Comment la Chine veut jouer un rôle majeur dans l'exploration lunaire

 |  | 403 mots
Lecture 2 min.
La Chine veut envoyer des hommes sur la Lune
La Chine veut envoyer des hommes sur la Lune (Crédits : Muhammad Hamed)
La Chine a procédé au lancement d'un satellite relais destiné à établir une communication entre la Terre et une sonde lunaire qui va explorer la face cachée de la Lune.

La Chine a lancé lundi un satellite relais chargé d'assurer les communications entre la Terre et un petit robot qui devrait être déployé sur la face cachée de la Lune courant 2018, selon l'agence spatiale chinoise. Une fusée Longue Marche-4C a décollé à 05H28 heure locale (21H28 GMT dimanche) depuis la base de lancement de Xichang (sud-ouest) avec à son bord le satellite Queqiao ("Pont de pie"), qui poursuit actuellement sa route dans l'espace, a indiqué l'Administration nationale spatiale chinoise. Il va se placer en orbite à environ 455.000 kilomètres de la Terre et sera le premier satellite de communication au monde à opérer à cet endroit.

Lors de l'arrivée du robot téléguidé sur la Lune, le satellite se trouvera à un endroit lui permettant d'assurer les échanges avec la Terre, tout en ayant dans sa ligne de visée la face cachée de la Lune. "Ce lancement est une étape cruciale pour la Chine dans son objectif de devenir le premier pays à envoyer une sonde capable d'alunir en douceur et d'explorer la face cachée de la Lune", s'est félicité Zhang Lihua, le responsable du projet de satellite, cité par l'agence Chine nouvelle. Le satellite permettra le contrôle par des techniciens restés sur Terre du robot Chang'e-4, qui tire son nom d'une déesse de la mythologie chinoise.

La Chine veut une station lunaire en 2022

La face cachée de la Lune désigne l'hémisphère de l'astre lunaire qui n'est pas visible depuis la Terre. Elle est photographiée depuis 1959 mais n'a jamais été explorée. La robot sera envoyé d'ici fin 2018 dans le bassin Pôle Sud-Aitken, une zone censée avoir un grand potentiel pour les recherches, selon Chine nouvelle. Ce sera le deuxième véhicule téléguidé chinois sur la Lune. En 2013, la Chine y avait déjà fait débarquer un rover nommé "Lapin de jade". Celui-ci avait connu des périodes de coma, mais avait finalement pu arpenter la surface lunaire pendant 31 mois, bien au-delà de sa durée de vie prévue.

Un autre robot (Chang'e-5) devrait être envoyé sur la Lune en 2019 pour y collecter des échantillons et les ramener sur Terre. La Chine investit des milliards d'euros dans son programme spatial, coordonné par l'armée. Le pays espère avoir une station spatiale habitée d'ici à 2022, et envoyer à terme des humains sur la Lune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 9:13 :
La Chine ferait mieux d'arrêter son dumping social et environnemental si elle veut se faire respecter internationalement un jour plutôt que de s'enivrer bêtement de projets technologiques inutiles.
a écrit le 21/05/2018 à 21:13 :
La Chine ( de même que la Russie ) lorgne surtout sur l'hélium 3. Il s'agit d'un gaz léger, non radioactif, un isotope particulier avec 2 protons et un neutron qui est apparu aux premiers instants de l’univers. Il contient une quantité d’énergie considérable consommée d’ailleurs dans les étoiles. Selon les scientifiques, 25 tonnes d’hélium 3 suffiraient à fournir toute l’énergie consommée pendant un an par les États-Unis. Le problème, c’est qu’un tel gaz n'existe quasiment pas sur Terre… et qu’il y en a beaucoup, au moins 100.000 tonnes, sur la Lune. Il est déposé par les vents solaires à la surface de notre satellite. Cet intérêt pour la lune n'est pas innocente.
Réponse de le 22/05/2018 à 9:06 :
si les humains vident toutes les ressources partout , terre , et les autres astres .
ces astres ne pourront plus faire «  leur fonction » comme il faut.
la galaxie aussi a une horloge interne et externe : elle n’est pas «  éternelle »( c’est une certitude)
le risque à long terme : est une destruction totale de tout le système solaire et des perturbations importantes pour les astres et les humains.
je ne pense pas que l’humanité pourra dépasser les 2040 ... si tout est puisé de son «  énergie »
rien n’est inépuisable.
Réponse de le 22/05/2018 à 19:50 :
@citoyen ordinaire

Rassurez-vous, avant qu'une destruction totale de tout le système solaire n'arrive, il faudra déjà mettre au point l'extraction de ces gaz si précieux et cela mettra probablement des décennies. Ni vous, ni moi ne seront là pour en parler.
a écrit le 21/05/2018 à 13:28 :
Qu'on le veuille ou non la Chine s'impose comme l'un des grands pays scientifiques de demain. Ils forment des ingénieurs à tout va, font former leurs meilleurs éléments dans les meilleures universités et grandes écoles du monde entier, bref ils siphonnent les technologies ! Comme ils sont 1.4 milliards et 'apprêtent à devenir le pays le plus riche du monde, il est possible que le 21 eme siècle soit celui du retour de la Chine comme leader de la science. Sauf bien sûr s'ils décident de devenir une société du contrôle total, où chacun sera filmé, son comportement analysé, et puni s'il sort des clous : là ce sera la fuite des cerveaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :