Élisabeth Borne : "Oui, nous avons besoin du transport aérien ! "

 |   |  800  mots
(Crédits : DR)
A l'occasion de la 6e édition du Paris Air Forum organisée par La Tribune, la ministre des Transports Elisabeth Borne a pris le temps de rassurer les dirigeants du secteur aérien, et appeler à une plus grande cohésion européenne sur les enjeux environnementaux.

"Le monde aérien peut devenir le bouc-émissaire de la lutte contre le réchauffement climatique. Travaillons pour que nos efforts soient plus reconnus et pour diminuer notre empreinte écologique", encourageait le président-directeur général du Groupe ADP, en introduction du salon Paris Air Forum. La ministre des Transports Élisabeth Borne a pris sa suite à la tribune, pour formuler à nouveau le soutien du gouvernement envers le transport aérien et évoquer ses efforts dans la diminution des gaz à effets de serre. Elle a ensuite quitté la salle pour aller porter un message similaire à l'Assemblée nationale dans le cadre de la loi d'orientation des mobilités (LOM).

Soutien franc au transport aérien

L'industrie aéronautique est plongée depuis trois mois dans un débat public sur l'empreinte carbone du transport aérien et notamment des vols cour-courriers. A cela s'ajoute la popularité du concept suédois de "Flygscam", se traduit en "honte de prendre l'avion" en raison des importantes émissions de gaz à effets de serres liées aux nombreux trajets. Si la ministre à reconnu les enjeux et la nécessité du débat, elle a tenu à rassurer les dirigeants du secteur réunis au Paris Air Forum, à une semaine du salon international du Bourget.

"Oui, nous avons besoin du transport aérien, et d'un transport aérien performant. Nous ne sommes pas comme les autres. Cinquième puissance économique mondiale, ouverte aux échanges, nous avons vocation de rayonner et de peser au premier plan. Et nous devons pour cela être connectés au monde entier. Nous avons aussi l'ambition forte de rester la première destination touristique au monde et de franchir le cap des 100 millions de visiteurs accueillis. Ce sont des ambitions sur lesquelles nous nous retrouvons tous. Dès lors, il nous faut un transport performant pour les accueillir", a défendu la ministre.

Outre l'enjeu économique lié au tourisme, Elisabeth Borne a tenu à rappeler le rôle essentiel du transport aérien dans la liaison entre la capitale et les métropoles régionales avec l'Outre-Mer, la Corse et les autres territoires français enclavés.

"J'assume parfaitement que l'Etat soutienne ces lignes d'aménagement du territoire. J'assume d'avoir renforcé notre implication financière. N'en déplaise aux détracteurs de l'avion, je préfère une petite ligne aérienne qui désenclave rapidement et efficacement, à la construction de très grandes infrastructures de lignes à grande vitesse à la fois lointaine et coûteuse et dont le bilan carbone n'est pas des plus évident", a-t-elle déclaré.

Un appel à une taxation européenne homogène sur le kérosène

La ministre était venue pour rassurer. "Le gouvernement n'est pas de ceux qui pense que l'avenir s'écrira sans avion", a-t-elle ajouté, rappelant les actions du gouvernement pour pousser à une aéronautique plus respectueuse de l'environnement. 135 millions d'euros vont être investis dans la réduction de l'empreinte carbone dans le cadre du plan d'investissement, et le ministère travaille avec le Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile (Corac). De même, le pays s'est engagé dans le cadre de l'accord de Paris à une réduction des émissions de gaz à effets de serre de 50% d'ici 2050. Mais la ministre rappelle la nécessaire poursuite de ces efforts :

"Face à l'Urgence climatique, nous ne pouvons nous satisfaire de ce qui a été engagé, nous devons aller plus loin vers un transport aérien plus propre", a-t-elle avancé, jusqu'à ambitionner à long terme la création "d'un avion zéro carbone".

Persuadée du rôle de locomotive de la France à l'échelle européenne, la ministre défend les choix nationaux :

"Nous nous sommes toujours opposé à l'interdiction du transport aérien. Car si la France entend être à l'avant garde de l'excellence environnementale, elle ne peut être seule sur ce chemin, au risque de n'avoir aucun effet sur le climat et de fragiliser à coût sur notre compétitivité. Nous avons appelé à une décision à l'échelle européenne et à éviter le piège d'une décision pays par pays.

Elisabeth Borne en a ainsi profité pour lancer une pique à la Suède et aux Pays-bas, deux pays au coeur des débats environnementaux.

"Si nous avons au niveau européen des niveaux de taxation proches entre la France et l'Allemagne, assez proche avec le Royaume-Uni, le transport aérien reste deux fois moins taxé en Suède et aux Pays-Bas que chez nous. Quand on a voit à quel point ces deux pays sont régulièrement pris en exemple dans le débat sur le volontarisme environnement, il est utile de comparer non seulement les déclaration d'intention, mais aussi les actes", a-t-elle taclé.

___

▶︎  Lire aussi nos articles de La Tribune HEBDO n°296, en kiosque ce vendredi 14 juin 2019 ou, sur notre site, en version numérique.

H296, LT1, UNE, couv, hebdo

H296, LT4, UNE, couv, hebdo

H296, LT3, UNE, couv, hebdo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 17:45 :
Oui nous avons d'urgence besoin d'écologie. Mais qui s'en soucie...
a écrit le 17/06/2019 à 13:30 :
Vous ne voulez pas assumer mon commentaire vous le supprimez vous ne le laissez pas collé par le peine à penser de service.

Je ne vous laisse aucun choix car le plus arrangeant et de loin. C'est fait exprès vous voyez ça évite que vous preniez des initiatives de ce genre, je vous fais gagner du temps, si si...
a écrit le 17/06/2019 à 13:30 :
Vous ne voulez pas assumer mon commentaire vous le supprimez vous ne le laissez pas collé par le peine à penser de service.

Je ne vous laisse aucun choix car le plus arrangeant et de loin. C'est fait exprès vous voyez ça évite que vous preniez des initiatives de ce genre, je vous fais gagner du temps, si si...
a écrit le 17/06/2019 à 13:29 :
Vous ne voulez pas assumer mon commentaire vous le supprimez vous ne le laissez pas collé par le peine à penser de service.

Je ne vous laisse aucun choix car le plus arrangeant et de loin. C'est fait exprès vous voyez ça évite que vous preniez des initiatives de ce genre, je vous fais gagner du temps, si si...
a écrit le 17/06/2019 à 13:27 :
Vous ne voulez pas assumer mon commentaire vous le supprimez vous ne le laissez pas collé par le peine à penser de service.

Je ne vous laisse aucun choix car le plus arrangeant et de loin. C'est fait exprès vous voyez ça évite que vous preniez des initiatives de ce genre, je vous fais gagner du temps, si si...
a écrit le 17/06/2019 à 5:58 :
Oui, on veut de l'écologie...enfin pas trop qd même. Juste assez pour être élu...
Eh oui, une preuve parmi tant d'autres qu'il n'y a toujours pas de volonté d'écologie. Et qu'il n'y en aura pas tant qu'on sera pas dans le mur. Pauvre future humanité.
La stratégie est pourtant simple (et douloureuse...)
1- contrôle des naissance pour faire baisser la population
2-utilisation de tout le potentiel humain pour rechercher et produire toujours plus "vert" (économe, recyclable...) et stopper le reste (nucléaire, roundup....)
Mais personne n'en veut. Tout le monde dans le mur
a écrit le 15/06/2019 à 23:47 :
D'après l'article, cette brave dame nous a expliqué en quoi l'économie a besoin du transport aérien, pas en quoi NOUS en avons besoin. Sachant que l'économie est le moteur principal de la destruction de notre environnement vital à long terme, la conclusion de tout être intelligent s'impose d'elle même : nous devons mettre fin au transport aérien. Et ce n'est pas juste une question d'émission de CO² contrairement à ce que les lobbys économistes voudraient nous faire croire.
Réponse de le 16/06/2019 à 16:49 :
Merci de me confirmer que vous avez un contrat électrique 100% renouvelable, des panneaux solaires sur votre toit, pas de voiture (ni à base d'énergie pétrolière, ni nucléaire), et bien sur, rien de made in China, source de méga pollution maritime !!!
Parce que sinon, bravo le donneur de leçons !
a écrit le 15/06/2019 à 22:53 :
Deux remarques d‘un Professionnel du secteur aérien avec une ambition écologique:
- quel autre secteur renouvelle son infrastructure pour une nouvelle donne avec une empreinte écologique réduite car c‘est économiquement nécessaire (introduction des nouveaux avions avec -15 à -20% de consommation)?
- les états ont un rôle primaire dans le contrôle aérien, peu performant et vétuste maintenant dans les airs des avions trop longtemps car ne pouvant pas gérer le Traffic! C‘exz comme organiser un embouteillage dans le ciel car on ne veut pas rénover les routes! Ridicule, le nombre de tonnes de CO2 économisées en Europe est supérieur à la réduction de consommation des avions ne nouvelle génération

Et je prends plus volontiers le train à grande vitesse que l‘avion en Europe
a écrit le 15/06/2019 à 19:21 :
35% des français n'ont jamais pris l'avion de leur vie et 70% ne le prennent même pas une fois par an.
Avec internet et avec les infrastructures ferroviaires existantes on peut aller partout en Europe dans un délai raisonnable.

Ça prend du temps et ça coute? Tant mieux, ça oblige à être intelligent et à ne pas dilapider les ressources de la planète pour des frivolités.
a écrit le 15/06/2019 à 12:22 :
en quelques mots, Madame Borne vient de nous expliquer que nos états font le grand écart entre les mots concernant le développement durable et la réalité du modèle de développement économique dominant.....
taxer le Kérozène ne supprimera pas la pollution aérienne.....et n empêchera pas les gens de prendre l avion... sauf à tripler les prix des billets.....
bordeaux /lyon, entre 40 et 6+0 euros en avion, 150 a 200 par le train.... je ne parle pas de la voiture avec les coût de péages....
on peut faire tout ce que l on veut..... mais tant que l on n a pas trouver des solutions économiques pour rééquilibrer les choses et donc inciter nos concitoyens à utiliser des transports plus vertueux....l avion sera privilégié dans nombre de cas, par économie et facilité
a écrit le 15/06/2019 à 10:15 :
Mme borne à trouvé le moyen de déclarer qu’elle envisageait un transport aérien zéro émission. Mais à t elle un minimum de culture scientifique pour oser une telle contre vérité?
Réponse de le 17/06/2019 à 14:06 :
Ras la casquette de gâcher du temps sur un sujet archi-marginal.
Oui, l'écologie est quelque chose d'important mais la France n'émet que 0,9% de la pollution mondiale. Que font les autres pays qui émettent 99,1%? En ce qui concerne la France il n'y a donc pas urgence.
Concentrons-nous sur des sujets plus immédiats; par exemple, la dette publique de 2.200 milliards d'euros, le taux record des prélèvements fiscaux, le déficit budgetaire permanent depuis plus de 40 ans, etc..
Lorsque nous aurons maîtrisé ces problèmes nous aurons le droit (??) de"donner des leçons" et le temps de nous occuper de nos 0,9%.
C'est un peu trop facile d'envoyer le ballon en touche. Plusieurs Etats ont su faire l'effort prioritaire nécessaire : mettre de l'ordre en interne puis s'occuper du reste (Canada, Suède, Nouvelle Zélande, Allemagne, etc..).
A chacun son métier et les vaches seront bien gardées.
a écrit le 15/06/2019 à 10:08 :
J'en reviens a mon paris guadeloupe a 337.5 litres/siège aller retour. Pour un couple qui part en vacances c'est la conso d'une voiture moyenne sur un an (56 litres par mois). S'il y a réellement urgence climatique, est ce vraiment sur l'automobiliste qu'il faut taper?
Réponse de le 15/06/2019 à 14:08 :
En même temps, la distance parcourue par cet A/R Paris Guadeloupe est comparable au kilométrage d'une voiture moyenne sur un an. Donc je ne vois pas totalement où vous voulez en venir.
Réponse de le 15/06/2019 à 15:27 :
@Mobius

Un paris/les îles par an on peut vivre sans, les trajets de tous les jours c'est plus difficile de s'en passer, on a pas trop le choix.

Le kerosene n'as pas de ticpe et en plus la tva sur les billets d'avion est de 10% (tous les transports). Un paris les îles ou ailleurs est rarement un produit de première nécessité.
Réponse de le 15/06/2019 à 17:58 :
Oui, je vous l'accorde bien volontiers.
Mais n'est-ce pas un peu radical pour l'effet produit?
Il faudrait renoncer au transport aérien? A une époque où beaucoup de monde joue la partition du repli, on encouragerait encore plus l'entre soi?

OK, le tourisme de masse favorisé par la démocratisation du transport aérien est tout sauf heureux. Mais est-ce qu'au long terme c'est vraiment un pari gagnant d'empêcher les gens d'aller voir comment ça se passe ailleurs?
Concrètement, votre idée ça serait de faire quoi?

OK, il semblerait qu'il y ait un problème fiscal sur le transport aérien, qui ne jouerait pas à égalité avec les autres modes de transport. Néanmoins il y a d'autres mécanismes, comme la taxe Chirac, qui s'adressent uniquement aux transports aériens. D'où une taxation en France déjà plus importante qu'ailleurs sur le transport aérien.
C'est sûr que la TVA à 10% ça fait tiquer, mais il y a probablement d'autres aberrations sur les taux de TVA par rapport au degré de nécessité des biens...

Bref, l'aérien ne peut pas passer à côté de la nécessité écologique, mais on ne peut pas être dans une logique de diversion : l'automobiliste aussi devra changer. Même si demain plus aucun avion ne volait, ça ne suffirait pas à nous sortir du pétrin.
Réponse de le 16/06/2019 à 16:52 :
combien de voitures et quelle emprise foncière pour celle-ci, comparés à l'emprise foncière des aéroports et la pollution du secteur aérien , comparée au coût environnemental de vos livraisons made in china ???
Réponse de le 16/06/2019 à 16:58 :
Vous laissez entendre que l'automobile est surtaxé tandis que le transport aérien ne le serait pas : voici le détail de mon prochain vol .... Montant HT : 388.00 EUR Montant taxes : 569.58 EUR Frais d'émission : 2.00 EUR ça fait 147% de taxes !!!
Quand à mon choix de me rendre à pied au travail au quotidien (2.5km) plutôt que de me priver d'un vol long courrier annuel, ça me regarde... d'autant que j'ai fais le choix de panneaux solaires, de manger local, et de ne pas renouveler de vêtements démodés ni de téléphones ou matériels informatiques, dès lors qu'ils ne sont pas hors d'usage !!!! et vous ?
J'oubliais : j'ai aussi fait le choix de déménager pour ne plus habiter à 30 km de mon lieu de travail, même si le coût du logement a ainsi monté ... et vous ?
Réponse de le 16/06/2019 à 17:02 :
il y a d'autres taxes sur l'aérien, la sécurité pour ne prendre qu'un exemple parmi tant d'autres !!! preuve à l'appui, voici le détail de ma facture pour mon prochain vol : Montant HT : 388.00 EUR Montant taxes : 569.58 EUR Frais d'émission : 2.00 EUR ça fait 147% de taxes !!!
a écrit le 15/06/2019 à 9:29 :
Il y a du boulot - La CRC soulignait en 2019 :  ..." l'importante participation des collectivités territoriales au financement des 9 aéroports bretons, avec un coût de 32 millions pour les finances publiques locales entre 2012 et 2016, pour des aéroports parfois distants de 70 km, comme Dinard et Rennes. Il faudrait que les collectivités locales arrêtent de mettre la main au portefeuille. Le développement de l'avion, avec l’absence de taxe sur le kérosène, ne se justifie pas alors qu'on a un réseau rail extrêmement performant, en l'espèce la LGV rebat les cartes.  la pérennité des aéroports au trafic très limité n'est possible que par la persistance du soutien public local, représentant un coût notable pour le contribuable "...
a écrit le 14/06/2019 à 20:32 :
Elle n’a toujours rien compris. Les gens responsables ne prendront plus l’avion rendant ce mode de transport obsolète. Elle peut déclarer ce qu’elle veut, c’est en cours. Elle peut rassurer les compagnies aériennes, elle ne les sauvera pas.
a écrit le 14/06/2019 à 20:01 :
Que Mme Borne veuille taxer le kérosène, pourquoi pas, ça se discute si ce n'est pas une décision franco-française qui ferait encore plus perdre toute compétitivité aux compagnies françaises !!
Par contre, comment Mme BORNE explique-t-elle que, en tant que passager, je soit obligé de payer pour ma sécurité ? Pourquoi l'état n'assume-t-il pas son rôle régalien dans les aéroports ??
D'ailleurs, la sécurité dans la quasi totalité des pays est assurée par l'Etat, et en France, ce sont les passagers, à travers les compagnies aériennes, qui paient ???
Si quelqu'un pouvait transmettre ma question à Mme BORNE, je suis impatient de connaître sa réponse ...
Concernant la réduction de la pollution, il y aurait des pistes efficaces, ce qui démontre que l'écologie n'est qu'un prétexte pour taxer l'aérien en faisant croire qu'on s'attaque aux riches !!! Mais qu'attend-on pour mettre les camions sur des trains ?????????????????????????? Là, il y a de la pollution à supprimer ! Les suisses l'ont fait !!! ... mais eux ne sont pas suicidaire: Swiss ne paie pas de taxe sur son kérosène !!! à méditer.
a écrit le 14/06/2019 à 19:57 :
Que Mme Borne veuille taxer le kérosène, pourquoi pas, ça se discute si ce n'est pas une décision franco-française qui ferait encore plus perdre toute compétitivité aux compagnies françaises !!
Par contre, comment Mme BORNE explique-t-elle que, en tant que passager, je soit obligé de payer pour ma sécurité ? Pourquoi l'état n'assume-t-il pas son rôle régalien dans les aéroports ??
D'ailleurs, la sécurité dans la quasi totalité des pays est assurée par l'Etat, et en France, ce sont les passagers, à travers les compagnies aériennes, qui paient ???
Si quelqu'un pouvait transmettre ma question à Mme BORNE, je suis impatient de connaître sa réponse ...
a écrit le 14/06/2019 à 19:42 :
A longueur de commentaires, j'explique que pour le climat c'est "cuit". A la lecture de ce que Maamme Borne déclare, je confirme. Préparons nous donc à "cuire".
a écrit le 14/06/2019 à 18:05 :
Tiens elle n'a pas compris que son gouvernement avait viré au vert ?! Trêve de plaisanterie... ces gens sont incapables d'imaginer autre chose que consommation et croissance. Ou bien comme ils profitent tellement de leur situation ou bien touchent tellement de dessous de table, qu'ils n'ont pas envie que cela change. En attendant ils nous conduisent vers le pire...
a écrit le 14/06/2019 à 17:01 :
"Travaillons pour que nos efforts soient plus reconnus et pour diminuer notre empreinte écologique"

En parlant d'empreinte écologique :

Le 31 mai dernier, Lexie Alford est devenue la plus jeune personne a avoir visité les 196 pays du monde. Elle bat ainsi le précédent record détenu par James Asquith, un Britannique, qui avait réalisé le même exploit à 24 ans.La jeune femme a entamé son tour du monde sans le savoir quand elle était encore enfant. Ses parents dirigeaient une agence de voyage en Californie. Ainsi, grâce à eux, elle a visité ses 72 premiers pays.
a écrit le 14/06/2019 à 13:58 :
toujours et toujours le même langage chômage ou pollution, pollution ou croissance, et en final, par la technique nous allons combattre le changement climatique, les propos de Bush sont à la mode de la part des nouveaux monde ! Désolé madame, seul un changement de comportement et individuel et collectif peut modifier les choses aussi, FLYGSCAM, pas d'autres solutions pour l'instant au su que les gouvernements ne font rien ou si peu.
Réponse de le 16/06/2019 à 0:18 :
Je refuse de polluer en utilisant des vols interieurs : mon vol Lyon-Johannesburg, je l'ai réservé via Amsterdam, à l'aller comme au retour ... alors ... heureux ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :