La France pourrait vendre des hélicoptères au gouvernement libyen de Sarraj

 |   |  253  mots
Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le GNA, qui siège à Tripoli et qui est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays.
Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le GNA, qui siège à Tripoli et qui est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays. (Crédits : Hani Amara)
Lors de sa visite à Paris, le ministre de l'Intérieur libyen Fathi Bachagha pourrait conclure la vente de quelques hélicoptères.

Après la visite lundi en France du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est de la Libye reçu par Emmanuel Macron, ce sera au tour du ministre de l'Intérieur libyen du gouvernement national d'union (GNA), dirigé par Fayez Sarraj et reconnu par l'ONU, de venir à Paris du 16 au 18 mars pour rencontrer son homologue, Christophe Castaner. A cette occasion, la France pourrait discrètement conclure la vente avec Fathi Bachagha quelques hélicoptères fabriqués par Airbus, selon des sources concordantes. Ce qui est surprenant car la France est soupçonnée de soutenir en coulisses le maréchal Haftar. Ce qu'elle dément, elle affirme qu'elle n'est "pas pro-Haftar ou pro-Sarraj".

Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le GNA, qui siège à Tripoli et qui est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays. Le GNA est soutenu par la Turquie et le Qatar tandis que le maréchal Haftar, reçu mardi par Angela Merkel, par les Emirats arabes unis, la Russie, l'Egypte et l'Arabie saoudite. Paris dénonce régulièrement l'envoi d'armes et de mercenaires syriens par la Turquie en Libye en violation de l'embargo. A l'Elysée, Khalifa Haftar, qui a lancé une offensive depuis avril 2019 sur Tripoli, s'est engagé à signer un cessez-le-feu tout en prévenant que cet engagement cesserait si les milices soutenant le GNA violaient la trêve.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2020 à 5:04 :
Pour info, le GNA "reconnu par l'ONU" n'est pas plus élu par le peuple lybien que celui du maréchal Haftar (un peu comme les Palestiniens, d'ailleurs)
Bon, on avait bien failli vendre des Rafales à la Lybie de Kadhafi à l'époque de Sarkozy (on avait envoyé les avions à Tripoli pour une expo et un défilé) et puis tout cela avait disparu, on se demande bien pourquoi.
a écrit le 12/03/2020 à 20:21 :
Bien , pourquoi pas... Mais dans vendre ils y a une idée d'échange ou de troque ...
Bon , la question est de savoir qui vas payer la petite note ...
Maintenant , ils faut bien comprendre que la nature á horreurs du vide .. Donc un gouvernement devra se mettre en place en Libye , souhaitons qu'ils sera plus intègre que les régimes précédent ...
a écrit le 11/03/2020 à 17:46 :
Heureusement, nous vendons des porcs à la Chine; le ministre de l'Agriculture sera-t-il sur place pour donner la solennité qui convient à cet acte. J'espère que ce n'est pas le résultat d'un échange avec le trop célèbre virus.
a écrit le 11/03/2020 à 12:59 :
Avec quoi vont ils les payer ? On en a pas marre de donner ?
a écrit le 11/03/2020 à 10:29 :
Tant qu'on ne leur vend pas des Tigre, l'impact politique est négligeable. Le seul regret c'est que le secret ne se soit pas garder pour cette transaction.
a écrit le 11/03/2020 à 8:58 :
Bangladesh, Libye ah on voit comme nos super vrp sont super efficaces hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :