Doux : le groupe saoudien Almunajem prêt à monter au capital

 |   |  280  mots
Pour l'instant la famille Doux contrôle 80% du capital du volailler, et BNP Paribas 20%.
Pour l'instant la famille Doux contrôle 80% du capital du volailler, et BNP Paribas 20%. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Almunajem est le premier client du volailler et dit être en contact avec le Ministère de l'Agriculture pour proposer une participation "dans un ordre de grandeur autour de 25%" pour soutenir le groupe.

Un espoir venu d'Arabie Saoudite: le groupe saoudien Almunajem s'est dit prêt à "prendre une participation significative au capital" du volailler Doux, en redressement judiciaire depuis juin 2012.

Le représentant du groupe en France, Amr Al Kouatli, a précisé à l'Agence France Presse (AFP) que sa participation serait "dans un ordre de grandeur autour de 25%" mais que le montant exact "pourrait varier". Almunajem est le premier client de Doux et assure mener d'étroites discussions avec des représentants du Ministère de l'Agriculture. "Nous travaillons d'arrache-pied pour rapprocher les points de vue des différentes parties", a déclaré Amr Al Kouatli

Déjà 1.000 postes supprimés il y a un an

Le groupe Doux avait évoqué dès septembre une possible entrée à son capital du Saoudien. Pour l'instant la famille Doux contrôle 80% du capital du volailler, et BNP Paribas 20%.

Côté stratégie, le volailler s'est déjà recentré sur l'export et la transformation (Père Dodu) après s'être allégé à l'automne 2012 de son pôle frais, liquidé au prix de la suppression d'un millier d'emplois. Doux a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de 650 millions d'euros, et dispose de 5 sites de production en France, 3 couvoirs et 2 usines d'aliments Il compte actuellement 2.400 collaborateurs.

Doux avait assuré au mois de mai l'homme d'affaires Didier Calmels était prêt à entrer au capital. Mais ce projet, qui avait suscité une certaine défiance des syndicats, ne s'est toujours pas concrétisé.

>> Didier Calmels vole au secours de Doux

Le tribunal de commerce de Quimper doit rendre fin novembre sa décision sur le plan de continuation que lui présentera alors la société saoudienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2013 à 14:08 :
Bientôt des abattoirs de chameaux en Bretagne !!!!!!!!!!!!
a écrit le 03/11/2013 à 19:24 :
Existe-t-il un secteur de l'économie française qui n'est pas subventionné par l'argent du contribuable? Qu'on ne s'étonne plus de payer des impôts au prix fort.
a écrit le 03/11/2013 à 5:18 :
Voilà la France mondialisée de 2013 : une industrie écrasée et obligée de se vendre à l'étranger. Pitoyable !
Réponse de le 03/11/2013 à 13:18 :
Ne soyez pas naïf, la France comme tout pays a des entreprises en "bonne santé" et des entreprises qui... flanchent. La venue d'actionnaires, qu'ils soient saoudiens ou anglais ne change pas grande chose. C'est justement ça la mondialisation. On doit nous aussi jouer le jeu.
Réponse de le 03/11/2013 à 13:18 :
Ne soyez pas naïf, la France comme tout pays a des entreprises en "bonne santé" et des entreprises qui... flanchent. La venue d'actionnaires, qu'ils soient saoudiens ou anglais ne change pas grande chose. C'est justement ça la mondialisation. On doit nous aussi jouer le jeu.
Réponse de le 03/11/2013 à 13:19 :
Ne soyez pas naïf, la France comme tout pays a des entreprises en "bonne santé" et des entreprises qui... flanchent. La venue d'actionnaires, qu'ils soient saoudiens ou anglais ne change pas grande chose. C'est justement ça la mondialisation. On doit nous aussi jouer le jeu.
Réponse de le 04/11/2013 à 14:07 :
Bientôt des abattoirs de chameaux en Bretagne !!!!
a écrit le 02/11/2013 à 21:38 :
Les saoudiens voudraient ils imposer l'abattage rituel dans la région celte???
Réponse de le 03/11/2013 à 2:19 :
qu'on laisse la région celte dans leur chomage et donnons leur l'indépendance, de toutes façons, ils ne se disent pas français mais bretons.
a écrit le 02/11/2013 à 16:38 :
Pourtant l'homme d'affaire algérien Issad Rebrab a proposée lui aussi de reprendre cette firme, mais bon loll
a écrit le 02/11/2013 à 15:18 :
les saoudiens feraient mieux de développer leurs pays au lieu de frimer avec l'argent du pétrole et bientot ils en auront plus de pétrole, alors ils resteront avec leurs chameaux, comme avant.
Réponse de le 02/11/2013 à 17:23 :
Développer le désert, surtout dans l'agro-alimentaire, ce n'est pas facile!!
a écrit le 02/11/2013 à 13:05 :
je t en donne dix , tu m en redonne cinquante , apres on s étonne que cela ferme une fois qu ils ont siphonner tout le capital
Réponse de le 02/11/2013 à 15:05 :
tout à fait ça !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :