013 à 18:04 :
Oui et, donc, assécher les budgets de ces pays européens et finalement empêcher l'Europe d"acheter des avions européens!
a écrit le 27/01/2013 à 11:52 :
Les Canadien sont obligés de voir ailleurs puisque que le F35 présente bien des défauts de conception.
Réponse de le 27/01/2013 à 22:42 :
Comme le fameux (ou fumeux ?) 787 ?
a écrit le 27/01/2013 à 1:59 :
Franchement qui peut croire un seul instant que le canada pourrait ne pas acheter américain, c'est juste un bluff pour obtenir un rabais; pour info, historiquement au sortir de la seconde guerre mondiale le canada avait une puissante industrie aéronautique, les états-unis l'ont quasiment forcé à la démanteler car elle produisait de trop bons avions qui s'exportaient, et depuis le canada a sa défense aérienne dirigée par les états-unis, par l'intermédiaire du Norad, et bien sûr n'achète qu'américain.
Réponse de le 28/01/2013 à 17:27 :
Ce petit rappel n'est pas inutile, quel plus bel et bon avion que le Mosquito de De Havilland pendant la 2ème guerre mondiale? Une renaissance de leur industrie aéronautique militaire avec pourquoi pas le concours de Dassault (M. Bloch) ne serait pas pour déplaire aux francophones.
Réponse de le 28/01/2013 à 17:38 :
Le meilleur exemple de, l'industrie aéronautique militaire canadien tuée presque dans l'oeuf par les USA est l'Arrow CF-105 d' Avro Canada, projet largement décrit dans Wiki pour plus de détails.
a écrit le 26/01/2013 à 21:14 :
L'Eurofighter n'est pas compétitif et pas assez avancé, et surtout surclassé par le Rafale sur tous les points (lire le rapport d'évaluation de l'Armée de l'Air Suisse), OUT. Le Gripen a les jambes trop courtes, et c'est un monoréacteur. Pour le Canada, c'est un prérequis, donc OUT. Le Rafale est un biréacteur à grande allonge, véritable camion à bombes (9,5t d'armement, seul le F-15 fait mieux, le Super Hornet emporte 8,1 tonne, l'EF 7,5 tonnes). Le duel se déroulera entre le Rafale et F/A 18 Super Hornet qui reste un avion très intéressant à un prix assez raisonnable. Reste à monter un partenariat industriel ad hoc. Dassault a une très belle carte à jouer, et en a les capacités.
Réponse de le 27/01/2013 à 14:03 :
Exact, mais malheureusement la politique est le critère principal dans une vente d'avions militaires.
En tout cas, si le Super Hornet est choisi à la place, au moins le critère furtivité n'est plus l'argument principal de vente du F-35, d'autant plus que le Rafale est plus discret que le EF-18, message pour les autres clients du F-35.
Réponse de le 27/01/2013 à 14:46 :
Reste la question du prix : si Dassault n'a vendu qu'a l'Etat Français alors que son avion est un des meilleurs, il y doit y avoir une bonne raison pour cela.
Ou la question de l'ambition : à quoi bon se décarcasser pour doubler ou tripler la cadence de production du Rafale, alors qu'on vit déjà très bien comme çà ? (avec des avions vendus fort cher au nom de la souveraineté nationale).
Réponse de le 27/01/2013 à 15:08 :
@Asimon, question souvent posée et aussi largement répondue, c'est le moins cher des programmes de même catégorie et contemporains: Dépassement du budget de moins de 5%, respect des performances, pas de retard calendaire pour raisons techniques, les retards étaient dus à l'étalement budgétaire (demandé par l'État)
Réponse de le 27/01/2013 à 15:28 :
@Asimon: le Rafale est certes cher, mais moins que l'Eurofighter (les estimations les plus optimistes parlent d'une hausse de 40% du budget pour tout le programme EF, et il y aura encore des dépassements, puisque EADS Cassidian n'a pas encore atteint les objectifs initiaux (capacité air-sol, antinavire, radar à antenne active (et la liste est longue) non validées contrairement au Rafale). Concernant l'Eurofighter, en y regardant de plus près, aucune nouvelle commande n'a été décrochée à l'export si on prend en compte que les commandes initiales ont été réduites, et que les les avions "décommandés" ont été vendus à des pays tiers (Arabie Saoudite, Autriche, Oman) avec des capacités limitées, et sans procédures d'appel d'offre. En Autriche, une enquête est en cours pour corruption de la part d'EADS, ces soupçons sont avérés concernant la vente en Arabie Saoudite (de l'aveu même de Tony Blair), et Oman reprend une partie de commande annulée par l'Allemagne. Le Rafale a toujours remporté les appels d'offres auxquels il a participé, les décisions qui ont suivi, qui ont abouti à la commande de matériels américains ont été prises suivant des critères politiques (en Corée du Sud par exemple, achat de F-15 sous peine de réduction de l'aide militaire américaine, difficile de dire non !). Les médias ont beau faire de la désinformation, l'avion français est le moins cher, le plus abouti et le plus apprécié dans les armées qui ont pu l'essayer. Le rapport d'Armasuisse publié l'an dernier le démontre largement. Dommage qu'un tel rapport n'ait pas fuité chez les coréens ou les singapouriens !
Réponse de le 27/01/2013 à 17:29 :
"...puisque EADS Cassidian n'a pas encore atteint les objectifs initiaux (capacité air-sol, antinavire...": Petite rectification, initialement l'Eurofighter ne devait faire que du Air-Air, toutes les autres capacités ont été ajoutés pour différentes raisons (changement de la menace plus de bloc de l'Est, une meilleure offre pour l'export, etc...), et c'est sûrement une des raisons des dérapages du budget, les autres raisons étant une mauvaise coopération dictée non pas par un apport de savoir-faire de chacun, mais au contraire c'est une occasion d'acquérir des compétences qui manquent à chacun!
Réponse de le 27/01/2013 à 21:40 :
A James & Patex : un merci très sincère pour ces explications, intéressantes et éclairantes.
Réponse de le 28/01/2013 à 2:27 :
@Asimon: merci / @James: certes, lors de la genèse de l'appareil, il était avant tout question de développer un appareil performant comme intercepteur. Toutefois, et c'est là qu'on observe une différence fondamentale dans la philosophie française et la philosophie composite en fin de compte, du RU, de l'Allemagne, de l'Italie et de l'Espagne: les français ont choisi de développer un appareil en phase avec les réalités budgétaires à venir, contrairement aux autres nations. Le concept d'avion omnirôle développé par Dassault est le fruit de l'expérience comme constructeur, une meilleure perception des besoins des clients, et une meilleure maîtrise industrielle. Vu avec le recul d'aujourd'hui, on ne peut que louer la clairvoyance des décideurs français de l'époque, même si l'URSS n'était pas encore tombée, ils savaient que les moyens militaires devraient être rationnalisés, et le choix d'une plate forme unique est une excellente solution dans ce sens, qu'aucun autre partenaire du programme Eurofighter n'a anticipé, la faute à une politique de défense trop dépendante des Etats-Unis, d'une politique industrielle insuffisamment indépendante. Le résultat, c'est qu'aujourd'hui, Allemands et Anglais prolongent la vie de leurs vieux Tornados, qui jouent le rôle de composante air-sol pour leurs armées de l'air. Les seules bombes larguées par la RAF en Lybie l'ont été depuis des Tornados, des appareils déjà en ligne lors de la première guerre du Golfe ! L'absence d'anticipation dans l'évolution de l'EF provoque des retards et des surcoûts excessifs qui sont le résultat des compromis techniques incohérents et court termistes effectués par les ministres de la défense des pays partenaires dans le programme Eurofighter, résultat d'une méconnaissance de cette industrie et d'une mauvaise perception des enjeux futurs. Ces points avaient rapidement convaincu le Mindef dans les années 80 qu'il fallait mieux faire cavalier seul au lieu d'aller pondre un mouton à cinq pattes avec d'autres pays, à raison. Au final, le seul salut pour les pays qui ont mis la main à la poche dans ce gouffre financier viendra de l'étranger, où Cassidian pourrait peut être limiter l'addition à présenter aux partenaires initiaux en décrochant des contrats export. Malheureusement, les grosses commandes tombent maintenant, le produit n'est pas à la hauteur, son radar est encore en développement et la concurrence a les dents très aiguisées. Ces machines se vendrons encore d'ici 2020, 2025, ensuite la priorité sera donnée aux drones., qui sont effectivement le vecteur à développer pour les armées Européennes. Dassault est leader sur le programme Neuron, et a clairement réparti les rôles aux nations partenaires, tout en dirigeant le programme. Au final, le projet répond aux attentes de la DGA, qui a su convaincre d'autres nations de s'associer à ses travaux, au lieu de négocier un partenariat industriel au rabais, façon Eurofighter. L'histoire ne s'est pas répétée pour ce projet de démonstrateur, mais si un grand programme de drones européens se met en place, il faudra un capitaine indéboulonnable. Ce devra être Dassault, ou ce sera une catastrophe.
Réponse de le 28/01/2013 à 8:00 :
@Asimon, c'était avec plaisir. @patex, Roger!
Réponse de le 13/03/2013 à 5:08 :
A James: le F35 est tout sauf furtif: retards industriels,surcoût et production ralentie sont répercutés mondialement par les médias...Bonjour la discrétion!
Réponse de le 13/03/2013 à 7:49 :
@MAGNUM, très drôle! De ce point de vue là, oui!
a écrit le 26/01/2013 à 16:48 :
Acheter autre chose que du US c'est quasiment un casus belli. Les 52 à 65 ème états US (les provinces anglo du Canada, mais je ne sais plus combien elles sont) n'ont pas trop le choix (je mets à part le Quebec).
Dassault Saab et Eurofighter peuvent toujours faire semblant d'y croire
Réponse de le 26/01/2013 à 17:23 :
Ce qui est intéressant, c'est une évaluation des différents avions....Les autres pays hésitants pourraient changer d'avis. Et bien sûr si le Canada abandonnait le F35 (même au profit du F18), celà aurait une signification lourde pour d'autres pays qui commencent à comprendre qu'ils se sont engagés dans un gouffre financier!
Réponse de le 26/01/2013 à 17:45 :
Vous avez raison. Les canadiens anglophones détestent les québécois et pareils pour les québécois, ils détestent les américains et les canadiens anglophones quand vous voyez sur les commentaires des certaines journaux ou forums canadiens.
Réponse de le 26/01/2013 à 18:47 :
Tout a fait , jamais le Canada achètera autre chose que du ricain. Mais au moins Dassault pourra servir a faire baisser les prix, un comble pour tous les français collabos toujours prêts a vomir sur les produits français et notamment sur le Rafale considéré comme trop cher !
Réponse de le 26/01/2013 à 23:50 :
Je suis québécois. Ne donnez pas trop de crédit aux commentaires des forums électroniques au Canada: ils ne sont pas représentatifs de la majorité de la population..
Réponse de le 27/01/2013 à 1:38 :
C'st quoi ca encore, la haine d'un coté comme de l'autre ! Rien à faire dans le débat.
Réponse de le 27/01/2013 à 10:06 :
J?espère que les québécois vont nous aider pour vendre notre Rafale, hihiiiiii
a écrit le 26/01/2013 à 14:34 :
Ne pas s'emballer!
C'est comme pour les Oscars, tout le monde peut participer mais à la fin ce sont les américains qui gagnent.
Réponse de le 26/01/2013 à 14:53 :
Pas toujours...!
Réponse de le 26/01/2013 à 17:05 :
Si seulement cela pouvait ressembler aux Oscars de l'année dernière .... ;-)
Réponse de le 26/01/2013 à 17:05 :
Si seulement cela pouvait ressembler aux Oscars de l'année dernière .... ;-)
a écrit le 26/01/2013 à 12:54 :
Vous n'êtes pas obligé d'écrire avec des fautes et 3 fois le même message! Le Canada peut très bien arrêter les frais avec le F35. Ensuite, il peut acheter US...ou autre!
Réponse de le 26/01/2013 à 19:32 :
En meme temps, celui-la n'est pas un message qui sert a grand chose.
Je prefere les messages repetes et avec des fautes, mais interessants.
a écrit le 26/01/2013 à 12:53 :
Les Canadiens ont signé un pré contrat , mais à un cout....déterminé ? ce qui leur permet de sortir .
Et là c' est la porte ouverte aux Pays Bas....qui doivent se placer en observateur . La surveillance de l'Arctique est vitale..le camarade Russe enfreint les limites territoriales par erreur bien sur...d'où certaines tensions
et un besoin urgent de matériel performant pour les canadiens .
Réponse de le 26/01/2013 à 13:48 :
Si le Canada sort du F35, il n'y aura pas que les Pays-Bas à se poser la même question...
a écrit le 26/01/2013 à 11:58 :
declaration sans fondements le Canada finance (en partie) le F-35 il ne va pas tout mettre par la fenetre. de plus se serait etonnant qu'il n'achete pas USA!
a écrit le 26/01/2013 à 11:58 :
declaration sans fondements le Canada finance (en partie) le F-35 il ne va pas tout mettre par la fenetre. de plus se serait etonnant qu'il n'achete pas USA!
a écrit le 26/01/2013 à 11:58 :
declaration sans fondements le Canada finance (en partie) le F-35 il ne va pas tout mettre par la fenetre. de plus se serait etonnant qu'il n'achete pas USA!
Réponse de le 26/01/2013 à 12:51 :
les politiciens avaient fait un choix sans faire d'appel d'offre, ça faisait désordre :-) alors ils font un pseudo appel d'offre pour se dédouaner.
Seul point positif, avec ce fiasco total qu'est le F35, plusieurs pays vont se retrouver sans armée de l'air sérieuse :-)
Réponse de le 26/01/2013 à 14:27 :
C'est un effet d'annonce, le Canada veut que l'on croit que c'est un pays démocratique et fait donc semblant de proposer à tous. En réalité, le Canada achètera bien US ou britannique (si les Anglais ont de vieux clous pas chers à revendre - voir épisode des sous-marins il y a quelques années).
Réponse de le 28/01/2013 à 10:45 :
Vu les tensions entre le Canada et la Russie sur les zones artiques je doutes fortement que les canadiens se contentent de vieux clous ...Par contre l'option F18 reste la plus probablement politiquement parlant .Le programme JSF a un sacré coup dans l aile si le Canada se retire ca donnerait un trés mauvais signal au autres acquereurs
le programme est une vaste escroquerie disons le clairement , les américains savent faire de trés bons avions soyons aussi honnetes les F15 ,F16 F18 sont d excellents avions quelques que soit leur versions et ils ont fait leur preuves Par contre depuis le lancement du programme ATF (Advanced Tactical Figther) dans les années 80 pardonnez moi l expression mais ca déconne sec !!! C est de ce programme que sont nés ou dérivés l ensembles des appareils Stealth (furtifs) depuis que les américains se sont mit à faire de la furtivité une véritable obscéssion (F111 detecté dés sa sortie par les radars français et déja retirés du service à cause d une avionautique catastrophique et de ratio de combat ridicules, B2 un bombardier aile volante au capacités opérationnelles trés discutables meme si c est une merveille de la technologique (mais à quel prix!!!) F22 un bijou technologique sur le papier mais plus furtif car detecté la encore par les radars de derniéres génération et ayant de gros probleme techniques et pour finir le F35 , le F22 du pauvre amputé de beaucoup de ce qui fait l interet du F22 et cumulant les retards et surcout de devellopement catastrophe opérationelle , défaut divers et variés et beaucoup trop cher (sans parler de sa maintenance)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :