OneWeb confie à Arianespace et Virgin Galactic le lancement de sa constellation

 |   |  523  mots
Chaque lanceur Soyuz emportera de Baïkonour une grappe de 32 satellites de moins de 150 kg
Chaque lanceur Soyuz emportera de Baïkonour une grappe de 32 satellites de moins de 150 kg (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La société de lancement européenne a été choisie pour déployer l'essentiel de la constellation de OneWeb. Arianespace signe le plus gros contrat de son histoire.

Jackpot pour Virgin Galactic, qui était jusqu'ici en très grande difficulté, et Arianespace. Les deux sociétés de services de lancement se partagent la mise en orbite de la constellation de micro-satellites de OneWeb destinée à fournir des liaisons internet à haut débit fiables à à la Terre entière à des prix abordables. Cette manne pouvait-elle échapper à Virgin Galactic, dont le fondateur sir Richard Branson n'est autre que le partenaire historique de Greg Wyler dans OneWeb, et à Arianespace, dont l'un de ses actionnaires majeurs, Airbus Group, vient de prendre un ticket dans le projet de cette constellation ? D'autant que SpaceX, le rival américain de la société de services de lancement européenne, travaille avec Google sur un projet de constellation de 4.000 satellites concurrent de celui de OneWeb.

Au total, Virgin Galactic a obtenu une commande pour 39 vols (plus une option pour 100) pour son lanceur aéroporté LauncherOne, aujourd'hui en phase d'essai et qui emportera de un à trois satellites. De son côté, Arianespace a signé un contrat pour 21 lancements pour Soyuz, assorti d'une option pour cinq Soyuz supplémentaires et trois Ariane 6, en vue de déployer l'essentiel de la constellation OneWeb (soit 672 des 900 satellites). Présidée par Stéphane Israël, la société européenne a signé le plus gros contrat de son histoire. Selon son PDG, l'ordre de grandeur du contrat est "supérieur à 1 milliard mais inférieur à 2 milliards" de dollars pour les 21 lancements fermes.

Arianespace de retour à Baïkonour

Le premier lancement d'Arianespace aura lieu fin 2017 du Centre spatial guyanais (CSG) sur un Soyouz STB/Fregat, qui emportera les dix premiers satellites de la constellation développés à Toulouse par Airbus Space Systems. Les vingt lancements suivants se succéderont jusqu'à la fin 2019, chaque lanceur emportant une grappe de 32 satellites de moins de 150 kg sur une orbite basse quasi-polaire à 500 km d'altitude. La constellation OneWeb devrait être déployée avant la fin de l'année 2019.

Pour mener à bien le déploiement dans les délais prévus, Arianespace utilisera les ensembles de lancement de Soyuz du Centre spatial guyanais (CSG), ceux de Baïkonour, ainsi que d'autres sites de lancement russes. Le lanceur russe peut aussi être tiré de Plesetsk, 800 km au nord de Moscou, qui a déjà accueilli dix lancements internationaux ces dernières années.

Pourquoi Soyuz?

Le choix de Soyouz pour déployer la constellation OneWeb selon le calendrier fixé s'est imposé pour "deux raisons essentielles, clefs pour le succès du projet", a expliqué Arianespace dans son communiqué publié jeudi : "la capacité unique de pouvoir atteindre une orbite quasi polaire depuis plusieurs sites de lancement différents en utilisant un lanceur identique" et "des chaînes de production industrielles éprouvées, compatibles avec des cadences élevées".

Enfin, les lancements Ariane 6 depuis le CSG prévus en option pourront débuter dès 2021. Ils permettront de maintenir la constellation OneWeb en condition opérationnelle et d'assurer la transition vers une nouvelle génération de satellites. OneWeb pourrait être un des "clients pilier d'Ariane 6", le futur lanceur européen qui doit remplacer l'actuelle Ariane 5 à l'horizon 2020, a estimé Stéphane Israël.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2015 à 17:35 :
D'un côté, je suis super content pour Arianespace. Mais combien d'emplois direct ceci crée en France et en Europe? L'Usine de Samara est en Russie, peut être des qualiticiens pour surveiller l'assemblage les Soyouz. Baïkonour est au Kazakhstan, cent personnes? deux cents?
Au plaisir de lire vos avis.
a écrit le 26/06/2015 à 11:43 :
Dans ma stupidité crasse je pensais qu'un embargo occidental contre la Russie avait été prolongé...
a écrit le 26/06/2015 à 9:31 :
Bonjour ! par méprise j'avais posté ce commentaire hier sous une autre rubrique. Désolé, je me permets de le re-publier ici, cette fois sous la bonne rubrique.

Nos amis de LT aiment des titres du genre "Airbus signe le contrat du siècle", etc parfois plus dans la forme que dans le fond. Eh bien qui vient de signer "un contrat du siècle" c'est l’Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) avec Arianespace et le britannique OneWeb portant sur 21 mises en orbite de 672 satellites envoyés par des lanceurs Soyouz depuis le centre spatial de Kourou (Guyane française) et le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan). Voilà pour l'info.

N'en déplaise les détracteurs de la France et de ses sociétés de ce forum, Arianespace vient de faire un sacré coup. Des appareils pour un lancement de test, programmé pour 2017, seront fabriqués par l'entreprise mère Airbus à Toulouse, le reste sera fabriqué en Floride, aux USA. Voilà la France qui gagne, pas celle des Mistral. N'en déplaise les trolls professionnels de Mme Nuland…. :)
a écrit le 26/06/2015 à 9:08 :
"Le contrat du siècle" pour les Russes ? ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :