Solar Impulse achève son tour du monde sans une goutte de carburant

 |   |  812  mots
André Borschberg et Bertrand Piccard, les deux pilotes de SI2
André Borschberg et Bertrand Piccard, les deux pilotes de SI2 (Crédits : JACK JABBOUR)
L'avion solaire Solar Impulse 2 s'est posé ce mardi à Abou Dhabi d'où il était parti le 9 mars 2015 pour ce périple de 43.000 kilomètres, à travers quatre continents, et de près de 500 heures de vol pour ses pilotes, les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg qui se sont relayés aux commandes du monoplace.

L'avion solaire solaire Solar Impulse 2 (SI2) a bouclé ce mardi son incroyable tour du monde sans carburant en se posant à Abou Dhabi, son point de départ, après 16 mois de voyage. L'avion s'est posé sans encombre à 04H05 (00H05 GMT) à l'aéroport Al-Batten, près de la capitale des Emirats arabes unis, d'où il était parti le 9 mars 2015 pour un périple de plus de 43.000 kilomètres, à travers quatre continents, et de près de 500 heures de vol pour ses pilotes, les Suisses Bertrand Piccard and André Borschberg qui se sont relayés aux commandes du monoplace tout au long de ce tour du monde.

Plus de 48 heures pour la dernière étape

Pour cette dix-septième et dernière étape, l'appareil piloté par Bertrand Piccard est parti dimanche du Caire. Il a parcouru les 2.763 km qui sépare la capitale égyptienne d'Abou Dhabi en un peu plus de 48 heures.

"L'avenir est propre", a lancé Bertrand Piccard, applaudi et accueilli sur le tarmac aux cris de "Bravo, bravo".

Il a été aussitôt rejoint par son compatriote André Borschberg.

"C'est tellement passionnant" de voler à bord d'un avion qui ne fait "pas de bruit, pas de pollution", a déclaré Bertrand Piccard aux journalistes. "On croit que c'est de la science-fiction mais en fait c'est la réalité aujourd'hui", a ajouté le pilote, qui ne montrait pas de signes de fatigue.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exprimé sa "profonde admiration" pour cette expérience.

"C'est un jour historique, non seulement pour vous mais l'humanité", a-t-il ajouté à l'adresse de Bertrand Piccard alors qu'il survolait les eaux du Golfe.

17.000 cellules photovoltaïques sur ses ailes

Pesant une tonne et demi mais d'une envergure aussi grande qu'un Boeing 747, le SI2 a volé à une vitesse moyenne d'environ 80 km/h grâce à des batteries qui emmagasinent l'énergie solaire captée par quelque 17.000 cellules photovoltaïques sur ses ailes.

"J'ai lancé le projet @solarimpulse en 2003 pour transmettre le message que les technologies propres peuvent réaliser l'impossible", a rappelé Bertrand Piccard dans un tweet.

Il a réalisé son rêve. Mais il a mis du temps: la circonvolution, à plus de 8.500 mètres d'altitude au maximum, aura duré plus d'un an et quatre mois. Elle était prévue au départ pour durer cinq mois, dont 25 jours de vol effectif.

16 escales autour du monde

Destiné à promouvoir les énergies renouvelables, Solar Impulse 2 a fait 16 escales autour du monde.

Parti d'Abou Dhabi, l'avion s'est posé successivement à Mascate (Oman), Ahmedabad et Varanasi (Inde), Mandalay (Birmanie), Chongqing et Nanjing (Chine), puis Nagoya (Japon) et Hawaï (Etats-Unis). Pour cette étape longue de 9.0000 km, André Borschberg a battu en juillet 2015 le record du monde du plus long vol en solitaire sans ravitaillement, avec 118 heures, un peu moins de 5 jours et 5 nuits (du 28 juin 2015 au 3 juillet 2015). Les dégâts causés aux batteries pendant la traversée ont obligé l'avion à rester au sol pendant neuf mois à Hawaï. Après cette escale technique imprévue, l'avion a repris son périple. Il s'est ensuite posé à San Francisco, puis a traversé les Etats-Unis en s'arrêtant à Phoenix, Tulsa, Dayton, Lehigh Valley et New York. Puis Bertrand Piccard a effectué la première traversée de l'Atlantique sans escale ((6.765 kilomètres).pour se poser le 23 juin à Séville, dans le sud de l'Espagne, d'où il a rallié le 13 juillet Le Caire.

 "C'est un exploit dans l'histoire de l'énergie", a souligné Bertrand Piccard à Abou Dhabi, estimant que le monde "doit aller de l'avant" dans l'exploitation des énergies propres.

Un exploit humain

En plus d'une performance technologique, le tour du monde de Solar Impulse 2 est un exploit humain. Les deux Suisses ont piloté à tour de rôle dans un cockpit de 3,8 m2 sans air conditionné ni chauffage, mais équipé de bouteilles d'oxygène pour permettre aux pilotes de respirer et d'un coin toilettes. La cabine est recouverte d'une mousse isolante pour atténuer les températures extrêmes en vol, entre +40 et -40 degrés Celsius.

Une situation qui a fait dire à André Borschberg que ce fut "un défi plus humain que technique".

"On fait des petites siestes de 20 minutes. Des exercices dans le cockpit, une demi-heure, le matin et l'après-midi, sinon au bout de plusieurs jours on ne peut plus bouger les bras et les jambes", a expliqué Bertrand Piccard.

"Très bientôt, il y aura des passagers sur des avions électriques qui seront rechargés sur le sol", a-t-il pronostiqué, estimant toutefois qu'il faudra attendre avant d'en voir sur des avions solaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2016 à 9:42 :
Même s'il s'agit d'abord d'un exploit humain avec un "zeste de technologie" , c'est surtout le symbole porté par cette expérience qui devrait nous interpeller et non les moqueries de certains.
Alors que les conséquences liées à notre soif de pétrole laissent un peu plus de stigmates dans nos sociétés modernes ( je parle de la recrudescence de conflits armés et de terrorisme, pollution,...) , j'ose imaginer une société plus sobre en énergie permise par une chasse aux gaspillages mais aussi par un véritable PLAN MARSHALL énergétique dans nos économies ô combien dépendantes de pays instables .( Moyen-Orient pour le pétrole, Sahel pour l'uranium)
Nul propos idéaliste mais juste un peu de bon sens et surtout d'optimisme en ces temps incertains teintés d'inquiétudes.
L'énergie solaire fait partie de cette panoplie nous permettant de préparer l'avenir avec sérénité .
Je viens de regarder la rediffusion du film reportage de Yann Arthus Bertrand intitulé "fin du pétrole" datant de 2009.( http://www.yannarthusbertrand.org/en/films-tv/vu-du-ciel/episode-10-la-fin-du-petrole) et je ne peux m'empêcher de penser aux propos de cette militante associative Américaine qui milite pour le développement des énergies renouvelables avec l'EMPLOI à la clef évoquant les sommes dépensées par les USA pour mener la guerre en Irak (http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130314trib000754033/6.000-milliards-de-dollars-le-cout-total-de-la-guerre-en-irak.html) pays qui constitue la deuxième réserve de pétrole PROUVÉE au monde.
L'économie de cette guerre aurait permis d'électrifier TOUTES LES TOITURES des USA avec des des centaines de milliers d'emplois créées mais surtout UNE RÉELLE INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE !!!
Dramatiquement , un certain "Bush Junior" ( le "Tony Blair Américain") aura préféré nourrir l'industrie de l'armement avec "juste quelques morts" plutôt que de préférer préparer PACIFIQUEMENT L'AVENIR.
Alors vive l'expérience SOLAR IMPULSE !
Faites nous croire en un monde meilleur !
Au fait , la température de notre ballon d'eau chaude solaire est de 60° ce matin sous le ciel gris du nord...
a écrit le 26/07/2016 à 17:21 :
"s'est posé ce mardi à Abou Dhabi" pour faire le plein de kérosène ? Maintenant que l'exploit électrique est terminé. :-)
Qui sait quelle taille de batteries actuelles il faudrait dans un avion de ligne de 2016 afin de ne pas emporter du tout de pétrole ? Resterait-il de la place pour les passagers ? Il faudrait comparer à une Zoé, et faire la règle de trois. Volume/poids des batteries qu'on sait fabriquer de nos jours (mais pas recycler).
a écrit le 26/07/2016 à 15:28 :
Et avec un dirigeable propulsé de la même manière combien auraient-ils mis de temps ?
a écrit le 26/07/2016 à 15:05 :
Le titre est un peu simpliste, voire mensonger. Est-il tenu compte de tout le kérosène brûlé par le JUMBO pour transporter ce joujou, gouffre" à millions (dont une bonne partie de deniers publics) ? Tout ce ramdam a plus servi à gonfler le monumental ego d'un psy en mal de popularité qu'à véritablement servir la science... Quand on relit l'histoire il est vrai qu'il est difficile, parfois, d'être à la hauteur de ses ancêtres... Pour être équitable il aurait été bon que l'on parle un peu plus des ingénieurs qui ont permis à ce "projet" de voir le jour !
a écrit le 26/07/2016 à 12:22 :
Nuclear Impulse est arrivé à destination depuis longtemps.
Réponse de le 26/07/2016 à 14:59 :
on a jamais fait voler un avion propulse par du nucleaire pour des raisons assez evidentes : poids eleve si vous voulez pas tuer le pilote avec les radiations et lourdeur des turbines pour transformer la chaleur en electricite et risque en cas de probleme (imaginez si vous contaminez une grande ville)
a écrit le 26/07/2016 à 10:26 :
Espérons maintenant qu'ils trouveront des investisseurs afin de développer et mettre en pratique le plus rapidement possible cette formidable révolution technologique, au lieu que ces derniers entassent leurs milliards bêtement dans des comptes offshore. Mais reste il des investisseurs capables de s'intéresser à ces challenges technologiques indispensables à l'évolution de l'humanité ?

J'en doute fortement, et vu que les états sont dépouillés de leurs capitaux par ces mêmes investisseurs on ne peut plus compter sur eux non plus.
Réponse de le 29/07/2016 à 14:51 :
Quel avenir pour ce projet? Techniquement, il ne sera jamais possible de faire voler un avion de ligne avec des passagers car l'énergie solaire captée ne sera jamais suffisante, même avec des cellules photovoltaïques d'un rendement double ou triple de celles actuellement utilisées ( si on y arrive un jour ) .Pourquoi tromper les gens avec cette fable pour grands enfants ? Personne pour réagir à cette mystification ?
a écrit le 26/07/2016 à 10:21 :
Espérant maintenant que les CHF 170M dépensés vont aider à développer et à faire progresser l'énergie solaire dans le monde.
Il faudra surtout les hommes et femmes politique le comprennent.
a écrit le 26/07/2016 à 10:09 :
Et pourquoi pas une MIA volante financee par la BPI???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :