Pourquoi les Tigre, Rafale, Caracal, A400M volent enfin beaucoup plus

 |  | 1177 mots
Lecture 6 min.
Le ministère a mis à partir de 2017 des moyens financiers spectaculaires pour améliorer la disponibilité de ses aéronefs : 2,3 milliards d'euros en 2017, 2,7 milliards en 2020, 3 milliards en 2022 et 4,1 milliards en 2025.
Le ministère a mis à partir de 2017 des moyens financiers spectaculaires pour améliorer la disponibilité de ses aéronefs : 2,3 milliards d'euros en 2017, 2,7 milliards en 2020, 3 milliards en 2022 et 4,1 milliards en 2025. (Crédits : Reuters)
La bataille de la transformation en profondeur du maintien en condition opérationnelle (MCO) demande du temps, beaucoup de temps. Mais sans être spectaculaires, le premiers résultats donnent une nouvelle tendance positive.

Le ministère des Armées est en train de livrer une bataille longue et dure pour redresser la disponibilité des aéronefs français (Rafale, A400M, Tigre, drones...). Lancée en 2018 par la ministre des Armées Florence Parly, la transformation du maintien en condition opérationnelle (MCO) est une opération en profondeur, dont les résultats demandent du temps. Les premiers contrats de MCO passés avec les industriels sont trop récents pour qu'ils donnent des résultats spectaculaires. Or, le politique n'a pas le temps ou rarement. "Maintenant que la nouvelle direction de la maintenance aéronautique est mise en place, j'en attends des résultats rapides", avait claironné en juillet 2018 le président de la République. Une pression qui pourrait être contre-productive et dangereuse si les résultats primaient sur la sécurité.

"Un MCO aéronautique performant est indissociable de l'efficacité opérationnelle des aéronefs français. Rafale, A400M, Tigre, drones...tous ces équipement d'excellence - nécessaires à l'action stratégique de la France - sont en effet tributaires du MCO pour être déployés", a rappelé le ministère des Armées.

Ce jeudi à Clermont-Ferrand dans les Ateliers industriels de l'aéronautique (AIA), Florence Parly fait un point d'étape sur la modernisation du MCO en matière d'aéronautique, près de trois ans après son discours à Évreux en 2017 où elle a pris le dossier en main. Le ministère y met des moyens spectaculaires...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2020 à 11:21 :
le MCO c'est 100% d 'organisation :, planification, gestion des appros, maintenance avec des supports performants, (tablette, plan en ligne, gestion de configuration pointue...)
Le problème, vrai dans tous les domaines techniques, c' est que les ingénieurs en France, s' intéresse essentiellement à la conception du produit et très peu à sa maintenabilité et son l'entretien, qui n' est pas noble. Tout le monde a horreur de réparer , il vaut mieux repartir à de zéro, c'est le discours
Pourtant pour avoir pratiqué, un bon entretien avec un maintenance efficace, double la durée de vie d' un produit et diminue considérablement son amortissement.
Réponse de le 15/10/2020 à 13:51 :
Sauf que le MCO en matière militaire, ce n'est pas la maintenance de la voiture de madame Michu. Exit vos plans en ligne accessibles sur tablette. D'autre part savez vous par exemple que lorsque vous faites la maintenance du système de tir d'un tigre, il faut aussi faire la maintenance du casque pour vérifier l'asservissement visuel... et le casque coute 100K euros (oui oui pas loin de cent mille euros). D'autre part, faire la maintenance dans un bel hangar aseptisé avec tout sous la main comme dans la pub à la TV, et la faire sur une base pas loin du théâtre des opérations dans des conditions environnementales loin de l'idéal, ce n'est pas du tout la même chose, sans parler de déployer les techniciens et ingénieurs militaires et civils compétents partout n'est pas forcément une question d'organisation mais de disponibilité des compétences (nombre insuffisant). Et ce n'est pas avec vos pinces et cliquets que tout va se faire... les yaka fokon, il y en a plein, rare sont ceux qui savent de quoi ils parlent car dans ce cas, très souvent ils se taisent car ils savent que la tache est très difficile. Sans parler d'un historique calamiteux (qui n'est pas lié qu'au budget des armées) : oh ben oui, on vit dans le monde de oui oui, les virus (de tout type) ça n'existe pas, la guerre, c'est fini, les terroristes, c'est que dans les jeux video, donc réduction drastique des tous les budgets, la par contre YAKA EMPRUNTER, chuis un irresponsable pendant l'exercice de mes fonctions. tant pis pour les citoyens, je ne savais pas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :