Cannabis : un fonds de 250 millions de dollars bientôt levé à Los Angeles ?

 |   |  477  mots
L'impact du cannabis sur l'économie américaine pourrait atteindre près de 70 milliards de dollars en 2021.
L'impact du cannabis sur l'économie américaine pourrait atteindre près de 70 milliards de dollars en 2021. (Crédits : © Alia Haju / Reuters)
Légalisé, au moins pour son usage thérapeutique, dans près de 30 États américains, le cannabis attire de plus en plus les investisseurs. Avec un fonds massif de 250 millions de dollars, la société californienne MedMen veut tirer profit des perspectives offertes par ce marché en plein essor.

C'est un investissement record pour le secteur du cannabis. Chris Leavy, ancien dirigeant de BlackRock, géant mondial de la gestion d'actifs, souhaite lever 250 millions de dollars dans un fonds entièrement dédié à l'économie du cannabis légal aux États-Unis, selon les informations du journal américain Bloomberg. Le fond, baptisé MedMen Opportunity Fund II va donc lever un quart de milliard de dollars qui sera investi directement dans des entreprises aux quatre coins du pays : Las Vegas, Los Angeles ou encore Manhattan.

Comme nous en parlions dans un précédent article, le business du cannabis légal aux États-Unis grimpe à toute allure, si tant est qu'il puisse représenter 68,4 milliards de dollars en 2021, selon la fourchette haute des estimations réalisées par Marijuana Business DailyÀ titre de comparaison, cela équivaut au Produit intérieur brut (PIB) de pays comme le Kenya ou la République dominicaine. Les États-Unis ont connu une vague récente de légalisation, qui porte aujourd'hui à 29 les États américains ayant déjà autorisé le cannabis à usage thérapeutique et 9 ceux qui ont légalisé son usage récréatif. La légalisation de l'usage récréatif par la Californie dès 2018 devrait marquer une étape importante dans la croissance de ce marché.

La ruée vers l'or vert

Si le fond MedMen Opportunity II parvient à atteindre son objectif des 250 millions de dollars, cela ferait de lui un des plus gros investissements du jeune secteur économique qu'est le cannabis. Le groupe à l'origine de ce fonds avait déjà levé 60 millions de dollars l'année dernière dans un premier fonds dédié au cannabis. Lancé en tant que société de conseil spécialisée dans le cannabis en 2010, MedMen est devenu une société de gestion en 2013. Basée à Los Angeles, elle emploie actuellement 300 employés, contre 15 début 2016, rappelle Bloomberg.

Lire aussi : Cannabis : l'herbe pourrait faire reverdir la Californie

Chez MedMen, on voit le cannabis comme un véritable or vert. Pour Chris Leavy, le cannabis est un nouveau marché émergent en plein cœur des États-Unis, chose qu'il ne pensait plus possible depuis longtemps. Et les choses qui pourraient rebuter les investisseurs, comme la "zone grise juridique" ou un fonctionnement encore un peu flou de ce marché, sont vues par les gens de MedMen comme une opportunité formidable. "Les actifs sont moins chers en raison du risque, et moins d'investisseurs sont prêts à se lancer", résume Bloomberg.

Afin de garnir son fonds d'investissement, MedMen recherche actuellement des entreprises à toutes les étapes de la chaîne de commercialisation du cannabis : culture, manufacture, distribution et vente. A l'heure actuelle, le groupe MedMed et ses deux fonds détiennent déjà 11 entreprises : huit points de vente, deux exploitations et une usine de transformation.

Lire aussi : À Las Vegas, la légalisation du cannabis récréatif patine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2017 à 16:54 :
A part la mafia on voit mal qui a encore intérêt à s'opposer à la légalisation du cannabis.

Macron qui se dit pourtant libéral ne le fera pas ,crachant sur des milliards de bénéfices potentiels puisque non seulement nous sommes un gros consommateur mais en plus avec notre première place mondiale de destination touristique les possibilités sont presque infinies.

Mais mafia et finance étant les deux faces d'une même pièce on se doute que cette dernière a interdit au mac de légaliser par ailleurs on voit bien que le but du mac c'est la politique du moins et pas celle du plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :