Safran Identity et Security : la CFDT roule pour une vente à Oberthur, la CGC et FO s'y opposent fermement

 |   |  744  mots
Sur les cinq offres engageantes remises le 16 septembre, trois d'entre elles seraient dans un mouchoir de poche au niveau des propositions financières qui seraient comprises entre 2,3 et 2,4 milliards d'euros
Sur les cinq offres engageantes remises le 16 septembre, trois d'entre elles seraient dans un mouchoir de poche au niveau des propositions financières qui seraient comprises entre 2,3 et 2,4 milliards d'euros (Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
La CFDT s'est déclarée en faveur de l'offre d'Advent, qui soutient Oberthur Technologies. La CGC et FO sont en revanche très opposés à une cession au fonds américain.

Article réactualisé à 18h30

À quelques jours, voire quelques heures du choix final du repreneur des activités de sécurité et de biométrie de Safran, les syndicats se déchirent. Ainsi la CFDT a pris position en se déclarant "favorable à une reprise par Oberthur pour des raisons de maintien des emplois et de potentiel de développement économique".  Selon la CFDT, "les activités de Morpho (Safran Indentity & Security, ndlr) et d'Oberthur sont tout à fait complémentaires tant d'un point de vue commercial que d'un point de vue des compétences".

"Le nouvel ensemble ainsi formé devrait être à même de répondre aux défis de demain par des innovations de haut niveau rendues possibles par ce « mariage ». Le choix portant sur Oberthur est également éclairé par le fait que ce potentiel repreneur a son siège social en France ce qui offre de bonnes garanties de préservation d'une technologie très sensible et très stratégique sur le territoire".

la CGC et FO très hostiles à une cession à Oberthur

Pour FO Safran, en revanche, Oberthur, c'est non. "Nous avons fait part à la direction générale que céder à Oberthur Technologies Morpho serait source de problèmes et de publicité désastreuse pour Safran", a expliqué FO. Le syndicat rappelle qu'un "plan de sauvegarde de l'emploi a été mis en place avec la fermeture de quatre établissements, dont deux en France". Et de conclure qu'Oberthur Technologies "semble être dans une situation délicate".

FO exprime une légère préférence pour l'offre de Gemalto, qui suscite toutefois des inquiétudes. Sur l'emploi, il s'interroge comment le leader de la carte à puces, un marché en déclin, va-t-il procéder pour régler les postes en doublons entre les deux groupes. Sur le plan industriel, FO note que les produits de Gemalto et de Morpho sont "très proches". Et de poser la question : "ensemble nous pourrions être en position dominante ce qui pourrait déplaire aux autorités anti-trust".

Pour sa part, la CGC recommande "d'écarter Advent/Oberthur car leurs dirigeants poursuivent un objectif financier de court terme incompatible avec le développement d'un projet industriel et social, et porteur de nombreux risques pour le développement de notre société", a estimé la CGC dans un courrier envoyé la semaine dernière au président du conseil d'administration de Safran, Ross McInnes. Tout comme FO, la CGC privilégie Gemalto, qui présente toutefois certains "points d'attention".

"De notre point de vue, même si la procédure antitrust devait être plus longue que pour les fonds, l'approche industrielle de long terme est un atout fort pour ce schéma", a estimé la CGC.

Oberthur répond à FO et à la CGC

Oberthur a tenté de rassurer les deux syndicats hostiles à leur offre. "La réorganisation de l'outil industriel d'Oberthur Technologies en Europe en 2014  s'est traduit en France  par l'augmentation de 150% de la production du site de Vitré, soutenu par des investissements de plus de 8 millions d'euros et une augmentation nette de plus de cent emplois industriels en France", a expliqué dans un message adressé à La Tribune. Oberthur rappelle qu'il est "le seul acteur de l'industrie ayant choisi de conserver  un site de production majeur en France, les autres acteurs européens ayant choisi la délocalisation soit en Asie soit en Europe de l'Est".

"Une activité de développement logiciel historiquement sous-traitée en Ukraine a été rapatriée en 2014 en France et dans d'autres pays d'Europe.

Selon Oberthur, depuis 2011, les effectifs de R&D en France ont augmenté de 23%. "La France représente aujourd'hui 40% des effectifs de R&D dans le monde"., souligne le groupe. Il rappelle que dans le cadre du projet de rapprochement avec Morpho, "il est prévu un engagement d accroissement des ressources de R&D en France de plus de 10% sur trois ans".

Cinq offres, deux favoris

Sur les cinq offres engageantes remises le 16 septembre, trois d'entre elles seraient dans un mouchoir de poche au niveau des propositions financières qui seraient comprises entre 2,3 et 2,4 milliards d'euros. C'est le cas des offres de Gemalto (près de 2,4 milliards), du fonds américain Advent International associé à Oberthur Technologies, et, enfin, de l'outsider que personne n'attend, le fonds Impala de Jacques Veyrat allié à l'américain KKR. En revanche, cela semble bel et bien terminé pour Ardian et Bain Capital ainsi que CVC Capital Partners et Astorg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2016 à 10:42 :
Bravo La Tribune, qui publie un article 24 heures avant le premier et unique tract de la CFDT de l'entreprise concernée (Morpho), en citant des phrases qui ne sont pas dans ce tract. Est-ce que La Tribune roule pour Oberthur?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :