Safran et Sodern : le "génie français" au service de la souveraineté des armées

 |  | 686 mots
Lecture 4 min.
A l'issue d'une série de plusieurs essais, dont des essais en vol sur un avion ATR42 (trois vols d'essais de jour et un vol d'essais de nuit à différentes altitudes réalisés pour un total cumulé de plus de 10 heures d'essais), la DGA a conclu à des résultats très satisfaisants, qui montrent la viabilité du système sur porteur aéronautique.
A l'issue d'une série de plusieurs essais, dont des essais en vol sur un avion ATR42 (trois vols d'essais de jour et un vol d'essais de nuit à différentes altitudes réalisés pour un total cumulé de plus de 10 heures d'essais), la DGA a conclu à des "résultats très satisfaisants", qui "montrent la viabilité du système sur porteur aéronautique". (Crédits : DGA)
Safran Electronics & Defense et Sodern, développent un système de visée stellaire diurne et nocturne pour avions militaires, baptisé Vision. Ce système devra être "permanent et totalement discret, sans émission de signaux radio électriques et permettra une navigation précise et sûre, non tributaire de signaux de radionavigation (donc ni brouillable ni leurrable) et totalement souveraine", selon l'Agence de l'innovation de défense.

Un pas de plus vers l'autonomie stratégique des aéronefs militaires français, y compris des missiles... Ce véritable tour de force est en train d'être réussi par Safran Electronics & Defense et Sodern (groupe ArianeGroup), qui développent un système de visée stellaire diurne et nocturne pour avions militaires, baptisé Vision. Lancé en 2016 par la DGA (Direction générale de l'armement), ce projet vient de passer un jalon important. "La première phase du projet vient de s'achever avec la réalisation d'essais au sol et en vol couronnés de succès", explique l'Agence de l'Innovation de défense (AID) dans un communiqué. Au terme de son développement, cet équipement permettra aux forces armées françaises de s'affranchir de toute dépendance aux systèmes de positionnement par satellites GNSS, notamment au GPS et à Galileo.

"Ces viseurs d'étoiles diurnes permettront à nos aéronefs d'effectuer leur mission même lorsque les solutions de positionnement par satellites ne sont plus disponibles, comme cela peut malheureusement arriver sur nos théâtres d'opérations", avait expliqué en juillet dernier la ministre des Armées, Florence Parly, dans un discours prononcé à Limeil-Brévannes au sein de l'entreprise Sodern, leader mondial des viseurs d'étoiles.

Des premiers tests concluants

A l'issue d'une série de plusieurs essais, dont des essais en vol sur un avion ATR42 (trois vols d'essais de jour et un vol d'essais de nuit à différentes altitudes réalisés pour un total cumulé de plus de 10 heures d'essais), la DGA a conclu à des "résultats très satisfaisants", qui "montrent la viabilité du système sur porteur aéronautique". Ainsi, précise l'AID, "de nombreuses étoiles ont été accrochées et poursuivies de manière fine par le démonstrateur, tout au long des trajectoires de vol et une estimation précise de la position de l'avion a pu être obtenue".

Un succès qui donne le droit aux deux entreprises de poursuivre ce projet en 2021 afin d'améliorer les performances du démonstrateur. L'objectif du projet est de confirmer la faisabilité d'un système de navigation à visée stellaire. "La France sera pionnière sur cette technologie d'avenir. Le ministère des Armées, et en particulier la DGA, continuera à vous soutenir dans le développement de cette technologie", avait averti la ministre. Et de poursuivre : "C'est un peu ça, le génie français. Avec une volonté d'autonomie stratégique, l'industrie de défense française, soutenue par le ministère des Armées, parvient à développer des systèmes uniques au monde".

Un avantage opérationnel fantastique

Depuis l'Antiquité, l'homme se repère et trouve son chemin grâce aux étoiles. Pour la première fois dans l'histoire, Sodern développe un produit, qui rendra ce principe applicable en plein jour, en dépit de la clarté élevée du ciel. Ce projet a été confié à Safran Electronics & Defense, qui est responsable du projet et de la fonction navigation (centrale inertielle à Gyroscope Résonnant Hémisphérique), ainsi qu'à Sodern, qui est de son côté responsable de la fonction de visée stellaire. Ce projet est constitué d'une centrale inertielle de nouvelle génération hybridée avec un ou plusieurs viseurs d'étoiles. Ces viseurs d'étoiles permettront de fournir une mesure corrigeant la position de la centrale inertielle, et cela même en pleine journée.

A l'heure où la furtivité des aéronefs militaires est souvent cruciales, ce système vise à être "permanent et totalement discret, sans émission de signaux radio électriques et permettra une navigation précise et sûre, non tributaire de signaux de radionavigation (donc ni brouillable ni leurrable) et totalement souveraine", explique l'AID. Ce qui est un vrai saut opérationnel pour l'armée de l'air française puisqu'elle pourra équiper ses avions de transport et de ravitaillement, ses drones de longue endurance, ses avions d'armes, ses navires et même, à plus long terme, ses missiles. Ce qui conférera à ces derniers un avantage opérationnel incroyable, notamment pour des frappes dans la profondeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2021 à 14:06 :
Si la souveraineté des armées est au même niveau que notre souveraineté sanitaire, ça fait peur.
a écrit le 28/01/2021 à 13:59 :
Cela fait bien longtemps que les missiles nucléaires stratégiques français (M4, M45, M5, M51...) sont guidés par une plateforme inertielle recalée par un système de visée stellaire... la seule 'nouveauté' serait l'adaptation de ce système à un avion d'arme, ce que d'autres pays font déjà pour ne pas dépendre des constellations GPS/ GLONASS.
Réponse de le 28/01/2021 à 14:38 :
Les missiles balistiques ont une phase de vol exo-atmosphériques, donc ils font de la visée stellaire... de nuit (les cameras sont faites aussi par Sodern d’ailleurs).

Ici si je ne m’abuse il est question de le faire de jour...
a écrit le 28/01/2021 à 10:34 :
La souveraineté d'une entreprise privée est peu crédible quand l’État n'est qu'un petit client!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :