Agriculture : la PAC n'a créé aucun emploi, selon un rapport remis à Bruxelles

 |   |  365  mots
Entre 2007 et 2013, selon les données d'Eurostat, le nombre d'exploitations européennes a chuté de 20%, passant de 13,6 millions à 10,8 millions.
Entre 2007 et 2013, selon les données d'Eurostat, le nombre d'exploitations européennes a chuté de 20%, passant de 13,6 millions à 10,8 millions. (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
Malgré ses réformes successives, la politique agricole commune (PAC), qui fête ses 54 ans cette année, a "au mieux permis de maintenir les 22 millions de postes de travail de l'agriculture en Europe", déplore Eric Andrieu (PS) dans un rapport remis hier à Bruxelles.

La politique agricole commune (PAC) n'a pas créé d'emploi et favorise la concentration des exploitation agricoles, selon un rapport présenté le 26 avril à Bruxelles par Eric Andrieu, eurodéputé PS pour le Parlement européen, et détaillé dans un article du Figaro.fr. "Au mieux", la PAC "a permis de maintenir les 22 millions de postes de travail de l'agriculture en Europe", déplorent nos confrères du quotidien.

Aides "dénuées de tous sens de la réalité"

L'eurodéputé Eric Andrieu, cité par le journal, estime que "les réformes successives adoptées depuis 1992 ont laissé libre cours au marché et ont fragilisé l'agriculture familiale, à l'avantage des modèles d'exploitations intensifs orientés vers les marchés à l'export". Il rappelle que 80% des dépenses de la PAC, le 1er budget européen, portent sur des aides directes liées uniquement à la surface des exploitations.

"Ces aides sont dénuées de tous sens de la réalité et favorisent la concentration des exploitations agricoles avec un impact négatif sur l'emploi en milieu rural", dénonce Eric Andrieu.

Ainsi, le quotidien déplore que "le nombre d'exploitations européennes a chuté de 20% rien qu'entre 2007 et 2013, passant de 13,6 millions à 10,8 millions six ans plus tard, selon les dernières statistiques officielles d'Eurostat. Elles emploient 22 millions de personnes, dont 12 millions d'agriculteurs à plein temps".

Changement de paradigme nécessaire

Jugeant qu'"une PAC en faveur de l'emploi est possible. Mais cela implique un changement de paradigme», l'eurodéputé Eric Andrieu, cité par lefigaro.fr, préconise de soutenir jeunes agriculteurs et exploitations familiales afin d'en limiter les effets pervers. Il souhaite que ses objectifs soient repensés, notamment en prenant en compte les demandes des consommateurs d'une alimentation saine.

«Nous devons démocratiser la PAC. Il faut repenser ses objectifs, afin qu'elle redevienne une politique publique au service de tous, qui réponde à la fois aux attentes de la société et aux défis de l'emploi», détaille l'eurodéputé dans son rapport, cité par le quotidien.

Son rapport passera en commission Agriculture du Parlement européen le 14 juillet 2016, avant d'être examiné en session plénière à Strasbourg le 14 septembre prochain, selon Le Figaro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2016 à 16:04 :
En parlant d'agriculture :
Dans les Cévennes, une famille d’agriculteurs faisait travailler gratuitement un homme, allant jusqu’à lui ponctionner ses prestations sociales. Le mari a été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis.Un matelas en mousse moisie. Un toit en tôle. Des murs et un sol en planches. Une ampoule au plafond. Et un tas graisseux de haillons pour seule garde-robe. C’est dans ce taudis de 3 mètres sur 3, sans eau ni chauffage, que Jacques passait ses nuits. Il avait 42 ans quand il s’est pour la première fois couché sur ce grabat humide ; il y a dormi jusqu’à ses 71 ans, sans draps, sans rien, avec pour seul compagnon un vieux réveille-matin, détail sordide, quand on sait que Jacques vivait ici, sur le terrain de la famille André, pour travailler chaque jour de l’année, du matin au soir. Il ne s’agissait donc pas de traînailler au lit… Quand il est parti d’ici, après trente ans de labeur, le dos de Jacques formait presque une équerre. Son compte en banque, lui, affichait une platitude totale : 1,48 euro d’économies. Le reste avait disparu dans la poche du couple André.
Réponse de le 27/04/2016 à 21:56 :
chez nous ce sont les mêmes qui font biner les champs à la pioche par des espagnols ou portugais.... après avoir copieusement arrosé leurs champs de pesticide.... alors que eux, ne se baissent jamais pour toucher leur terre et ne se déplacent dans leurs champs qu'en gros tracteur, 4x4 ou en quad, pur le fun!!!
a écrit le 27/04/2016 à 14:40 :
Il faut être sacrément cynique (ou idiot) pour découvrir subitement les effets réels de la PAC. L'objectif n'ayant jamais été de créer des emplois mais au contraire de concentrer les exploitations agricoles en 50 "industras". Ainsi de 4 millions d'exploitations franciases en 1940 pour 40 millions de français, nous en sommes à 250 000 pour 65 millions. Le travail n'est donc pas fini mais peut-on le "découvrir" ? Les chiffres Eurostat bien entendu sont faux qui se projettent sur plusieurs années via des calculs déjà peu pertinents de données anciennes. Ceci étant l'illustration du mensonge permanent que l'on entretient volontairement sur cette question. Cette politique du global parti qui opère en France depuis des années, a provoqué des drames et des crises iniques. Il convient de mettre actuellement une politique de rachat sectoriel des exploitations via une structure privée d'appui afin de les regrouper et les organiser au mieux en transformant les agriculteurs patrons en associés. Malheureusement il est pratiquement exclu que le bon sens préside à quelconque restructuration des pratiques actuelles. Il est plus probable que le député PS s'attache à anticiper une intrusion du monde agricole dans la campagne présidentielle en promettant quelques aides qui seront distribuées au dernier moment, comme d'habitude, et dont on fera la plus grande publicité en prétendant avoir réglé le problème. Mais... les agriculteurs semblent s'en satisfaire depuis des années, aussi ne doit-on surtout pas les plaindre.
a écrit le 27/04/2016 à 14:01 :
L'objet de la PAC a toujours été de détruire des emploi, pour des exploitations toujours plus grosses, avec des grosses machines, des gros crédits, et de moins en moins d'emplois.
Réponse de le 27/04/2016 à 16:17 :
Et ils veulent payer encore moins de charge sur les ouvriers agricoles déja exploités.
a écrit le 27/04/2016 à 14:01 :
La PAC n'a pas été conçue pour créer des emplois, pourquoi l'attaquer sous cet angle ?
a écrit le 27/04/2016 à 12:22 :
ouaou enfin!!!!! enfin un eurodéputé ose donner l'état desastreux de cette Pac mal orientée, inadaptée aux changements actuels pourtant indispensables!!! L'UE doit effectivement repenser la PAC dans son entier en résistant aux lobbies sinon elle ne fera rien ou peu et cela lui sera reproché tôt ou tard car les choses sont en marche même lentement mais elles avancent. Une generation de jeunes arrive , informée, intelligente : elle remet enfin en question tout ce que l'agriculture conventionnelle a fait depuis 50 ans !!!! L'UE peut decider de participer au changement ou continuer sur cette voie absurde du conventionnel vois du pseudo bio conventionnel!! Le vrai bio c'est arbres no bouillie bordelaise no pesticides nada juste de l'intelligence, du bien être animal, de la qualité gustative .... !!!
Réponse de le 27/04/2016 à 16:15 :
" Une generation de jeunes arrive , informée, intelligente : elle remet enfin en question tout ce que l'agriculture conventionnelle a fait depuis 50 ans !!!! "

Ceux qu'on voit à la télé avec 150.000€ de dette à la banque à 25 ans parce qu'ils ont eux les yeux plus gros que ceux de leur parent âgées , en voulant des hangars dix fois plus gros pour entasser des cochons.Puis, les mêmes qui viennent ensuite pleurer à la télé pour demander l'aide de l'état afin de gommer ces dettes , ce sont eux ?
Réponse de le 27/04/2016 à 21:47 :
@lachose
Vous regardez trop la télé!!!. Non, ça ce sont ceux qui suivent le modèle conventionnel.... les nouveaux sont sur un modèle plus économe c'est bien cela qui semble gêner certains!!! Ceci dit certains hangars sont faits grâce aux normes CE!!!
a écrit le 27/04/2016 à 10:54 :
Pour créer des emplois dans l'agriculture, il faudrait mettre en place une TVA sociale sur les produits agricoles pour financer la retraite des agriculteurs. Mais tout le monde serait contre.
Réponse de le 27/04/2016 à 11:45 :
quel rapport entre la retraite des paysans les la creation d emploi ?
Et pourquoi une TVA juste pour payer la retraite d une categorie de la population ?
Si les paysans et les commercants percoivent des retraites faibles,c est parce qu ils ont peu cotisés (a l origine (quand le systeme de retraite a ete mis en place) c etait un choix de ceux ci, maintenat ils voudraient le beurre (pas de cotisation) et l argent du beure (de grosse retraites) et le sourire de la cremiere (ne pas toucher au capital pour le laisser aux heritiers))
Réponse de le 27/04/2016 à 12:24 :
ou vous n'avez rien compris ou vous êtes un agriculteur de la generation pesticides ou peut être les 2!!!
Réponse de le 27/04/2016 à 16:27 :
"pour financer la retraite des agriculteurs".


À la fin de l’année 2013, le régime comptait 1,6 million de retraités non-salariés agricoles en France métropolitaine. Pourtant, 508 000 d’entre eux seulement touchaient une retraite complémentaire obligatoire (RCO). La MSA a indiqué que le nombre de bénéficiaires de la RCO a diminué de 2,9 % par rapport à l’année 2012 alors que le nombre de nouveaux retraités a augmenté de 16 % en une année.
Le 17 mai 2014, trois nouveaux décrets ont été publiés au Journal officiel : il s’agit des mesures prévues par la loi de réforme des retraites du 20 janvier 2014, destinées à relever les pensions de retraite des chefs d’exploitation agricole.

L’obligation de cotiser pendant au moins 17,5 ans pour prétendre à la pension minimale a été supprimée et les aidants familiaux, ainsi que les conjoints des chefs d’exploitation peuvent désormais bénéficier de points gratuits au régime complémentaire obligatoire (RCO).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :