Les jeans Levi's de retour en Bourse pour 6 milliards de dollars

 |   |  299  mots
La fameuse étiquette rouge avec la marque Levi's a été introduite en 1936 pour différencier le pionnier du jeans de ses concurrents.
La fameuse étiquette rouge avec la marque Levi's a été introduite en 1936 pour différencier le pionnier du jeans de ses concurrents. (Crédits : Levi Strauss)
Le célèbre fabricant de jeans Levi Strauss & Co, qui était sorti de la Bourse en 1985, revient à Wall Street. L'entreprise californienne espère lever environ 500 millions de dollars et sera valorisée entre 5,4 et 6,1 milliards.

Marque emblématique de l'Amérique, Levi Strauss s'apprête à revenir en Bourse. L'entreprise fondée en 1853 à San Francisco, qui a inventé le "blue jean" - le brevet date de 1873 comme le fameux modèle original 501 - avait été retirée de la cote par la famille héritière, les Haas, en 1985. Le fabricant textile a annoncé ce lundi 11 mars qu'il espérait lever entre 513 et 587 millions de dollars dans le cadre de son introduction sur le New York Stock Exchange, où il sera coté sous le symbole "LEVI".  L'opération avait été annoncée officiellement il y a un mois. On parlait il y a quelques mois de 800 millions de dollars.

"Le prix de l'introduction en Bourse est attendu actuellement entre 14 et 16 dollars par action" annonce l'entreprise dans un communiqué.

Cette fourchette de prix valorise Levi Strauss & Co entre 5,39 et 6,1 milliards de dollars. Le prix définitif sera fixé mercredi 20 mars et la première cotation interviendra le lendemain.

Ventes en hausse de 14%

En 1971, lors de sa première entrée en Bourse, l'opération, qui avait permis de levéer environ 50 millions de dollars, avait été une des plus importantes introductions de l'année. En 1985, le retrait de la cote, par le biais d'un LBO (leverage-buy-out, rachat par endettement) avait coûté à la famille 1,7 milliard de dollars.

Goldman Sachs et JP Morgan sont les banques cheffes de file de l'opération, à laquelle participent également Bank of America, Morgan Stanley, BNP Paribas, Citigroup, et HSBC notamment.

La filiale japonaise est cotée à Tokyo et la maison-mère publie d'ores et déjà des comptes trimestriels. En 2018 (exercice clos à fin novembre), Levi Strauss & Co a réalisé des ventes de 5,5 milliards de dollars, en hausse de 14%, et un bénéfice net de 285 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2019 à 0:41 :
Nous on a bernard henry Levy area 501 ! un alien !
C'est le Billy jean de la philosophie, jamais rien branlé de sa vie, rentier qui se permet en plus de donner des conseils à tout le monde;
il a meme diriger l'armée francaise la honte !!
a écrit le 11/03/2019 à 14:39 :
Et déjà en 1985 ils étaient très chers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :