La plus grande ferme verticale du monde se situe dans le New Jersey

 |   |  421  mots
Tous les légumes qui poussent dans les fermes d'Aerofarms sont vendus dans le quartier et ses alentours afin de privilégier un circuit court.
Tous les légumes qui poussent dans les fermes d'Aerofarms sont vendus dans le quartier et ses alentours afin de privilégier un circuit court. (Crédits : Reuters)
Pour révolutionner l'agriculture classique, Aerofarms développe des fermes verticales depuis plusieurs années. Avec une technique de plantation hors-sol des millions de tonnes de légumes devraient pousser dans la prochaine ferme, qui ouvrira en septembre prochain.

Et si manger des légumes cultivés hors-sol et nourris à l'engrais bio sous des néons violets devenait banal? Aerofarms, créée en 2004 a pour projet de révolutionner l'agriculture en construisant et en gérant des fermes verticales à l'intérieur desquelles poussent des quantités impressionnantes de légumes. Installées sur plusieurs étages, les plantations s'effectuent d'une manière complètement différente de l'agriculture traditionnelle.

L'entreprise, qui a déjà installé trois fermes verticales dans l'état du New Jersey, s'apprête à effectuer des plantations dans une nouvelle ferme en septembre 2016. Près de 2 millions de tonnes de végétaux devraient pousser au sein de cette nouvelle ferme de 6500 mètres carrés.

Des légumes en toute saison

La technique utilisée par Aerofarms, l'aéroponie, permet aux plantes de pousser hors-sol ce qui présente de nombreux avantages. Les légumes peuvent pousser en 12 à 16 jours, permettant d'accumuler un nombre record de 22 à 30 récoltes par an. Grâce à un système de recyclage, la consommation d'eau est diminuée de 95% par rapport à ce que demande des plantations dites traditionnelles. Un avantage non négligeable car selon Aerofarms "70% de la contamination des eaux serait dues à l'agriculture".

Par ailleurs, Aerofarms garantit que ses légumes poussent sans aucun pesticide, herbicide, insecticide ou OGM. Pour remplacer le soleil, des néons violets (lampes LED) à l'allure futuriste viennent approvisionner les récoltes en lumière. Grâce à cela, toutes sortes de légumes peuvent pousser été comme hiver.

Moins de terres abîmées

Aerofarms indique sur son site que pas moins de "25% des terres agricoles du monde sont aujourd'hui fortement dégradées". C'est pour cela que l'entreprise insiste sur l'intérêt des fermes verticales dans la préservation des sols : "Aerofarms utilise moins de 1 % des terres requises par l'agriculture conventionnelle (...) tout en assurant que nos plantes reçoivent tous les nutriments dont elles ont besoin à l'année", peut-on lire sur leur site. Grâce à un système d'algorithmes étudiés pour plus de 250 variétés de végétaux, les scientifiques d'Aerofarms peuvent observer à chaque récolte les besoins de leurs végétaux et les optimiser pour les cultures suivantes.

Toutefois la méthode ne fait pas encore l'unanimité car elle demande une forte consommation en électricité pour éclairer les végétaux. Les projets d'Aerofarms intéressent cependant de gros investisseurs comme Goldman Sachs qui a investi 30 millions de dollars dans le financement du projet de la plus grande ferme verticale du monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2018 à 21:52 :
Si cela demande une forte consommation en électricité pour éclairer les végétaux pourquoi ne pas avoir pensé au panneaux solaire. Cela économiserais en plus de l'énergie, du pétrole et de l'argent.
a écrit le 20/07/2016 à 15:27 :
Il y a eu des tests effectués sur le goût, la qualité nutritive etc au Japon entre autres et ils étaient bon dans la majorité des cas. Ne pas oublier qu'un légume qui a voyagé et qui est stocké en supermarché plusieurs jours perd beaucoup de ses vitamines. Là la distance et délai étant beaucoup plus courts les résultats sont meilleurs. Ce n'est pas "la" solution universelle ni unique bien sûr d'autant que çà ne concerne pas toutes les cultures, mais dans les grandes villes çà apporte beaucoup de bénéfices et les différents recyclages se font sans problème. L'électricité peut être apportée par le solaire, éolien etc. l'eau par la récupération de l'eau de pluie. C'est quasiment auto-suffisant avec des cultures et élevages complémentaires (poissons) et n'impacte pas la nature. La vidéo montre une unité mais il y en a des plus attrayantes au plan architecture, intégration dans la ville et permettant aux gens d'avoir un marché de proximité. Il vaut mieux çà que les immenses serres de plastiques qui recouvrent une bonne part du Sud de l'Espagne, qui épuisent les sols, prélève beaucoup trop d'eau et sont une gabegie de polluants divers. Enfin çà nous prépare aussi à aller dans l'espace !
a écrit le 20/07/2016 à 13:13 :
Une erreur s'est glissé dans votre article
"Près de 2 millions de tonnes de végétaux devraient pousser au sein de cette nouvelle ferme de 6500 mètres carrés."
Quiconque comprenant l'Anglais verrai que la vidéo parle de "2 million pounds of greens per year" (c'est même dans la retranscription sous la vidéo sur YouTube!!!), soit 907 tonnes ! Une boulette à 1:2200
Pourquoi avoir censuré mon précédent message sur cette erreur ???
a écrit le 20/07/2016 à 9:34 :
en réalité, je ne sais pas quoi penser de cela... les arguments "marketing" tiennent la route (moins d'eau, moins de terres abimées, pas de pesticides, moins pollution liée au transports...) mais je vois des néons qui brûlent de l'électricité dans des bâtiments de béton et d'acier, des végétaux qui poussent dans quelque chose... de la terre? d'ou vient-elle? ou retourne-t-elle une fois "usée" et dopée aux engrais naturels? l'arrosage par le sous sol utilise déjà énormément moins d'eau en plein air, mais les investissements liés freinent les agriculteurs... des engrais naturels? pourquoi pas en plein air? et des champs, vu du ciel, il y en a a foison! alors, un bien? un mal? j'ai du mal à me prononcer.
a écrit le 20/07/2016 à 9:22 :
Ce style de vegetal cultive hors-sol n'a strictement aucun gout. Ici en Coree bcp de ces pretendus legumes en vente exclusive en supermarche.ne tiennent pas le choc du frigo durant plusieurs jours. Ils se desechent a vitesse gV. Par contre le legume achete chez le vendeur itinerant en camionette venant de la campagne, yabon beaucoup.
a écrit le 20/07/2016 à 1:13 :
Après avoir visualisé la vidéo, je peux affirmer qu'il y a une erreur dans l'Article. Il s'agit de 2 000 000 de pound, et non de Kilo. C'est dire que cette usine "sortirai" 907 tonnes par an.
Pour reprendre mon raisonnement sur l'Ubérisation du concept (qui ne voudrait pas de la sécurité alimentaire dans son propre appartement !!!), ça fait 382 Grs/m²/Jour, mais sur une dizaine de mètres de hauteur. Soit 85 Grs/m²/Jour sous une hauteur de plafond d'un appartement, ce qui parait effectivement beaucoup plus vraisemblable !
Avec donc 10 m² consacré à la production maraichère, on se retrouve avec 800 grs chaque jour de fruit et légume produit à la maison !
a écrit le 20/07/2016 à 0:51 :
Quelle excellente nouvelle, l'humanité va pouvoir continuer à s'entasser par millions dans des mégalopoles. La ferme vient à eux.
En plus, on est tout de suite rassuré, les légumes seront "nourris à l'engrais bio", c'est que ça mange un légume ! Tant pis pour les légume de la campagne, qui sont nourris à l’engrais pas-bio.
Attention tout de même à l'Ubérisation, car avec 2 millions de tonnes de végétaux produit sur 6500 m², soit 308 Kg/m²/an ou en gros 1Kg/m²/jour, autan le faire chez soi.
Les vendeurs de néons violets ne se gênerons pas pour les vendre, et avec l'Aquaponics, qui associe la culture de végétaux en « symbiose » avec l'élevage de poissons. Ce sont les déjections des poissons qui servent d'engrais pour le végétal cultivé, il n'y a donc aucun "engrais" à ajouter.
a écrit le 19/07/2016 à 18:36 :
C'est une des très bonnes solutions qui amène et concentre l'agriculture au coeur des centres de consommation sans impacter les surfaces de nature et biodiversité. Cà peut favoriser par ailleurs aussi une agriculture plus respectueuse de l'environnement qui demande moins de surfaces et fournit des produits de qualité en faisant vivre correctement des populations, l'un n'empêche pas l'autre mais se complète. Reste quand même à gérer la démographie anarchique mondiale (Erdogan par exemple demande aux femme en Turquie de faire plus de 3 enfants, son biais islamique et religieux marqué le place totalement à côté des réalités et de ses prérogatives, ce sont ces archaïsme impérialistes qu'il faut combattre en amont).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :