Monsanto ne rachètera pas le suisse Syngenta, après trois refus

 |  | 369 mots
Lecture 2 min.
Le suisse syngenta a refusé une proposition de 46 milliards de dollars.
Le suisse syngenta a refusé une proposition de 46 milliards de dollars. (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
Le géant américain des OGM renonce au rachat de son concurrent, face au refus de ce dernier d'accepter une proposition de 46 milliards de dollars.

Trois propositions, trois refus. C'en est trop pour Monsanto, qui ne mettra donc pas la main sur le géant suisse des produits phytosanitaires, présent dans les semences et les pesticides et premier fabricant mondial d'herbicides, d'insecticides et de fongicides. La dernière offre en date, exprimée le 18 août, proposait 470 francs suisses par action, portait le montant total à 46 milliards de dollars (40,5 milliards d'euros) et aurait offert aux actuels actionnaires du groupe suisse 30% de la nouvelle entité.

"Syngenta a fait savoir que la proposition améliorée de Monsanto ne répondait pas aux attentes financières de Syngenta", a indiqué le groupe américain dans un communiqué en précisant que, dans ces conditions, "il n'allait pas poursuivre sa proposition pour une combinaison avec Syngenta".

Suite à ce troisième refus, le géant américain a déclaré vouloir se concentrer sur ses "opportunités de croissance sur la base de ses propres activités".

Développement dans l'agriculture analytique

En tant d'acquérir l'entreprise née en 2000 de la fusion des activités dans l'agrochimie du britannique AstraZeneca et du suisse Novartis, Monsanto cherchait à se développer dans l'agriculture analytique et la gestion des risques. Ceux-ci portent sur le développement de technologies permettant d'obtenir des informations fiables (qualité des terres...) pour aider fermiers et agriculteurs à améliorer leurs récoltes.

L'opération a entraîné une passe d'armes entre les deux groupes. Le patron de Syngenta, Michael Mack, expliquait, selon l'AFP, que l'intérêt de Monsanto était porté par la stratégie intégrée mise en oeuvre par Syngenta, qui consiste à vendre sous un même toit les semences et les produits de protection des cultures.

"Ils n'ont nulle part où aller", avait-t-il déclaré à l'adresse de Monsanto, ajoutant qu'il ne voyait "pas de raison pour laquelle Syngenta serait obligé de les aider".

Syngenta plonge en bourse

Quoi qu'il en soit, c'est le groupe suisse qui semblait mercredi faire les frais de son refus. Le cours de l'action Monsanto bondissait sur la Bourse de New York de 7,1% à 95,78 dollars alors que les actions Syngenta, cotées à Zurich et à New York, s'effondraient sur cette dernière place de 11,5% à 69,14 dollars vers 15h40 GMT.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2015 à 19:27 :
Monsanto a eu intelligence de comprendre qu'ils ne sont pas les bienvenus chez Syngenta.
Maintenant il faudra encore que St. Gobain comprenne aussi qu'ils ne sont pas les bienvenus chez SIKA, surtout à ce prix et avec une offre tellement déséquilibré vis-à-vis des actionnaires. On verra s'ils sont assez intelligents.
a écrit le 27/08/2015 à 13:31 :
Et le diable inventa Monsento. il lui fit déforester le Vietnam et le Laos puis empoisonner une grande partie de la population mondiale, les paysans ne pouvaient ni semer ce qu'ils voulaient et devaient empoisonner leur champ si il ne voulaient pas que leur recoltes soit ravagees par les insectes et les maladies. Une fois de plus le mal avait gagné..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :