Guillaume Faury confirmé à la tête d'Airbus

Président exécutif d'Airbus depuis 2019, Guillaume Faury a vu son début de règne marqué par la pire crise de l'histoire de l'aviation. Et il a visiblement convaincu dans la tempête. Alors que son premier mandat s'achevait, il a été prorogé à l'unanimité pour trois ans à la tête du groupe européen par les actionnaires. Il doit désormais confirmer maintenant que la reprise est là.
Guillaume Faury poursuit son aventure à la tête d'Airbus.
Guillaume Faury poursuit son aventure à la tête d'Airbus. (Crédits : Regis Duvignau)

Guillaume Faury prolonge son aventure à la tête d'Airbus. Sans grande surprise, le patron du groupe d'aéronautique et défense européen a vu son mandat d'administrateur exécutif renouvelé pour trois ans lors de l'assemblée générale annuelle du 12 avril, avant d'être prorogé dans ses fonctions de président exécutif lors du conseil d'administration qui a suivi.

Le président du conseil d'administration René Obermann a salué les grandes compétences en matière de gestion et les fortes valeurs personnelles de Guillaume Faury qui ont permis à Airbus de traverser avec succès la pire crise de l'histoire de l'aviation. Nommé en 2019 après avoir dirigé Airbus Helicopters, il arrivait à 53 ans à la fin de son premier mandat de trois ans.

Lire aussi 8 mnAéronautique civile : les cinq grands défis d'Airbus pour réussir 2022 et au-delà

Les défis de la reprise

Après le choc de 2020 provoqué par la crise sanitaire, Guillaume Faury a ramené Airbus dans le vert en 2021, et même au-delà avec un bénéfice net de 4,2 milliards d'euros, le plus important de son histoire. Ses principaux défis pour l'année à venir sont la poursuite de la hausse de cadence de production impulsée l'an dernier, après avoir coupé sa production d'un tiers en 2020 pour faire face à la crise. Il devra poursuivre la remise en tension de sa chaîne d'approvisionnement et désormais composer avec les risques sur la filière titane, causés par la guerre en Ukraine. Le dirigeant devra également sécuriser ses cadences post-2023 avec l'objectif d'arriver à 75 appareils à l'horizon 2025. Et enfin relancer l'activité long-courrier, en berne depuis la crise. Sur le plan de la défense, le groupe devra aussi poursuivre le développement des grands programmes européens SCAF et Eurodrone avec ses partenaires industriels.

Pour Airbus, 2022 signe aussi le retour des dividendes. L'assemblée générale a approuvé, au titre de l'année 2021, le versement de 1,5 euro par action après deux années de pause. Cela donne un ratio de 28% par rapport au bénéfice par action, là où la moyenne tournait autour de 40% avant crise.

Par ailleurs, l'assemblée générale a également approuvé la nomination comme administratrice d'Irene Rummelhoff, vice-présidente exécutive marketing, secteur intermédiaire et transformation de la société énergétique norvégienne Equinor ASA. Elle remplace Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, en fin de mandat. Catherine Guillouard, PDG de la RATP, et Claudia Nemat, responsable technologie et innovation de Deutsche Telekom, ont été prorogées pour trois ans.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 13/04/2022 à 7:30
Signaler
Il est vrai que M. René Obermann est une référence aéronautique, comme la plupart des membres du CA d'Airbus.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.