Il pleut, les vaches restent à l'étable et... produisent moins de lait

La collecte de lait a reculé en mars et devrait continuer son repli en mars selon les données du ministère de l'Agriculture.

1 mn

Une vache laitière dans une étable. Copyright Reuters
Une vache laitière dans une étable. Copyright Reuters (Crédits : REUTERS/Marko Djurica)

La mauvaise météo pèse aussi sur... le lait. C?est en tout cas l?explication qu?a fournie le service statistique du ministère de l?Agriculture, Agreste, mercredi en déclarant que la France n?atteint pas son quota de production de lait sur 2012-2013. La collecte a en effet reculé de 4% en mars par rapport à mars 2012, notamment après un épisode neigeux exceptionnel dans le nord-ouest, et est attendue en repli de 6% en avril, selon une estimation d'Agreste. "A cette période de l'année où habituellement la collecte atteint son pic de production, elle est fortement perturbée par les conditions climatiques très défavorables", explique-t-il.

Les vaches ont rejoint les pâturages fin avril

Sur la dernière quinzaine d'avril, "un retournement de situation" s'est néanmoins amorcé dans certaines régions grâce à des conditions climatiques plus clémentes qui ont "stimulé la pousse de l'herbe et permis aux éleveurs de mettre leurs animaux en pâturage".

Au final, sur la campagne 2012-2013 achevée en mars, la collecte est en baisse de 2,3%, la France n'atteignant pas son quota de production avec un déficit de collecte de la matière grasse de 1,5 million de tonnes, soit une "sous-réalisation" estimée à 5,7% par rapport au quota fixé. En Europe, le Royaume-Uni aussi n'aurait pas atteint son quota au contraire de l'Allemagne tandis qu'au Danemark dépasserait le sien.

Dans l'Hexagone, par effet de ricochet, la production des principaux produits laitiers s'affiche aussi en repli sur le premier trimestre 2013 et les industriels puisent dans les stocks pour faire face à la demande. Sur les trois premiers mois de l'année, la fabrication de matières grasses (beurre) recule de 10,9%, la poudre de lait de 13,7% et les yaourts, desserts ou laits conditionnés d'environ 2%.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 01/06/2013 à 14:00
Signaler
Bonjour, si ont produit moins de lais, le prix devrait remonter, histoire de l'offre et la demande.... À moins que aussi dans se cas bien précis les règlees du marcher soit inersitante. En France se sont les intermédiaires qui gagne de l'argent, su...

à écrit le 30/05/2013 à 14:16
Signaler
Ne serait-ce pas plutot le prix de l'aliment qui pousserait les éleveurs à reduire les rations ?

à écrit le 30/05/2013 à 13:39
Signaler
Pas grave, on va se rattraper avec les escargots et les poissons de rivières...

à écrit le 30/05/2013 à 13:22
Signaler
jette pas l'éponge "al 14", les chinois s'approprient les complexes des grandes laiteries normandes les uns après les autres. si la Chine nous pique notre lait car elle n'en a pas, on va sevrer les bambins au beaujolais ou au CALVA et exporter ...

à écrit le 30/05/2013 à 13:00
Signaler
Certes le temps n'arrange rien, mais que ces messieurs ( et dames) du service statistiques du ministère ne se voilent pas la face: s'il y a moins de lait c'est qu'il y a de moins en moins de producteurs. A 28cts le litre payé au producteur au mois ...

le 30/05/2013 à 22:18
Signaler
@ AL14 ; Qu'est devenu le pétrole vert , nos éleveurs et agriculteurs sont une mine d'or inexploitée pour le pays. Tous ces produits qui ne sont pas valorisés à l'export Et on nous dit que la planète va crever de faim . On marche sur la têt...

à écrit le 30/05/2013 à 0:22
Signaler
Comment font les vaches ? Elles volent, comme ça, les pattes restent propres. Ya bien des vaches qui rient, y a des vaches folles, et des vaches qui volent.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.